Joindre les projets innovants de fin d'études à la propriété intellectuelle    Portugal : Ronaldo égale Miroslav Klose    Athlétisme/Championnats arabes (3e J): quatre nouvelles médailles pour l'Algérie    Education: toute les conditions réunies pour un bon déroulement de l'examen du baccalauréat    LPP: début samedi de l'opération de souscription au niveau de 36 wilayas    Sahara occidental: reconnaître la "prétendue" souveraineté marocaine "nuit à la paix en Afrique du Nord"    L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Vers une restructuration    "La future APN aggravera la crise"    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Le dialogue comme seule alternative    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    Bengrina souffle le chaud et le froid    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tazmalt : Un charlatan-sorcier mis hors d'état de nuire
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2021

Un charlatan-sorcier a été arrêté, mardi dernier, par la police dans la ville de Tazmalt, à 85 km de la ville de Béjaïa où il exerçait son activité. Présenté à la justice, il a été mis sous mandat de dépôt. Selon un communiqué de la sûreté de wilaya, l'individu disposait d'un siège où il pratiquait ses rituels de sorcellerie (sihr) et de charlatanisme en recourant à des «gris-gris, talismans, livres de religion et des matières utilisées dans la sorcellerie».
Selon des habitants de la ville, le charlatan est un homme d'un certain âge qui avait son local situé à proximité d'une école primaire. Des parents d'élèves de cette école se sont plaints de l'existence de cette pratique moyenâgeuse et alerté sur le danger de la proximité du local avec l'établissement scolaire.
La majorité des clients du mis en cause sont des femmes à la recherche d'une prescription superstitieuse, un harz, pour dénouer une situation, guérir d'une maladie ou jeter un sortilège pour changer l'état de quelqu'un ou nuire à sa personne.
On fait croire que tout se «traite» comme dans une clinique à rites oraux et manuels où le sorcier-charlatan fait valoir ses prétendus pouvoirs surnaturels, quasi divins : marier une célibataire ou l'en empêcher, susciter l'amour ou l'intérêt, assurer un succès ou un pouvoir, réparer une rupture, soigner la stérilité, déboucher ou boucher un horizon... Les cibles sont souvent les belles-filles, les belles-mères, les collègues, les voisins, les couples...
Cependant, ces pratiques intéressent plus les femmes, des hommes recourent aussi aux services de tels sorciers pour diverses raisons. Trois hommes figurent parmi les onze personnes surprises dans l'une des pièces du local du charlatan, lors de l'intervention des services de sécurité. Selon la police, la majorité des onze clients ont fréquenté les lieux pour «se soigner à la rokia et la sorcellerie».
Pour ce faire, il est fait recours «aux encens, à la transe et aux chants avec des expressions incompréhensibles et autres procédés similaires», précise le communiqué de la police qui a saisi à l'intérieur du local perquisitionné «quelques outils utilisés dans la sorcellerie et le charlatanisme, différents ingrédients et liquides à l'origine inconnue, et les photographies de plusieurs personnes, en plus de sommes d'argent en monnaie nationale et en devises étrangères».
A croire des Tazmaltais, la sorcellerie, phénomène social favorisé par l'ignorance, est plus ou moins répandu dans la région. La clientèle des sorciers ne se recrute pas que parmi les illettrés, des personnes plus ou moins «instruites» y croient et y font aussi appel malgré le danger de ces consultations mêlant sihr et religion. Un citoyen témoigne qu'un «homme a trouvé la mort pour avoir consommé une recette prescrite par un charlatan».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.