FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»    Appel à la dissolution de l'APN    Mort de Khashoggi: Ryad avoue mais ne dit pas tout    Sahara occidental: Six plaintes contre des groupes français    Révoltant    Ligue 2: L'USMB, l'USMH et le RCK dans de beaux draps    Equipe nationale: Le match amical contre le Qatar fixé au 23 décembre    USM Bel-Abbès: Un point inespéré    Tlemcen: Plus de 2.000 unités de boissons alcoolisées interceptées    Selon un récent bilan de l'OPGI: Près de 60.000 logements sociaux attribués en deux décennies    Non exploités par leurs bénéficiaires depuis plus de 10 ans: Une vingtaine de locaux commerciaux à l'abandon à Oued Tlélat     Destitution du président de l'APN : Le PLD dénonce un «coup de force»    Une exposition entièrement dédiée à l'importation de produits et services : Seules 14 entreprises représenteront l'Algérie à Shanghai    Bomare Company (Stream System) : Des performances à l'export malgré les entraves    Sale temps pour les Al Saoud    Elections législatives en Afghanistan : Sous la menace des talibans    Après 9 mois : Nestlé tient le cap et confirme ses objectifs annuels    Englué par Wall Street : Le pétrole finit au plus bas depuis un mois    Conseil d'Affaires algéro-britannique: L'excellence des relations bilatérales réaffirmée    Bilan des JOJ 2018 : Belle moisson de 5 médailles pour l'Algérie    Coupe de la Confédération 2019: L'USM Bel Abbès dépose son dossier d'engagement au dernier moment    La chimie a toujours raison    L'exclusion de Salima Ghezali du FFS est un déni absolu des règles et valeurs démocratiques    General Electric Algeria Turbines (GEAT) : Un programme de formation unique en Afrique    Tizi-Ouzou : Signature d'une convention entre l'UMMTO et une unité de montage de tracteurs    17 Octobre 1961 à Paris : «Ici, on noie les Algériens»    Palais de la culture Moufdi Zakaria de Kouba : Un hommage à Ouazib Mohand Ameziane    Festival international de théâtre de Béjaïa : Histoire d'un petit boucher indésirable    Siha-DZ", l'application localisant les pharmacies de garde et les hôpitaux    La traduction en temps réel avec Google Assistant    "L'APN ne sera pas dissoute"    Le front social en ébullition    Des cours de mise à niveau pour les élèves "déficients"    5 ans de prison pour le chef de service !    Expulsion de l'ambassadrice vénézuélienne    Les Canaris toujours invincibles    Le journaliste emprisonné, en danger de mort    Banksy révèle comment aurait dû se dérouler la destruction de son oeuvre    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Briser le silence ; libérer la parole    US Biskra : Benaïssa suspendu 6 mois    La vacance de la présidence constatée: Qui sera le nouveau président de l'APN ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lotissement Boushaki (f) à Bab Ezzouar : un quartier dépourvu de revêtement
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 05 - 04 - 2012

Le revêtement en bitume des venelles de ce quartier devient une nécessité, tant le cadre de vie de ses habitants s'en trouve altéré.
Les habitants du lotissement Boushaki (F), dans la commue de Bab Ezzouar, n'en finissent pas de subir les méandres d'une situation des plus pénalisantes. Le lotissement qui a été pourtant construit en 1996 est dépourvu de revêtement en bitume : «Nous avons pris à notre charge les travaux de tous les aménagements, à savoir le réseau d'assainissement et celui de l'eau potable. S'agissant du revêtement en bitume des venelles de notre quartier, nous sommes réduits à endurer une interminable expectative», déplorent les habitants du lotissement. Les allées du quartier sont ponctuées d'excavations qui leurs confèrent une allure de champ bombardé plutôt qu'un quartier d'habitations.
A la moindre chute de pluie, aussi fugace soit-elle, la boue envahie les moindres recoins du lotissement, si bien que les déplacements des habitants deviennent impossibles voire périlleux. Nous apprendrons des résidants que le projet de revêtement de leur quartier a été inscrit dans le programme de l'APC depuis six ans, «ce n'est qu'en 2011 que le projet a été approuvé par l'APC et ce, après plusieurs démarches», nous assure-t-on sur place. Cependant, la situation de blocage qu'a connue l'APC de Bab Ezzouaz n'a pas permis le lancement des travaux. En somme, la commune a connu une longue léthargie qui a ralenti le développement local, ce qui n'a pas été sans incidences sur le cadre de vie des habitants qui ont été largement affectés.
D'après les résidants de Boushaki, il a fallu l'intervention du wali délégué de Dar El Beïda pour débloquer la situation : «Afin de concrétiser le projet, toutes les démarches administratives ont été menées à terme. Néanmoins, le lancement des travaux a été remis aux calendes grecques», déplorent les habitants, avant d'ajouter : «Nous avons été informés que le dossier connaît un blocage au niveau de la recette communale des impôts, cette dernière s'est abstenue de donner son aval.» Les habitants espèrent une intervention des pouvoirs publics afin de débloquer le dossier au niveau de la recette communale. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, le lotissement se trouve à un jet de pierre seulement du siège de la wilaya déléguée.
«Nous sommes dans l'une des parties de la ville les plus névralgiques, il serait convenable que les pouvoirs publics prennent en charge la question du revêtement car il va de l'image de la commune», dira un résidant et de poursuivre : «On s'échine à quelques mètres des premières maisons du lotissement à embellir les moindres parcelles de la ville, car il s'agit de l'artère principale où le tramway passe.» En effet, la ligne du tramway, qui passe à une cinquantaine de mètres du quartier, a nécessité l'embellissement de tout le tracé. Toutefois, à l'intérieur des blocs d'habitations, la laideur et l'anarchie semblent prendre le-dessus. En attendant le lancement des travaux de revêtement, les habitants de Boushaki devront encore patauger dans la boue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.