Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Monsieur John Kerry, secrétaire d'Etat des Etats-Unis d'Amérique
Contributions : les autres articles


Votre Excellence,
Vous allez venir en visite en Algérie et nous vous souhaitons la bienvenue. Vous allez rencontrer les autorités de notre pays au moment où il aborde un tournant décisif de sa jeune histoire.
Notre pays est indépendant depuis 1962. Notre peuple a payé un lourd tribut pour se libérer du colonialisme. C'est à ce titre que la guerre de Libération nationale, qui a marqué la spécificité du peuple algérien, constitue pour nous un repère fondamental. A cet égard, nous n'oublierons jamais la position du peuple et du gouvernement des Etats-Unis qui ont soutenu la juste cause de la liberté et de la justice face à la tyrannie de la puissance coloniale, qui était alors pourtant leur allié naturel.
Mais 52 ans après, les gouvernements algériens successifs n'ont malheureusement pas réussi à créer les conditions d'une gouvernance démocratique pérenne et, aujourd'hui, les institutions de l'Etat sont construites sur la corruption généralisée et le mensonge. Le mensonge d'une démocratie de façade, qui ne respecte pas la volonté des citoyens de choisir librement la forme de leurs institutions et leurs dirigeants par le trucage systématique des élections. L'absence de transparence totale dans la gestion des deniers publics, qui sont détournés massivement pour alimenter les corrompus et leurs corrupteurs, est au détriment du développement du pays.
La fraude annoncée pour l'élection présidentielle prévue le 17 avril prochain en atteste encore une fois.
Or, seul un véritable système démocratique, à l'instar des institutions que les fondateurs de la Constitution des Etats-Unis ont su doter leur peuple pour la prospérité que l'on connaît, serait apte à répondre aux aspirations légitimes du peuple algérien, au regard de ses potentialités en ressources humaines et matérielles et de ses immenses sacrifices pour sa liberté.Depuis quelques années, le Moyen-Orient et le Maghreb sont traversés par des mouvements de revendication populaires qui attestent d'un changement radical des opinions publiques. Celles-ci n'acceptent plus d'être dirigées par des gouvernements autoritaires.
Les peuples de la région exigent désormais de changer le modèle de gouvernance pour adopter de véritables systèmes démocratiques. Ces changements en cours ont malheureusement provoqué une grande instabilité dans ces pays, avec son cortège de malheurs, non à cause de la demande démocratique des populations, mais en premier lieu à cause du refus de changement de la part de leurs dirigeants. Plus ces derniers s'accrochent au pouvoir, plus grand est le chaos.
Ceci confirme d'ailleurs l'analyse de votre gouvernement, lequel a rompu avec le faux choix entre, d'un côté, le progrès démocratique légitime des peuples et, de l'autre, la stabilité «virtuelle» promise par l'autocratie de dirigeants aux conceptions passéistes.
Cette nouvelle politique a été très justement définie par Son Excellence, le Président des Etats-Unis, en mai 2011 : «Les Etats-Unis d'Amérique auront pour politique de promouvoir la réforme à travers la région et d'appuyer les transitions vers la démocratie.» Aujourd'hui, votre visite intervient au moment où notre peuple réclame le changement démocratique face à des dirigeants qui veulent se maintenir coûte que coûte au pouvoir, en faisant précisément un chantage inadmissible au risque d'instabilité pour empêcher toute évolution citoyenne. Vous pouvez constater que tous les segments de la société civile, toutes tendances confondues, sont d'accord sur un point : la nécessité de la transition démocratique.
Seuls les réseaux de la corruption et des dirigeants aux conceptions dictatoriales et aux bilans désastreux veulent maintenir le statu quo, dont nul ne doute qu'il risque de mener le pays au chaos et provoquer une très grande instabilité aux conséquences incalculables sur la paix et la sécurité dans toute la région.
Votre Excellence,
Le peuple algérien aspire à la paix, à la stabilité et à la prospérité. Seule la transition vers un système réellement démocratique peut le lui garantir, comme le prouvent tous les pays qui ont adopté ce système à travers tous les continents. Le peuple algérien aspire à se doter d'institutions démocratiques légitimes et refusera toute solution qui tende à maintenir un statu quo qui menace gravement son devenir.
Notre peuple désire coopérer avec tous les peuples du monde et construire des relations à la hauteur de ses ambitions de paix et de prospérité pour l'humanité. Une Algérie démocratique, au regard de ses potentialités et de sa position géostratégique, est en mesure de jouer un rôle majeur de stabilité et de progrès pour l'ensemble du sous-continent nord-africain.
Votre Excellence,
Nous vous demandons de bien vouloir ne pas donner une caution morale à une élection basée sur la fraude au profit du président-candidat, handicapé et absent, lui-même pris en otage par un groupe qui gouverne le pays par procuration depuis maintenant une année. Nous espérons ainsi qu'une telle position de votre part puisse contribuer à faire comprendre à ces dirigeants que leur intérêt est de respecter le choix souverain du peuple algérien dans sa volonté d'organiser la transition démocratique de son système de gouvernance.
Nous vous prions d'agréer, Votre Excellence, l'expression de notre haute et très respectueuse considération.
Alger, le 31 mars 2014


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.