Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vieux travers
Publié dans El Watan le 14 - 07 - 2010

A peine de retour d'une mission de trois ans comme ambassadeur au Sénégal, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien de son état, vient de dénoncer un retour des « vieux travers » de la politique africaine de la France. Pour les Algériens, l'un des travers est bien perçu dans le cas des visas refusés sans motivation. Ou plutôt refusés « en raison du risque de détournement de l'objet du visa, soit pour rester illégalement en France, soit pour profiter indûment de prestations médicales », comme l'a argumenté publiquement, avant-hier, Michel Dejaegher, nouveau consul général à Alger. Aujourd'hui, 14 juillet, fête nationale, Sarkozy ne manquera pas de tenir un discours conciliant en direction des « ex-colonies », mais difficilement détaché des « vieux travers ». De plus en plus, la déception est grandissante chez les Algériens vis-à-vis de « l'ennemi d'hier, l'ami d'aujourd'hui ». Ils assistent à une politique française difficilement constante et obéissant souvent à des sautes d'humeur.
Une déclaration comme celle d'un Bernard Kouchner, en février dernier, ou bien l'inscription de l'Algérie sur la liste de pays à risque pour les transports aériens le confirment bien. En lieu et place des choses dites ou des décisions déjà prises, Paris multiplie alors l'envoi d'officiels, donnant l'impression que les Algériens sont impulsifs et réagissent par émotion. Récemment, Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée et homme de confiance de Sarkozy, est venu à Alger pour apaiser les esprits. Mais d'ici quelque temps et une fois encore, rien n'est garanti quant à une action de l'Etat français qui ira fâcher l'Algérie.
A l'esprit paternaliste qui a prévalu pendant des dizaines d'années après l'indépendance, la France a substitué l'esprit de maître qui se permet de gueuler (Kouchner), de sanctionner (liste des pays à risque) ou d'agir comme bon lui semble (loi sur la glorification de la présence coloniale). Tout cela en faisant fi d'un passé historique que, malheureusement, certaines personnalités françaises ont du mal à assumer, d'un présent qui a scellé le sort de milliers de Franco-Algériens unis par des liens de sang et d'un avenir commun que Paris a intérêt à construire avec Alger, loin de tout esprit revanchard ou passéiste. La fête du 14 juillet devrait servir à se ressourcer dans les véritables valeurs d'une France qui ne doit plus aller de travers avec ses partenaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.