5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Les manipulateurs ont été mis en échec    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Le GS Pétroliers remporte sa 20e Coupe d'Algérie    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Passation des marchés à Chelghoum Laïd
Le P/APC aux prises avec la justice
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2006

Les présumées prévarications portées à l'endroit du premier magistrat municipal, Kamel Hechili, et fort relayées par la vox populi, accréditent à tout le moins la thèse selon laquelle le maire a eu maille à partir avec la justice dans l'affaire de mise en location du marché de gros de fruits et légumes de Chelghoum Laïd, et que de ce fait il coule du très mauvais coton.
A en croire les propres dires du P/APC, son pourfendeur qui n'est autre que l'ex-adjudicateur l'accuse ouvertement de transgression délibérée du code régissant la passation des marchés et de « favoritisme » à l'égard du nouveau récipiendaire dudit marché. Une volée de bois vert qui prendra illico presto les allures d'un « vrai procès » qui atterrira en premier au tribunal d'El Khroub qui se déchargera du dossier pour « non compétence de qualité », en attendant que ladite affaire soit traitée au pénal par la cour de Constantine. Pourtant, la gestion cartésienne et le traitement tant transparent que « collégial » de cette sacrée histoire de mise en location du marché de gros ne laisse transparaître aucune irrégularité ni la moindre once de tentative de malversation, comme l'attestent les pièces probatoires contenues dans le dossier et les témoignages concordants de tous les intervenants, sauf que l'ancien adjudicateur ne l'entend pas de cette oreille. Les soumissions n'ayant pas dépassé le cap des 80 millions de dinars après trois propositions infructueuses, s'est profilée alors l'ultime alternative de recours à la régie communale, une option au demeurant souhaitée par le wali lui-même, sous réserve que la mise à prix initiale fixée à 110 millions de dinars ne trouverait pas une offre intéressante. Prenant son mal en patience, le mis en cause nous affirmera sur la base de documents authentiques (PV et délibérations) que « toutes les propositions ont été examinées par la commission des marchés et en présence du receveur communal ainsi que 4 à 5 membres de l'exécutif ». Et de renchérir : « Néanmoins, au 31 décembre 2005, et alors qu'on s'acheminait vers la régie communale, une offre ouvrant à 90 millions de dinars émanant d'un acquéreur potentiel dénommé Sarl Sebti Mahmoud est tombée in extremis et l'adjudication sera conclue à hauteur de 95 millions de dinars et officialisée avec le dépôt du cautionnement et du chèque du postulant. » Y a-t-il donc secret à cet acharnement de l'ancien adjudicateur sur le P/APC auquel il intentera un procès au motif de violation des lois sur les marchés, sachant que toute attribution en ce sens relève de la compétence d'une commission autonome ? A sa cause défendant, l'édile criera urbi et orbi à la manipulation considérant que son accusateur, « conforté dans une situation de monopole depuis quelques années, n'a pas digéré le fait que l'adjudication profite à un autre acquéreur ». A-t-il pour autant tiré à hue et à dia dans la gestion de cette épineuse affaire ? Ou plus grave encore, lui a-t-on « graissé la patte » comme cela est colporté par certaines langues fourchues ? Il reste à la justice de démêler l'écheveau.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.