Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2021

Les épreuves du baccalauréat, qui ont débuté dimanche 20 juin sur le territoire national, devaient concerner 16 388 candidats qui se sont inscrits pour les passer dans la wilaya de Béjaïa, dont une majorité de 9216 filles et 16 candidats aux besoins spécifiques. A l'entame de l'examen, 14 839 se sont présentés aux 40 centres.
1549 ne l'ont pas fait. Plus que les 1145 absents de l'édition de 2016, par exemple. Au premier jour, les services de la Direction de l'éducation (DE) ont enregistré 9,45% d'absence. Ce taux qui frise les 10%, est, de fait, important et, par conséquent, doit retenir l'attention des services concernés.
Le gros de ces absences est enregistré chez les candidats libres (5362 inscrits) qui réalisent un taux encore plus important. Selon les chiffres de la DE, ils ont été 1505 (1031 absents en 2016) à n'avoir pas été au rendez-vous de dimanche, soit un taux considérable de 28,07%.
En septembre 2020, les autorités avaient annoncé, pour rappel, un taux d'absentéisme national de 20% concernant les candidats libres. Exception faite de quelques cas certainement de force majeur, il est à comprendre que la majorité de ce contingent renonce à passer l'examen faute probablement de préparations.
Parmi eux figurent ceux, nombreux, qui n'ont pas obtenu leur baccalauréat, qui ont pris le soin de constituer leurs dossiers mais qui renoncent à retenter leur chance.
Beaucoup, néanmoins, parmi les candidats libres sont détenteurs déjà du bac. Le phénomène est connu, ils se réinscrivent pour repasser l'examen et tenter de l'avoir avec la meilleure moyenne qui leur permettra de changer de spécialité à l'université.
Ce qui grossit les rangs des candidats. Pour l'administration se pose assurément le travail, finalement vain, de traitement d'autant de dossiers de candidatures inabouties. Dans une démarche qui semble être une tentative de réguler ces flux et de dissuader les candidatures incertaines, le ministère de l'Education nationale a différencié les montants des frais d'inscription de ces trois catégories de candidats.
Les candidats libres détenteurs du bac se sont acquittés, au début de l'année, de 5000 DA, soit presque le double de ce qui est dû aux candidats libres sans bac (3000 DA), et plus du triple des 1500 DA exigés pour les candidats scolarisés. Cela dit, il faut dire que les absences les plus inquiétantes, du moins les plus notables, sont celles concernant les scolarisés. La DE a compté 44 élèves absents au premier jour de l'examen, dimanche dernier (contre 114 absents en 2016).
Cela représente un taux, certes infime, de 0,4% sur les 11 026 inscrits, mais c'est autant d'absences dont il faudra étudier les raisons, d'autant qu'elles concernent des élèves restés en contact permanent avec leurs lycées tout au long de l'année.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.