JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Installation du Conseil supérieur de la chasse : La faune sauvage menacée d'extinction par le braconnage
Publié dans El Watan le 21 - 01 - 2021

Le Conseil supérieur de la chasse et du patrimoine cynégétique a été installé, samedi dernier, par le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani, en vertu du décret exécutif n° 06-400 du 12 novembre 2006, qui fixe sa composition, son organisation et son fonctionnement.
Il est composé de 22 membres proposés par les ministères et les organismes membres avec les deux derniers sièges réservés à deux personnalités qualifiées pour leurs compétences cynégétiques. Il comprend deux commissions, celle chargée des questions relatives aux conditions d'exercice de la chasse, et celle chargée de protéger le patrimoine faunistique.
Comme c'est un conseil, c'est donc un organe consultatif, mais le ministre de l'Agriculture a cru bon d'ajouter «qu'il doit, en outre, superviser les chasseurs, les orienter et les accompagner pour arriver à la pratique d'une chasse pérenne».
Ali Mahmoudi, directeur général des forêts, a précisé que le conseil donne son avis sur la politique cynégétique et sur les voies et les moyens d'amélioration et de développement de la pratique de la chasse. Ce conseil de la chasse existe en fait depuis un premier texte de 1983, mais il s'est rarement réuni, pour ne pas dire, pas du tout. Le maître-mot de la cérémonie d'installation a été « «éradiquer la chasse illicite».
C'est un euphémisme pour désigner le braconnage qui décime la faune sauvage, chassable ou pas, et les milieux naturels qui sont les siens. La chasse autorisée et réglementée a été suspendue en 1992 et les armes des chasseurs confisquées par les services de sécurité au regard des conditions sécuritaires de l'époque.
Les armes ont été restituées progressivement ces dernières années et, nous disent des chasseurs dignes de ce nom, cela été la curée dans nos campagnes, nos montagnes et nos forêts. L'interdiction est levée depuis le 12 septembre 2020.
Un décret pour lutter contre le braconnage en préparation
Administrations, la Direction générale des forêts (DGF) et la Fédération nationale des chasseurs algériens (FACA), s'attellent à mettre en place les conditions réglementaires et pratiques de sa réouverture qui ne pourra intervenir dans le meilleur des cas qu'en septembre 2021.
Mais d'ores et déjà, nous disent des chasseurs, des associations de protection, des milliers de fusils se sont empressés d'envahir la nature à la seule annonce de la levée de l'interdiction. Ministre, DGF et FACA ont convenu de lutter contre la chasse illicite. La FACA rejoint le ministre sur l'idée d'impliquer les chasseurs dignes de ce nom et dans la protection des espèces protégées en voie de disparition et le développement du patrimoine cynégétique.
Selon notre interlocuteur de la FACA, c'est également le chasseur digne de ce nom qui doit contribuer à lutter en protégeant les terrains amodies. A ce propos, il nous révélera qu'un décret exécutif spécifique au braconnage est en préparation, c'est l'un des 24 décrets qui devaient compléter la loi que la chasse.
La FACA s'interroge pour sa part sur l'approvisionnement en cartouches, car celles qui circulent proviennent, bien entendu, de la contrebande, puisque les armureries sont fermées depuis 1992. Ce sont donc des centaines de milliers de cartouches qui entrent illégalement, et pour la FACA, c'est un problème qu'il faut absolument régler avant l'ouverture officielle. Il n'y a pas que les fusils qui déciment la faune sauvage.
Le braconnage se place derrière le trafic d'armes et celui des stupéfiants pour les revenus faramineux que rapporte le commerce des animaux ou des parties de leurs corps. Le marché mondial est estimé à près de 200 milliards de dollars et il progresse annuellement de 5%.
Les animaux sauvages, surtout les oiseaux, mais aussi les mammifères, les reptiles, piégés ou capturés par divers moyens dans leur milieux naturels, contribuent à cette extermination silencieuse et moins visible, sauf sur certains marchés tolérés, en dépit de la loi.
Le président d'une association de chasseurs de la Fédération d'Alger vient d'être condamné à une amende de 100 000 DA pour port et usage d'équipements interdits. Il a publié sa photo sur son compte facebook avec un talkie-walkie et une paire de jumelles.
Equipements considérés comme sensibles depuis 1994 et le sont restés depuis, alors qu'ils sont aujourd'hui indispensables pour les gens qui travaillent dans la nature. Pour la FACA, qui s'est portée partie civile, cette affaire a fortement pénalisé les chasseurs, car elle dégrade leur image et celles de leurs représentants.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.