Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Point Barre : Des gens comme les autres…
Publié dans El Watan le 05 - 10 - 2019

Des parents d'élèves de l'école primaire Keciri d'Azazga ont fait part de leur stupeur, la semaine dernière, après qu'ils aient pris connaissance du rejet par l'APC de la demande d'agrément de leur association (de parents d'élèves) déposée auprès du bureau du maire en décembre 2018. Soit presqu'un an, pile poil, après le dépôt de la requête.
Les initiateurs de l'association, essentiellement des parents d'élèves de condition modeste, ne se montrent pas surpris outre mesure par le refus qui leur a été signifié. Pour eux, c'est normal, car pour les associations locales, c'est la collectivité territoriale de base qui délivre l'agrément.
Mais ils ne s'arrêtent pas là et citent un point de la réglementation stipulant qu'«en cas d'absence de réponse de l'administration après un certain délai, l'association est de facto considérée comme agréée».
Ces citoyens, agissant dans le cadre de ce qu'ils croyaient être une simple et noble mission de service public, appelée à activer dans l'intérêt de leurs enfants scolarisés, ne sont pas au bout de leur déconvenue après neuf mois d'attente angoissée.
Quelqu'un de scrupuleux, probablement du corps de l'administration locale, aurait finalement pris sur lui de les informer que leur «demande a été rejetée en raison des réserves émanant du secteur de l'Education nationale». «Devons-nous agir dans un cadre non organisé, alors que notre objectif est de travailler en conformité avec les lois et règlements» ! ?
En tout cas, on aura tout vu dans cette région de Kabylie sans problèmes majeurs et très impliquée dans le mouvement associatif. Si des responsables du secteur mettent des bâtons dans les roues, qui prendra alors en charge les difficultés et problèmes d'une population réticente à solliciter chaque fois les autorités locales ?
Rien d'autre à dire, cette situation n'est pas normale et serait peut-être révélatrice de dysfonctionnements administratifs : point barre !
Sur les gestions locales et les missions des élus légitimés par des élections non entachées, il y aurait beaucoup à dire. Et il suffit de suivre au jour le jour ce qui défraie la chronique à Annaba en ce moment, pour évaluer la force de l'emprise des lobbies et des réseaux sur les richesses de la région.
Et de rôle de spectateur auquel sont réduites les assemblées territoriales, APW et APC, que l'Etat dit vouloir hisser au rang de chevilles ouvrières du développement local.
Si une simple demande d'agrément d'association, à but strictement caritatif et d'aide aux enfants scolarisés, en provenance d'un village démuni s'expose aux réticences de l'administration locale, alors comment tisser l'indispensable lien entre les parents soucieux du devenir de leur progéniture et les enseignants disponibles pour s'investir au service de leurs concitoyens ?
C'est le philosophe et islamologue Mohamed Arkoun, décédé en septembre 2010, qui, un jour, a fait cette réponse à des doctorants qu'il encadrait à La Sorbonne : «Les Kabyles sont des gens comme les autres.» Autrement dit, ni suprémacisme ni statut particulier, rien que des citoyens bénéficiant des mêmes droits et soumis aux mêmes devoirs que le reste de leurs compatriotes.
Bien vrai ! Mais encore faut-il que tout le monde le comprenne ainsi. Beaucoup d'efforts restent à faire dans cette voie. Sinon, pourquoi embastiller des jeunes manifestants au seul motif de porter un maillot sportif à l'effigie du club phare de la Kabylie, la JSK ? Heureusement pour ces jeunes, mais aussi pour l'institution judiciaire, les trois manifestants du hirak ont été libérés le 29 septembre après avoir été auditionnés par la justice.
Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), deux manifestants étaient poursuivis pour «port de drapeau amazigh» et le troisième pour avoir porté… le maillot de la JSK, une équipe de football tout ce qu'il y a de national. Ouf…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.