Application des nouveaux tarifs    La revalorisation officialisée    Ce qu'il faut faire pour éviter l'échec    Que sait-on de l'hydroxychloroquine ?    8 décès déplorés, 115 nouveaux cas    Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Front Polisario dénonce une agression flagrante
Ouverture d'une représentation consulaire de Gambie à Dakhla
Publié dans El Watan le 11 - 01 - 2020

La diplomatie sahraouie a averti que le gouvernement «adoptera la position appropriée et les décisions nécessaires pour défendre sa souveraineté conformément au droit constitutif de l'Union africaine et au droit international».
La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a dénoncé l'ouverture par la Gambie d'une représentation consulaire à Dakhla, ville occupée du Sahara occidental, qualifiant cette décision d'«irresponsable» et d'«agression flagrante».
«La République de Gambie a ouvert mercredi ce qu'elle a appelé un ‘consulat' dans la ville occupée de Dakhla, en relation directe avec l'occupation illégale marocaine de parties de la République sahraouie», a indiqué le ministère sahraoui des Affaires étrangères dans un communiqué publié le même jour.
«La RASD considère cet acte commis par la Gambie comme une agression flagrante sur son territoire, un soutien à l'occupation marocaine et une violation manifeste du droit constitutionnel de l'Union africaine et de ses résolutions de légitimité internationale qui ne reconnaissent aucune souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental», a soutenu le ministère sahraoui des Affaires étrangères.
La RASD, a ajouté le communiqué répercuté par les médias sahraouis, «condamne fermement cette agression et la décision irresponsable de la Gambie» et «porte au gouvernement de ce pays, avec l'occupant marocain, les conséquences qui résulteront» de cette violation. La diplomatie sahraouie a souligné que le gouvernement «adoptera la position appropriée et les décisions nécessaires pour défendre sa souveraineté conformément au droit constitutif de l'Union africaine et au droit international».
L'Algérie a, de son côté, qualifié de «violation» du droit international la décision unilatérale du gouvernement de Gambie d'ouvrir une représentation consulaire à Dakhla, ville occupée du Sahara occidental, dans un communiqué rendu public mercredi par le ministère des Affaires étrangères (MAE).
La Gambie est le troisième pays après la Côte d'ivoire et les Comores à ouvrir un consulat dans les territoires sahraouis occupés ces derniers mois. Le 26 juin 2019, l'ambassadeur de Côte d'Ivoire s'était déplacé dans la même ville depuis Rabat, à l'occasion de l'ouverture du premier consulat honoraire à El Ayoune.
Jamais auparavant un pays, même parmi les plus grands amis du Maroc, n'avait franchi un tel palier en cautionnant une représentation diplomatique, même honoraire, dans l'une des villes des territoires sahraouis occupés.
Le Maroc, soutenu activement par la France et l'Espagne dans son opération de spoliation des terres sahraouies, compte toujours beaucoup sur les capitales de l'Afrique francophone pour rejoindre ses vues concernant le Sahara occidental. Les Comores avaient inauguré, fin décembre, un consulat général à El Ayoune, au Sahara occidental.
Ces violations du droit international interviennent au lendemain du 15e congrès du Front Polisario, au cours duquel le mouvement indépendantiste a réaffirmé qu'il «ne sera jamais acteur» dans une opération ne respectant pas le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance. Il avait appelé, une nouvelle fois, la communauté internationale à assumer ses responsabilités en exigeant l'application de la Charte et des résolutions de l'Onu, relatives au règlement du conflit du Sahara occidental.
Le président de la RASD, Brahim Ghali, avait appelé, quant à lui, la communauté internationale à «assumer ses responsabilités en exigeant l'application de la Charte et des résolutions de l'ONU, en tête desquelles l'indépendance des pays colonisés, et à parachever le processus de décolonisation dans la dernière colonie d'Afrique».
Les participants au 15e congrès du Front Polisario, qui s'est tenu du 19 au 23 décembre dernier à Tifariti, ont réaffirmé, d'une seule voix, l'attachement du peuple sahraoui à l'exercice de son droit à l'autodétermination et à l'indépendance, qui constitue «une ligne rouge à ne pas dépasser».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.