Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Pen, tel père telle fille…
Marine devrait succéder à Jean Marie à la tête du FN
Publié dans El Watan le 15 - 01 - 2011

Pour la forme, c'est un coup de jeune pour ce vieux parti. Pour le reste, c'est la xénophobie qui va accoucher d'une «petite».
Au Front national, la succession est une histoire de famille. Un Le Pen en cache une autre. Le chef historique de l'extrême droite française, Jean-Marie Le Pen, 82 ans, doit en effet transmettre, ce week-end, le flambeau à sa fille Marine, lors d'un congrès du Front national (FN). Sauf grosse surprise, l'impertinente grande blonde qui écume les plateaux de télévision ces derniers temps devrait prendre le témoin à son père. Le FN, qui s'apprête ainsi à tourner une page de 40 ans d'histoire, procédait hier au dépouillement du vote de ses 23 000 à 24 000 adhérents revendiqués.
La benjamine des filles Le Pen, Marine, grande femme blonde énergique de 42 ans, qui a reçu le soutien de son père, part largement favorite face à son seul opposant, Bruno Gollnisch, un universitaire de 60 ans, député européen et membre historique du parti, qui a le soutien des courants les plus radicaux, comme les catholiques intégristes. Le résultat devait être connu dès hier soir par les dirigeants du parti, mais la proclamation officielle a été fixée à demain matin, à condition que rien ne «fuite» d'ici-là.
Depuis la création du parti en 1972, c'est la première fois que le président du FN est élu par un vote des adhérents, Jean-Marie Le Pen ayant toujours été reconduit par acclamation lors des congrès successifs. Marine Le Pen se refusait hier à considérer la partie comme gagnée. «Il y a toujours un aléa dans la démocratie (...) vous aurez le résultat dimanche matin», a-t-elle dit sur Radio Classique. Même message de la part de Bruno Gollnisch : «Je pense que rien n'est encore joué», a-t-il dit, sur RFI, tout en s'interrogeant sur «l'impact du déséquilibre (médiatique)» au profit de sa rivale. L'ancienne avocate s'est, en effet, imposée ces derniers mois sur le devant de la scène politique, battant des records d'audience à la télévision, avec un talent oratoire qui rappelle celui de son père. Les sondages d'intention de vote lui donnent jusqu'à 18% (enquête CSA parue hier) pour le premier tour de la présidentielle de 2012, où elle espère rééditer la performance de son père qui avait atteint le second tour en 2002 face à Jacques Chirac.
Une belle blonde aux idées noires…
A cette fin, elle a repris à son compte les recettes qui ont fait le succès du «Lepénisme» : rejet de l'immigration, retour de la peine de mort, dénonciation de la «caste politique» ou des «Eurocrates» de Bruxelles. Avec le Suédois Jimmie Aekesson, le Hongrois Gabor Vona, ou le Néerlandais Geert Wilders, elle incarne le nouveau visage d'une extrême droite européenne qui surfe sur le repli identitaire et le rejet de l'Islam. Cette mère de trois enfants, deux fois divorcée, veut aussi apparaître comme une «femme moderne» et laïque. Et même si elle est visée par une enquête pour «incitation à la haine raciale» pour avoir comparé les prières de musulmans dans les rues de certains quartiers à l'occupation allemande, elle tente de normaliser l'image du parti.
«L'inscription du FN dans le paysage politique français, après trente-huit ans d'existence, s'est améliorée», constate dans Le Monde le politologue Pascal Perrineau, citant un sondage TNS Sofres, selon lequel 37% des personnes considèrent que le FN «n'est pas un danger pour la démocratie», alors qu'elles étaient 26% en mai 2002.
Mais à droite et à gauche, les politiques affirment ne pas croire à une version édulcorée du Front national. «Ce ne sera pas du Le Pen light», a estimé la ministre chargée de l'Apprentissage, Nadine Morano. «Le Front national va rester le Front national, il va juste simplement changer de prénom», a-t-elle ajouté. «Je dis danger (...) parce que Marine Le Pen a des habits qui laisseraient penser qu'elle n'est pas d'extrême droite», a déclaré le porte-parole de l'opposition socialiste, Benoît Hamon, jugeant «la droitisation de la politique» menée par Nicolas Sarkozy responsable de «la réémergence du FN» dans les sondages. Comme quoi, la belle blonde cache mal ses idées noires. Son père, Jean Marie, pourrait bien apparaître dans peu temps comme un enfant de chœur…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.