Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Le ministère des Affaires étrangères célèbre la journée nationale du Chahid    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Une fatalité ou un choix de facilité ?    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    La diseuse de choses «vraies» !    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    DRB Tadjenanet: Le Difaâ dans l'œil du cyclone    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enterrement de l'ex-dirigeant du FIS
Des centaines de ses partisans ont assisté aux funérailles
Publié dans El Watan le 28 - 04 - 2019

L'ancien dirigeant de l'ex-FIS, Abassi Madani, a été enterré, hier, au cimetière de Sidi M'hamed à Belouizdad (Alger). Des centaines de ses partisans ont suivi la dépouille du fondateur du parti dissous. Deux chapiteaux sont aménagés sur un terrain vague de la cité Maurièce à Belouizdad (ex-Belcourt, Alger), où se trouve l'appartement parental du défunt.
Une petite banderole est accrochée sur un kiosque : «Funérailles du moudjahid cheikh Abassi Madani». Depuis le matin, des groupes affluaient dans la cité, dans l'attente de l'arrivée de la dépouille à l'aéroport. Portant l'accoutrement islamiste de rigueur, les partisans du dirigeant de l'ex-FIS, dépassant pour la plupart la cinquantaine, sont originaires de plusieurs wilayas du pays. «Je suis venu de Tiaret. Abassi, je l'ai vu une seule fois, chez moi, au début du FIS», précise, tout sourire, un septuagénaire, la barbe taillée. Des jeunes portant gilets orange et badges s'affairent à distribuer des dattes et de l'eau. Les discussions portent sur l'heure d'arrivée de la dépouille de Abassi de Doha, mais surtout sur la levée de l'interdiction à son compagnon Ali Benhadj d'assister à l'inhumation.
Peu après la prière de dohr, forte agitation dans le quartier. Le fils de Benhadj, le visage livide, est amené par des proches. Hystérique, les yeux fermés et l'index menaçant, il raconte les déboires qu'a vécus son père, en essayant de sortir de son appartement à Kouba. «Il a été tabassé et on l'a empêché d'assister aux funérailles de son compagnon», lance-t-il à la foule. Aux cris d'«Allah Akbar», des nervis de l'ex-n°2 du FIS sortent des pancartes et des photos de Abassi et de son adjoint.
Des slogans remontant au début des années 1990 sont scandés à l'unisson. «Allayha nahya, alyha namout…» (Pour elle nous vivons, pour elle nous mourons…), «Ya Ali, Abbas, el djabha rahi labas» (Ali, Abbas, le Front se porte bien)…, vocifère un groupe de jeunes, relayés par une partie de la foule. Pour tempérer les ardeurs des partisans, un des dirigeants de l'ex-FIS, Kamel Guemazi, installé avec d'autres chouyoukh à l'intérieur du chapiteau, intervient. «Abassi est pour la ”silmiya” (…). Il faut essakina (calme) comme le veut sa famille», répètent, micro à la main, Guemazi et Ali Djeddi, en direction de quelques jeunes excités.
Sans succès. Avant la prière d'el asr, le fourgon transportant le corps du défunt se présente sur la rue Belouizdad. Un long «Allah Akbar» parcourt la foule. Le véhicule entre dans la cité parentale, avant de se diriger vers la mosquée Nadi El Islah, où s'impatientent des dizaines de personnes.
Le cercueil sera porté jusqu'au cimetière de Sidi M'hamed, sur une vingtaine de mètres. Des chouyoukh de la direction du FIS, des sympathisants venus de plusieurs wilayas, mais pas ses fils, poursuivis par la justice algérienne, ni même les présidents de parti, ou des officiels… ont accompagné la dépouille. L'ancien dirigeant du FIS dissous, Abassi Madani, est décédé à l'âge de 88 ans à Doha, au Qatar, des suites d'une longue maladie. Il souffrait d'un ulcère de l'estomac et d'hypertension artérielle, et a été hospitalisé plusieurs jours au Qatar, où il avait choisi de résider depuis 2004.
Responsabilité dans la tragédie
Partisan zélé de la «daoua» (prédication) menée par la mouvance islamiste naissante à l'université, il se fait connaître par des actions d'éclat avec l'arrivée au pouvoir du président Bendjedid. Après un rassemblement organisé pour dénoncer la fermeture des «moussalayat» (salles de prière) à l'université, consécutive à l'assassinat de Kamal Amzal, Soltani et cheikh Sahnouni, Abassi rédige une plateforme de 14 points adressée au chef de l'Etat. Abassi et Ali Benhadj annoncent, le 18 février 1989, à la mosquée Al Sunna de Bab El Oued, la création du FIS.
Après son appel à la désobéissance civile, il est incarcéré à la prison de Blida et condamné par la cour militaire à 12 ans de prison, le 15 juillet 1992, pour «complot contre l'autorité de l'Etat», «sabotage économique» et «distribution de tracts de nature à nuire à l'intérêt national». Le 15 juillet 1997, il est libéré de prison pour raison de santé, mais mis en résidence surveillée.
Il sera à nouveau incarcéré en août 1997 pour son soutien au terrorisme. Il sera finalement élargi le 2 juillet 2003. Parti s'établir à Doha, au Qatar, le chef de file de l'islamisme algérien radical et violent ne s'est exprimé qu'à de très rares occasions sur les événements de la décennie noire. Mais sans formuler le moindre regret sur une tragédie dont il est l'un des responsables. Ni même demander pardon aux victimes de l'idéologie qu'il promouvait avec ses affidés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.