Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Repère : Le refus de la soumission
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2016

Les Palestiniens maintiennent constamment ouvert ce fameux ordre des négociations. Il demeure inchangé avec ses trois points, qui sont les territoires, avec des frontières telles que définies par les résolutions internationales, et non pas celles que fixera Israël, le retour des réfugiés palestiniens et celui des détenus palestiniens. C'est en ces termes que les Palestiniens interpellent la communauté internationale, particulièrement silencieuse et, en tout cas, frappée de paralysie à leur endroit, en lançant un mouvement de protestation dans les prisons israéliennes.
Des grèves de la faim sont régulièrement observées afin de protester contre une immense injustice. Le fait d'être mis en prison sans la moindre raison et ensuite soumis à la loi israélienne applicable aux seuls Palestiniens exposés à la détention dite administrative, c'est-à-dire sans procès et sans limite dans le temps, et encore seuls à être jugés par des cours militaires, et aucun Palestinien n'en est à l'abri, même pas les enfants. Tout est là, et le monde semble détourner l'attention depuis bien longtemps.
C'est en vertu de ce dispositif que les autorités israéliennes ont arrêté 6730 Palestiniens et rendu 950 ordonnances de détention administrative depuis octobre 2015. Parmi eux, 65 enfants palestiniens, et 18 qui ont été expulsés de leurs villes natales, durant la première moitié de 2016. Le Comité pour les prisonniers estime à 3445 le nombre de Palestiniens qui ont été arrêtés durant la première moitié de 2016, relevant que le taux d'arrestations des Palestiniens augmente de 50%, comparé à la même période de 2015. Il déclare aussi que ces chiffres comprennent 712 enfants et 102 femmes. C'est aussi au nom de cet arbitraire que 7000 Palestiniens sont détenus dans les prisons israéliennes, plus de 700 sont en détention sans procès ni inculpation.
C'est la mobilisation collective dans les prisons qui a permis de lever le voile sur la situation que subissent les Palestiniens. Un cadre palestinien, qui se consacre à cette question, a récemment souligné que 2015 avait été une année d'intimidation et de torture brutale des enfants palestiniens et qu'Israël a torturé et maltraité 100% des enfants à El Qods. Il a ajouté que la loi sur la détention et le tabassage des enfants palestiniens n'avait pas été adoptée par Israël pour des raisons de sécurité mais pour détruire leur futur et leurs rêves.
Selon d'autres statistiques jamais dévoilées jusque-là, les forces d'occupation ont enlevé et torturé près de 4000 Palestiniens, dont des parlementaires, des femmes, des enfants et des malades. Le nombre moyen d'arrestations chaque mois a été de 323, ce qui équivaut à environ 11 arrestations par jour. Depuis 1967, plus de 800 000 Palestiniens ont été emprisonnés par les autorités israéliennes. Presque toutes les familles palestiniennes ont des membres qui ont subi des peines d'emprisonnement.
Une telle situation dure depuis des décennies, mais les Palestiniens n'ont jamais abdiqué. Ils maintiennent intacte leur mémoire et n'ont jamais renoncé à leurs droits, malgré un silence pesant de la communauté internationale qui refuse de se donner les moyens en vue de mettre fin à cette injustice, ou encore ce qu'un éminent spécialiste de la question palestinienne appelle le «démantèlement lent d'une solution possible et connue de tous par le seul jeu de la passivité et de l'inaction choisie». Voilà donc la dure réalité imposée aux Palestiniens. Elle dure depuis des décennies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.