Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Khalifa Haftar bouleverse la donne
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2019

L'armée du maréchal Khalifa Haftar est parvenue, en moins d'un mois, aux frontières algéro-libyennes ; la population du Sud est satisfaite ; les Tchadiens sont partis ; le calme commence à revenir et le terrorisme a reçu un sacré coup. Al Sarraj et Misrata sont coincés. La communauté internationale est prise au dépourvu.
Le gouvernement de réconciliation nationale de Fayez Al Sarraj ne s'attendait pas à ce que son avenir se joue au Sud libyen, cette région désertique et sous-peuplée, livrée à elle-même depuis la chute d'El Gueddafi en 2011. Pourtant, la campagne de Haftar au Sud, entamée le 15 janvier dernier, a déstabilisé complètement le gouvernement central de Tripoli.
Al Sarraj est resté spectateur stupéfait, alors que l'Armée nationale de Haftar stabilise les villes du Sud et les institutions du gouvernement de l'Est prêtent mainforte à leurs alliés du Sud. La réaction de Tripoli s'est limitée à une plainte contre Haftar au Conseil de sécurité pour un incident à l'aéroport du champ pétrolier d'Al Fil.
Lorsqu'on parle de l'Armée nationale libyenne (ANL) de Haftar, les analystes et les observateurs comprennent l'axe Le Caire-Abou Dhabi-Riadh, voire Moscou et Paris. Que l'ANL avance aussi rapidement dans le Sud-Ouest libyen, cela veut dire que Haftar a bien préparé sa campagne et noué des alliances avec les tribus de la région. Cela veut aussi dire que l'axe opposé Doha-Ankara et, derrière, Londres et Rome, ne dispose pas d'une arrière-garde solide à travers ses alliés de Tripoli et Misrata.
C'est ce qui explique les visites, dimanche et lundi derniers, des ambassadeurs italien et britannique à Tobrouk et Benghazi pour rencontrer les dignitaires de l'Est, le maréchal Khalifa Haftar et le président de l'Assemblée nationale, Aguila Salah, en tête. Britanniques et Italiens ont compris que la donne a changé en Libye et qu'il fallait bouger.
Nul ne s'attendait à des développements aussi rapides au Sud libyen. L'ANL de Haftar a éliminé, en 48 heures, deux dirigeants d'Al Qaîda (Abou Talha Ellibi et Omar Jomaâ Chaâlali), activement recherchés par les réseaux internationaux de l'antiterrorisme. Les Tchadiens de l'Union des forces de résistance (UFR) de Timan Erdimi ont pris la fuite vers le nord du Tchad, où ils ont été cueillis par l'aviation française de l'opération Barkhane.
Les unités à dominante touareg au sein de l'Armée libyenne, notamment à Oubari, se sont rangées du côté de Haftar et ont remis à l'ANL le contrôle du champ pétrolier de Charara, le plus grand de Libye (340 000 barils/jour), mettant en difficulté le président l'Entreprise nationale du pétrole, Mustapha Sanaallah, qui préférait traiter avec Al Sarraj plutôt qu'avec Haftar. Aujourd'hui, Sanaallah est sous pression pour rouvrir le champ de Charara, selon les conditions imposées par Haftar, comme pour la région de l'Est. Près de 80% des richesses pétrolières libyennes sont sous le contrôle de l'ANL.
Stupeur internationale
A peine la ville de Sebha stabilisée, la section de Benghazi de la Banque centrale libyenne a transféré 82 millions de dinars vers la section de Sebha, qui les a injectés dans les banques du Sud. Dans la foulée, le ministère de la Santé du gouvernement provisoire a procédé à l'approvisionnement des hôpitaux de la région en médicaments et fournitures médicales.
La raffinerie de Briga a envoyé des caravanes de camions-citernes vers le Sud, pour mettre fin à la crise de carburant. Le chef du gouvernement provisoire, Abdallah Al Thani, a ordonné le départ de 100 semi-remorques d'aliments de base, qui ont été distribués gratuitement dans tous les villages du Sud.
Cette attention spécifique au Sud libyen, de la part du gouvernement provisoire de Abdallah Al Thani, basé à Kobba, vient en opposition avec les suites de la visite de Fayez Al Sarraj, au champ pétrolier de Charara en décembre dernier. Le chef du gouvernement de réconciliation est allé à Charara pour tenter de trouver une solution au blocage du champ par les manifestants du Mouvement de la colère de Fazzen.
Fayez Al Sarraj avait alors promis de résoudre, immédiatement, les problèmes vitaux (liquidités dans les banques, carburants et produits de première nécessité) et de mettre en application des projets de développement de 1 milliard de dinars, dans le Sud, pour résoudre les problèmes de chômage. Mais, près de deux mois après cette visite, la situation n'a pas bougé d'un iota.
C'est ce qui explique, par ailleurs, le fait que le champ de Charara n'a pas été rouvert. Il est clair que le gouvernement de l'Est libyen a pris Tripoli à contre-pied, malgré le fait que les moyens de l'Etat soient entre les mains de la capitale libyenne et que l'Est soit très mal loti dans les attributions de développement.
Pourtant, le gouvernement de Abdallah Al Thani a eu la lucidité politique de faire ces gestes qui resteront, à jamais, gravés dans les mémoires de la population de Fezzan. Cela a renforcé la concordance, installée depuis les premiers jours de la campagne de l'armée au Sud, avec l'élimination des leaders d'El Qaîda et le recul du crime organisé, notamment à Sebha.
L'envoyé spécial de l'ONU, Ghassan Salamé, a insisté sur ce point dans une interview sur Al Arabia. L'Est libyen, son gouvernement et ses institutions ont su montrer à leurs concitoyens du Sud qu'ils sont à la hauteur de l'espoir né de la campagne de l'armée de Haftar. Al Sarraj et Misrata ont raté le coche. L'avenir de la Libye s'est peut-être joué ici.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.