Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Point de vue
Pour de nouvelles relations !
Publié dans El Watan le 27 - 03 - 2006

Les chefs d'Etat arabes se réunissent à Khartoum ces 27 et 28 mars, dans un contexte de violence extrême en Irak, de confusion en Palestine et ailleurs, situation marquée par un regain de l'extrémisme, du racisme et du recul du dialogue partout dans le monde.
De par ces impasses, l'urgence de vraies négociations Nord-Sud, en particulier des pays arabes, avec l'UE et les USA se posent, plus que jamais, nous dit Mustapha Cherif, ancien ambassadeur et délégué permanent auprès de la Ligue des Etats arabes, qui s'interroge, en penseur, sur les causes profondes du désordre, de l'islamophobie et de l'intolérance qui nuisent à tous les peuples. L'actualité mondiale : nous sommes dans l'intolérance. Comment en est-on arrivé à ces inimitiés que certains affichent sans honte ? Les rapports d'instances indépendantes en Europe signalent le regain de racisme anti-arabe en rive nord. Au Moyen-Orient, les violences interethniques et interreligieuses, d'une part, et l'arrogance israélienne, d'autre part, redoublent de férocité. Et en ce moment précis, par exemple, où l'on a besoin de dialogue, le Vatican vient de dissoudre le Conseil pontifical pour les relations interreligieuses, et dilue sa mission dans un organe culturel. Espérons qu'il ne s'agit pas d'un recul. Par-delà les séquelles du passé, la propagande du « choc des civilisations » et l'ambition d'hégémonie de la première puissance mondiale, influencée par les extrémistes sionistes, créent une situation d'islamophobie préoccupante. Cette dérive a abouti à l'occupation de l'Irak, à l'aggravation du drame du peuple palestinien et à l'impasse du partenariat entre les deux rives de la Méditerranée. La politique de « deux poids, deux mesures » a exacerbé le ressentiment des musulmans, désignés comme « les nouveaux ennemis ». Mais les autres peuples n'ont rien à y gagner, ni même le peuple américain, entraîné dans des guerres qu'il n'a pas voulues. Nous devons aider les USA à prendre conscience que leur alignement aveugle sur les pratiques iniques d'Israël est contre leur intérêt. Reste aussi à corriger les dérives internes aux sociétés arabes. Les mouvements et régimes qui usurpent le nom de l'islam et exploitent le religieux dans le champ politique sont dopés par cette situation. Les réactions terroristes, si traumatisantes, les actions des désespérés Palestiniens, poussés au suicide par la répression brutale et par l'absence de perspectives, les prises d'otages infâmes, mais aussi les pratiques crispées de la religion, tout cela nuit aux musulmans. Les injustices, d'un côté, les réactions irrationnelles, de l'autre, ont mis en scène une tragédie planétaire de la haine. Il serait temps d'arrêter la folle spirale. Dans ce contexte du terrorisme des puissants et du terrorisme des faibles, les efforts de paix semblent vains. Les tenants de la haine, pourtant minoritaires, ont remporté une bataille, mais ils n'ont pas encore anéanti l'avenir. Les extrémistes, de tous bords, sont plus influents que les êtres de paix. Si l'on se tait, cela s'aggravera. C'est aux pyromanes que les médias occidentaux et arabes offrent le plus leurs tribunes ! D'où l'importance de redoubler d'efforts dans le domaine de l'information. L'ignorance est la première cause de la haine. L'éducation a délaissé le socle commun et l'on a vu restreindre l'étude de la culture de l'autre. Alors que l'Occident classique a été judéo-islamo-chrétien et gréco-arabe, on a fait croire qu'il n'a été que gréco-romain et judéo-chrétien. Les fils d'Abraham tombent parfois dans le piège de la confrontation. Du côté européen, les études sur l'islam sont envisagées sous le seul angle du sécuritaire : ce regard réducteur favorise l'amalgame et le dénigrement. Du côté des musulmans, on doit déplorer la faiblesse de la théologie critique. On n'entend surtout que le discours apologétique de prédicateurs qui versent dans le sectaire, ou le discours des intellectuels de la dilution, autoproclamés « nouveaux réformateurs », qui proposent d'appliquer au Coran les recettes du positivisme. La majorité des musulmans, heureusement, vit sa foi paisible, refusant les hurlements des loups qui appellent à l'intolérance, refusant aussi le chant des sirènes qui appellent à la dépersonnalisation. Nous sommes, citoyens du Nord et citoyens du Sud, pris dans le même mouvement. Nos aïeux n'ont vu venir ni le temps de la colonisation ni le fascisme. Notre devoir est de tenter de percevoir ce qui risque d'advenir dans ce temps accablé d'incompréhension. Les musulmans, au-delà de leurs faiblesses actuelles et de leur retard en matière démocratique, tentent de résister : à ce qui est urgent, c'est-à-dire aux injustices, et aussi, sur le plan fondamental, à la désignification du monde, la remise en cause des fondements de l'humanité, telle qu'elle existait depuis Abraham. Aux yeux de certains, cette résistance est une dissidence. Ceux-là stigmatisent le « Sarrasin », parce qu'il résiste aux dérives de la mondialisation et s'oppose aux injustices. Il ne s'agit pourtant pas de nostalgie de la tradition. C'est le sens de l'humanité elle-même qui est en jeu. La séparation du religieux et du politique est un acquis vital : contrairement à ce qui est colporté, l'islam ne confond pas ces deux niveaux. Mais la haine de la spiritualité qui habite les uns, et la peur d'une liberté soupçonnée de n'être que permissivité qui obsède les autres, accélèrent la déshumanisation. C'est le reflet de la rupture entre la morale et la vie, entre la responsabilité et la liberté. Sur le plan politique, malgré les progrès de la science et les avancées des droits de l'homme, les peuples s'aperçoivent que la marchandisation du monde réduit leur capacité à décider de leur avenir. Du fait de cet horizon, la capacité de penser autrement est remise en cause. Pour faire diversion, on veut faire croire que la croyance en général, l'islam en particulier, n'est qu'obscurantisme, qu'il s'agit d'une aliénation, que le scientisme et l'athéisme seraient seuls libérateurs. Par réaction, certains croyants s'enferment dans la pratique intolérante. Toutes les haines sont vouées à l'échec. La réponse à ce désordre mondial inquiétant, à la dépendance régionale arabe et aux agressions, consiste à former un citoyen arabe responsable, éduqué, cultivé, ce qui changera les rapports de force, sur la base du développement de nos compétences et de nos potentialités. La réponse consiste, aussi, à dialoguer, à négocier et à communiquer avec nos partenaires, en leur démontrant qu'il n'est pas dans leur intérêt de s'enfermer dans l'unilatéralisme. L'Algérie, pays marqué par une diplomatie de l'intérêt général, par la culture de l'authenticité et le sens de l'ouverture sur le monde, peut être à l'avant-garde, à la fois, d'une nouvelle société en rive sud et de nouvelles relations entre les peuples.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.