Les propositions du mouvement El-Islah    Toujours pas de conclusions    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    L'incontournable rendez-vous des hirakistes    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine-Monument aux morts
Une mémoire en quête de réhabilitation
Publié dans El Watan le 03 - 08 - 2006

Le coucher du soleil est d'une toute autre nature au Monument aux morts de Constantine. Longtemps voué à l'abandon, le site semble reprendre son attrait après des années de disette. Après les opérations de toilettage lancées depuis quelques mois sous la houlette de l'association CRI, le secteur urbain de Bab El Kantara prendra le relais pour dégager les insalubrités et les traces d'incivilité et de vandalisme qui ont longtemps terni l'image du Monument aux morts.
Un mouvement certes timide mais rassurant commence à reprendre durant le mois de juillet surtout en fin d'après-midi où l'ombrage des pins exposés aux quatre vents attire des citoyens mais aussi des Européens et même des Asiatiques. Il est encore loin le temps où des familles entières prenaient le chemin de la cité Emir Abdelkader (ex- faubourg Lamy) pour se diriger vers le pic du rocher situé juste derrière la maternité du CHU, alors que d'autres préfèrent les longs escaliers partant de l'extrémité du pont de Sidi M'cid pour arpenter un parcours abrupt qui offre une vue insaisissable en bas sur la fameuse corniche. Le lieu, hautement symbolique, était une destination touristique pour des étrangers en quête de sensations « naturelles » surtout que les paysages qui se dessinent sur un front de 180° du nord au sud sont d'une beauté indescriptible. L'accès par le front de l'est est magistral. Une centaine de mètres qu'on parcourt comme un retour vers l'histoire. Une conception délibérément choisie dans le sens du mouvement du soleil, mais aussi celui de la vie. Après avoir parcouru les 36 marches en pierre taillée, on s'arrête sur le point qui rappelle la mémoire de ces centaines de soldats musulmans, chrétiens et juifs, tous originaires de la ville de Constantine, morts sur les fronts européens durant la Première Guerre mondiale (1947-1918) pour une liberté chèrement acquise. Comme au front, le destin les aura réunis, encore une fois, sans aucune distinction de race ou de religion, sur des plaques en bronze qui ont survécu aux coups de masse. Y sont gravés des noms, dont on connaît aisément qu'ils se rapportent à des familles constantinoises. A droite, les escaliers menant à la statue de la Victoire sont toujours fermés. On en comprendra facilement les raisons. En face, la plaque de marbre, érigée pour l'histoire et écorchée par des graffitis sauvages, résiste toujours. Elle rappelle que le monument, commencé en 1919 et réalisé grâce aux souscriptions de la commune de Constantine et des communes environnantes du département, a été inauguré le 2 novembre 1934 devant toute la population. Œuvre des architectes Roguet et Dumoulin, l'ouvrage, dont les sculptures en majorité disparus aujourd'hui ont été réalisées par Ebstein et Alexandra, porte surtout l'empreinte de Jean Emile Morinaud, maire député, élu 12e maire de Constantine à la suite de la démission d'Ernest Mercier en janvier 1901. Réélu quatre fois de suite, Morinaud restera maire jusqu'au 18 mai 1935 pour marquer l'histoire d'une ville qu'il a tant aimée. A plus de 695 m d'altitude, la table d'orientation réalisée en 1936 par le Touring Club de France et le meilleur guide aussi bien pour les profanes que pour les étrangers, montrant les directions à prendre pour les villes environnantes, Annaba, Skikda... Sur un balcon semi-circulaire balayant les horizons, on peut voir à quelques kilomètres au nord la localité de Bekira, Oued Ziad, Hamma Bouziane, le col de Bizot et le rocher de Sidi M'cid situé à moins d'un kilomètre sur une altitude de 785 m. A l'ouest, le pont d'Aumale, l'un des sept ponts de la ville, enjambe le Rhummel à 2 km, alors que la vallée de Sidi M'cid occupe une bonne partie d'une toile naturelle dominée au fond par Djebel Akral à 26 km. Au sud- ouest, le faubourg de Belouizdad (ex-Saint Jean) à un jet de pierre, semble narguer le boulevard Zighout Youcef (boulevard de l'Abîme) et le quartier de La Casbah perchés sur le rocher. On ne dira pas assez encore, car une visite au Monument aux morts est plus qu'une incitation pour y revenir. Une invitation pour une exploration du temps, des lieux et de la mémoire. Une mémoire toujours en quête de réhabilitation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.