Joindre les projets innovants de fin d'études à la propriété intellectuelle    Portugal : Ronaldo égale Miroslav Klose    Athlétisme/Championnats arabes (3e J): quatre nouvelles médailles pour l'Algérie    Education: toute les conditions réunies pour un bon déroulement de l'examen du baccalauréat    LPP: début samedi de l'opération de souscription au niveau de 36 wilayas    Sahara occidental: reconnaître la "prétendue" souveraineté marocaine "nuit à la paix en Afrique du Nord"    L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Vers une restructuration    "La future APN aggravera la crise"    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Le dialogue comme seule alternative    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    Bengrina souffle le chaud et le froid    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benziane (Oued El Hamiz) : Risque de MTH sur la population
Publié dans El Watan le 06 - 05 - 2021

Le risque de Maladies à transmission hydrique (MTH) plane sur le Douar Benziane. Et pour cause, ce pâté de maisons érigé sur un affluent de oued El Hamiz (à l'est de la capitale) est assiégé par les ordures et la pollution émanant de ce cours d'eau hautement insalubre. «Nous avons pris attache avec les autorités concernées par notre problème, en vain. Notre cas nécessite une délocalisation, voire un relogement», alerte un habitant.
Et d'ajouter : «En l'absence d'une prise en charge des autorités locales, nous avons entrepris plusieurs réalisations à nos propres frais. Cependant, cela reste insuffisant, car le vrai problème reste celui de la pollution et des mauvaises odeurs qui émane de l'oued.» Les dernières maisons du lotissement Douar Benziane ont été construites sur les rives de l'oued. Seuls quelques mètres séparent les habitations du lit de l'oued.
Le quartier a été créé durant les années 1990, sur les restes d'un hameau de maisons très anciennes. L'extension s'est faite de manière anarchique et improvisée, «durant la décennie noire, les responsables locaux de Bordj El Kiffan, entre autres le DEC, ont attribué des lots de terrain à tort et à travers. Ce lotissement n'aurait pas dû voir le jour, compte tenu de sa proximité avec un oued très pollué», regrette un ancien habitant de la localité.
En plus de l'avilissement du cadre de vie des habitants par la pollution du cours d'eau, le risque d'inondation est permanent. L'oued peut, à la moindre chute de pluie, sortir de son lit pour provoquer une catastrophe. D'ailleurs, des inondations se sont produites par le passé, révélant la vulnérabilité de ce lotissement d'habitations face à une crue.
Si la capitale est en train de se débarrasser de la grande pollution qui émane de l'oued El Harrach, l'est de la capitale, en l'occurrence le douar Benziane, n'est paradoxalement pas préservé de ce genre de dégradation écologique.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.