La déclaration de politique générale du gouvernement n'est pas programmée : Une autre violation de la Constitution !    Les Rouge et Noir éliminés à Khartoum    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    La revanche des riches    Défaitisme    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Itinéraire d'un mythomane nommé Adolphe Jacques Simon
Contributions : les autres articles
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2012

Je viens de prendre connaissance, avec stupéfaction, des graves accusations lancées par Adolphe Jacques Simon contre l'historien Mohammed Harbi, l'accusant d'avoir organisé une campagne, en 1957, visant à la «liquidation des responsables messalistes de l'USTA».
Comme d'habitude, à travers Internet, Adolphe Jacques Simon lance, sans la moindre preuve, des accusations d'une extrême gravité en se fondant sur des rumeurs qui se transforment vite en calomnies, purement et simplement. Je voudrais, à cette occasion, revenir sur l'itinéraire de Adolphe Jacques Simon, personnage que j'ai bien connu lorsque j'ai milité dans les rangs des organisations trotskistes dans les années 1970/1980, ou dans les milieux de l'immigration algérienne plus récemment. Contrairement à ce qu'il dit, Adolphe Jacques Simon n'a jamais été membre de la direction du MNA ou de l'USTA (le syndicat des partisans de Messali) pendant la guerre d'Algérie.
Les nombreuses mises au point et demandes de rectifications de la fille de Messali Hadj à ce propos n'empêchent donc pas A. J. Simon de poursuivre inlassablement son travail de réécriture de sa propre histoire. Adolphe Jacques Simon n'a jamais été membre de la direction de l'organisation trotskiste à laquelle il appartenait (par exemple membre du «comité central»), et n'a donc jamais reçu «mandat» pour être le responsable des Trotskistes algériens. Mais il continue de se proclamer grand acteur de cette histoire, en dépit des nombreuses demandes de retrait de ce qualificatif par l'ensemble des militants algériens de cette période (j'ai moi-même, en vain, demandé depuis plusieurs années que ces titres de responsabilités ne soient plus mentionnés dans sa biographie et les nombreux articles qu'il publie dans diverses revues sur cette question).
Exclu de l'organisation trotskiste en 1984, A. J. Simon a continué d'appartenir à différents groupes d'extrême-gauche, puis il s'est rapproché du Front des forces socialistes. Il a été exclu de cette organisation, en 1988, pour avoir proféré de graves accusations, sans preuve, d'antisémitisme contre un dirigeant de cette organisation. Il n'a donc, contrairement à ce qu'il prétend, jamais dirigé le journal du FFS, L'Algérie libre, se contentant d'écrire quelques articles. Adolphe Simon, après sa retraite d'instituteur, se lance dans l'écriture d'une thèse consacrée à la vie de Messali. Il obtient la plus basse note possible («passable») au moment de la soutenance de cette thèse. Il n'arrive pas à obtenir l'accord de la direction de FEN pour développer un travail sur l'Algérie et se trouve écarté de cette organisation. Il se lance alors dans la construction d'un «centre de recherches sur l'Algérie».
Pourtant, je peux assurer que Simon ne parle pas un mot d'arabe ou de berbère, et qu'il s'est rendu durant les cinquante dernières années qu'une seule fois (quelques jours) en Algérie. Il prétend pourtant être un grand spécialiste de ce pays, et se présente en universitaire (alors qu'il n'a jamais donné un cours à l'université, et qu'il est brouillé avec l'ensemble des chercheurs de cette histoire). Dans les dernières années, Simon s'est rapproché des positions de dénonciation de la soi-disant «repentance», stigmatisation des «égorgeurs» du FLN, refus de reconnaître le 19 mars comme date de la fin de guerre, insistance sur les massacres de harkis, etc.
C'est une thématique désormais bien connue, qualifiant les historiens, qui se sont engagés contre la loi de février 2005 sur «les bienfaits de la colonisation», de «bataillon d'historiens engagés et d'idiots utiles». Après l'élection, en 2007, de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, Adolphe Simon a demandé audience à Brice Hortefeux pour lui dire tout le bien qu'il pense de son ministère de l'Identité nationale et de ce qu'il en attend pour l'immigration. Mais ses demandes n'ont pas abouti… Voici donc quelques éléments biographiques qui permettent d'éclairer la vie de ce personnage qui, depuis de nombreuses années, passe le plus clair de son temps à lancer anathèmes, excommunications, injures et calomnies. Ce qui se diffusait dans un cercle restreint a pris désormais de l'importance, via Internet, et c'est pourquoi il m'a semblé nécessaire de réagir au moment où il commence une campagne de dénigrement de Mohammed Harbi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.