Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le marché de gros d'El Harrach inexploité
L'UGCAA réclame son ouverture
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2014

Près de 30% des projets du plan quinquennal du Président ont été achevés, mais ne sont toujours pas opérationnels.
Annoncé par le ministère du Commerce, le projet de mise en place d'un réseau d'approvisionnement des marchés n'est pas concrétisé, alors que le programme devait être achevé cette année. «Le plan quinquennal 2010-2014, qui devait permettre la réalisation de 30 marchés de gros, 800 marchés de demi-gros et 1000 marchés de proximité fait du surplace. Le taux d'avancement est de seulement 30%. C'est pourtant au cours de cette année que devait être achevé ce programme présidentiel», signale le porte-parole de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar. Si de rares projets ont été réalisés, un problème s'est posé aux nombreux postulants : les structures sont toujours inoccupées, puisque les services du commerce ne les auraient pas encore réceptionnées et n'ont même pas décidé de les livrer.
A El Harrach, le marché de gros de produits alimentaires est achevé depuis plus de 3 ans, mais son occupation est toujours reportée. «Le marché de gros d'El Harrach de 112 locaux est fini et clôturé. Il est raccordé à tous les réseaux (AEP, électricité et gaz), mais à ce jour il n'est pas exploité», signale M. Boulenouar. Ce marché, réalisé sur une superficie 5 hectares, aurait pu permettre la délocalisation de l'activité commerciale de Semar (Gué de Constantine) où exercent quelque 750 commerçants. «Le marché de gros d'El Harrach pouvait offrir 500 postes d'emploi dans différents métiers. Les autorités parlent de fermer le marché informel de Semar, mais ne font rien pour l'éradiquer. Ces espaces, comme nous le savons tous, sont aménagés dans des villas d'habitation, inadéquates pour le commerce», indique le porte-parole de l'UGCAA.
Pourquoi tout ce retard dans la concrétisation des installations et des centaines de locaux du Président ou toutes autres formules ? M. Boulenouar parle de bureaucratie et d'absence des autorités locales qui ne facilitent pas l'ouverture d'infrastructures déjà réalisées et qui ont coûté des milliards aux contribuables. «La bureaucratie bloque ces projets dont la réalisation a nécessité l'allocation d'importantes enveloppes budgétaires. Les P/APC portent une lourde responsabilité dans cette situation», tranche M. Boulenouar.
Les autorités, qui parlent de réaliser des infrastructures, doivent ouvrir d'abord celles déjà achevées. «Il est nécessaire que les autorités mettent à la disposition des commerçants des espaces achevés. A Kharrouba, dans la wilaya de Boumerdès, le marché de gros est réalisé mais n'est toujours pas exploité. Il en est de même des locaux des cités OPGI et AADL, qui se comptent par milliers. Il est intriguant que des cités soient livrées depuis plusieurs années sans que les locaux aménagés au rez-de-chaussée soient distribués. Nous voulons que ces espaces reviennent à qui de droit», souligne M. Boulenouar.
L'UGCAA appelle au recensement des espaces abandonnés qui appartiennent à plusieurs services (ministères de la Culture, des Sports, etc.), restés fermés, afin de les mettre à la disposition des jeunes. L'informel, qui reprend de plus belle depuis plusieurs mois, pourrait être «résorbé» par l'ouverture de ces espaces inexploités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.