REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles de l'Ouest
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Sit-in des bénéficiaires de logements sociaux à Témouchent
Les bénéficiaires des près de 280 logements sociaux, dont la liste a été finalisée avant le mois du Ramadhan et remise à la wilaya avant son affichage, sont de nouveau revenus devant le siège de la wilaya pour observer un sit-in : «Les logements ont été livrés, il y a longtemps, leur peinture a même été rafraîchie et les vitres sont brisées, alors que des squatteurs en occupent quelques uns. Ils attendent d'être distribués depuis la fin de 2017, selon la promesse du wali lors de la visite du ministre de l'Habitat, Temmar. L'actuel chef de daïra a mis quatre mois pour assainir une liste déjà établie et reprise par trois de ses prédécesseurs», témoignent des protestataires.
En fait, ces logements font partie d'un programme de 857 unités, dont la liste des attributaires devait être affichée en mai 2017, sauf qu'après la nomination d'un nouveau wali, seulement 625 unités ont fait l'objet d'une distribution. Une émeute s'en est suivie. Un mauvais calcul du wali l'avait amené à laisser pour une seconde liste 232 LPL encore en voie d'achèvement afin de rattraper les «erreurs» sur la première liste. Seulement, le chantier a piétiné par la suite du fait des restrictions budgétaires. En outre, les élections locales et législatives ont fait marquer le pas à la distribution. Le nouveau chef de l'exécutif de la municipalité a, lui aussi, fait retarder l'issue de l'opération en refusant publiquement de signer la liste établie avant sa nomination, pour dénoncer des tripatouillages dans sa confection.
Son prédécesseur était lui aussi entré en conflit ouvert avec le wali après l'affichage de la première liste, qui avait été revue à son insu par le wali. Cette fois, passé les écueils de la commission de daïra, et une fois remise à la wilaya, la liste est bloquée sans explications. Nous avons tenté en vain de recueillir la version de la wilaya. M. K.
Enquêtes sur les détournements du foncier à Mostaganem
Les dépassements caractérisant des administrations en charge du foncier dans la wilaya de Mostaganem ne sont pas restés sans impact. Les autorités locales, en effet, ont appelé à l'ouverture d'une enquête qui s'est soldée, pour une première étape, par la déchéance de 23 pseudo-investisseurs de leur droit de concession totalisant quelque 630 hectares de terres agricoles au niveau du bassin laitier d'El Bordjia, à Haciane. Le wali de Mostaganem ne s'est pas arrêté à mi-chemin. Il a ordonné à la commission d'enquête de passer au peigne fin le foncier industriel et urbain caractérisé par le bradage et les dépassements afin de sauvegarder des biens de l'Etat, en matière de protection du foncier, de tout bradage mafieux. Ainsi, plusieurs communes du littoral sont concernées, à l'instar de Hadjadj, Benabdelmalek Ramdane, Sidi Lakhdar et Mostaganem, où des particuliers ont acquis des lots de terrain d'une manière douteuse pour y ériger des bâtisses, dont bon nombre sans permis de construire.
D'autres bénéficiaires n'ont encore pas concrétisé leurs projets ou les ont déviés de leur vocation initiale, apprend-on. Selon nos informations, il a été procédé récemment à l'annulation de plusieurs arrêtés de concession, délivrés précédemment à des investisseurs et autres citoyens, et cela dans le souci d'assainir le dossier du foncier en général à Mostaganem, dans le but d'impulser une nouvelle dynamique à l'investissement productif dans la wilaya. L'enquête suit toujours son cours. Par ailleurs, un autre phénomène entache depuis longtemps certaines plages et villages de la wilaya. Il s'agit des constructions illicites qui ne cessent de proliférer. L. H.
Relizane : Un homme meurt après avoir consommé du cachir
Au lendemain de la mort d'un homme, la cinquantaine, qui aurait consommé avec ses deux enfants du «cachir», l'on apprend de sources sûres que le ministère de la Santé et de la Population a diligenté des enquêteurs pour lever le voile sur les circonstances ayant abouti à cette tragique disparition.
Selon des témoignages, le défunt et ses deux enfants, qui sont sous soins intensifs au niveau de l'EPH Mohamed Boudiaf de Relizane, ont été tout d'abord admis en urgence à l'EPSP de Zemmora, avec des symptômes d'une intoxication alimentaire, comme la fièvre, la nausée, les vomissements.
Cette nouvelle a plongé toute la population d'Ouled Souid, un faubourg de la zone éparse de la commune de Zemmora, d'où la famille est originaire. Par ailleurs, pas moins de 30 personnes de la commune de Hemadena, victimes d'une intoxication alimentaire, ont été aussi transférées en urgence à l'EPH Ahmed Francis de Oued R'hiou. I. B.
La dépouille d'un enfant de 15 ans repêchée à Canastel
Le corps sans vie d'un enfant a été repêché, dimanche en fin d'après-midi, au niveau d'une zone rocheuse à Canastel. Selon la Protection civile, la victime, âgée de 15 ans, portée disparue depuis le 12 du mois en cours, s'était aventurée dans une plage rocheuse interdite à la baignade, dite Cap Roussou, dans la commune de Bir El Djir. La dépouille a été déposée à la morgue de l'hôpital 1er Novembre 1954. En dépit du dispositif de surveillance élargi aux 33 plages autorisées à la baignade et des appels à la vigilance durant chaque saison estivale, des personnes périssent par noyade, plus particulièrement sur les plages interdites à la baignade. Pas moins de 5 morts par noyade ont été signalés durant les deux premières semaines de cette saison estivale, contre 7 durant toute la saison estivale de l'année 2018. Samedi dernier, le corps d'un enfant de 12 ans a été repêché au niveau d'une zone interdite à la baignade à Marsat El Hadjdaj. La semaine passée, deux corps ont été repêchés dans une plage rocheuse non autorisée à la baignade à Kristel, commune de Gdyel. Il s'agit de deux jeunes hommes, âgés de 19 et 31 ans, repêchés au niveau du lieu-dit Oued El Ma. N. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.