Laraba défend son projet    Le sujet suscite peu d'intérêt    L'ANP élabore le plan de vigilance    Sans Zeghmati    Hausse attendue des prix des viandes blanches    Le parlement accorde la confiance aux ministres proposés    «L'Afrique doit rester unie pour réformer le Conseil de sécurité»    Deux communautés rivales signent des "accords de paix"    Report des candidatures aux postes de souveraineté en Libye    Zetchi recalé par la FIFA    "Je serai de retour dans une à deux semaines"    Ifticène jette l'éponge    Reprise dimanche après la fin du 2e regroupement    Inquiétante hausse de la cybercriminalité    Cap sur le renforcement de la couverture sécuritaire    Le personnel de la santé prêt pour l'opération    Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité    Les rapports franco-algériens entre histoire et mémoire    Le rôle du poète au sein de sa cité    Hommage à cheikh Abdallah Guettaf    Création d'un prix littéraire au nom de la poétesse Oum Siham    Couleurs et douleurs, nouveau recueil de nouvelles de l'écrivain Boubakr Kadri    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Sidi Chami, El-Ançor et Bir El-Djir: Près de 36 millions de dinars pour de nouvelles cantines scolaires    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Le génie du virus    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Reddition d'un terroriste et arrestation de 3 éléments de soutien    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après 14 heures de liberté : Karim Tabbou de nouveau en détention
Publié dans El Watan le 28 - 09 - 2019

Libéré mercredi, sur décision de la chambre d'accusation près la cour de Tipasa, Karim Tabbou, militant et coordinateur de l'Union démocratique et sociale (UDS), a été remis en détention provisoire par le tribunal de Sidi M'hamed l Les raisons de son arrestation sont encore inconnues.
D'après la famille Tabbou, l'arrestation a eu lieu vers 8h30 devant son domicile qu'il venait de regagner la veille. «Moins de 24 heures après la mise en liberté conditionnelle de notre fils Karim Tabbou, il a été une nouvelle fois arrêté aujourd'hui vers 8h30, à son domicile, devant sa femme et ses enfants, par des individus en civil se présentant de la police.
Encore une fois, il a été conduit vers une destination inconnue jusque-là. Le tribunal de Koléa, saisi par l'un des avocats de la défense, a confirmé ne pas avoir été informé ni de l'arrestation ni de l'endroit de cette détention», avait écrit Djaafar Tabbou, frère de Karim, sur sa page Facebook.
La famille du militant n'a pu avoir de nouvelles que dans l'après-midi d'hier sur sa mise en détention provisoire par le tribunal de Sidi M'hamed. Jusqu'à ce que nous mettions sous presse, aucune information n'est donnée sur les raisons de cette arrestation, ni ce mandat de dépôt.
Me Mustapha Bouchachi, célèbre avocat et défenseur des droits de l'homme, a considéré que cette décision a mis sous le boisseau toutes les procédures d'arrestation ainsi que les droits de l'homme. «Les hommes en civil, qui ont procédé à l'arrestation de Karim, lui ont assuré qu'il serait remis en liberté sous peu.
Ce qui n'a pas été fait. Sa famille est restée sans nouvelles et nous sommes mobilisés pour sa recherche. Nous nous sommes déplacés au tribunal de Koléa, puis aujourd'hui (vendredi ndlr) aux différents tribunaux de la capitale, pour apprendre à la fin qu'il a été mis sous mandat de dépôt.
Nous n'aurons des informations sur les motifs de cette arrestation que dimanche», s'exprimait Me Bouchachi, dans une vidéo diffusée par le média électronique Maghreb Emergent, sur sa page Facebook. Cet avocat a considéré que le mode de cette arrestation, notamment le fait qu'il n'a pas été accordé à Karim Tabbou de donner signe de vie à sa famille, est contraire à la loi.
Me Bouchachi a estimé qu'il est désolant qu'une pareille décision soit prononcée en moins de 24 heures d'une autre décision de justice prononçant la libération de ce militant. «Ce type d'agissement est une provocation prononcée et ne peut être que de connotation politique. Une décision qui n'honore point notre pays qui milite pour la liberté, l'Etat de droit et la démocratie», conclut-il.
Pour rappel, Karim Tabbou a été interpellé le 11 septembre près de son domicile à Douéra, pour être mis en détention provisoire par le juge d'instruction près le tribunal de Koléa pour «atteinte au moral des troupes» de l'armée, selon l'article 75 du code pénal. Parce que ces chefs d'accusation retenus contre lui ne constituaient pas un «crime», il a bénéficié d'une remise en liberté pour revenir en prison 14 heures après.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.