Les assemblées locales appelées à s'affranchir de la bureaucratie    7e réunion de haut niveau des Parlements du groupe de dialogue 5+5, demain à Alger    Les syndicalistes de l'UGTA montent au créneau    Pièce de rechange auto : il n'a jamais été question de suspendre l'importation    Evaluation des politiques publiques : Une pratique en quête d'institutionnalisation    Le désenchantement s'est installé. Il faut réformer l'appareil de l'Etat    Tunisie : Un 7e anniversaire de la révolution au goût amer    Catalogne : Les indépendantistes récupèrent la présidence du Parlement    Ligue 1 : Derby de la peur au 20 Août 1955    Mondiaux de la médecine : Préparation perturbée pour les Algériens    ASMO : Qui veut pousser Laoufi à partir ?    Les usagers ont accepté ces augmentations symboliques puisque leur impact sur leur pouvoir d'achat est minime    «Je suis spécialiste... je galère»    Le front social ne décolère pas    La société algérienne est défaite et l'ordre institutionnel a reculé    Dans les coulisses de... : Spectacle de Nawell Madani    Cherif Kheddam de A à Z    Claude Puel : «Je ne pense pas que Slimani restera avec nous»    Jumia Travel organise l'African Travel Awards dans huit pays    Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)    Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés    Projet de réalisation d'un parking de voitures de 5 étages à Sétif    Pétrole : L'EIA prévoit un nouveau record de production en 2018    MCO / Mekkaoui : «Cette fois, on battra le Paradou !»    NAHD / Khiat : «On fera plaisir à nos supporters ce samedi»    L'ex-ministre de la Défense de Gbagbo condamnés à 15 ans de prison    Un virus mutant créé dans l'espoir d'un vaccin plus efficace    La CEDEAO surveille le processus politique en Gambie    Etats-Unis : Première victoire pour un défenseur des sans-papiers    HSBC écope d'une amende de plus de 100 millions de dollars    Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    RENCONTRE NATIONALE DES P/APC ET DES P/APW    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    Constantine - Tirage au sort des 1.550 logements sociaux: Des manifestants dénoncent leur exclusion de la liste    A travers l'UNRWA c'est le peuple palestinien qui est visé    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    CRB-USMH, derby algérois à grand enjeu    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Zidane face à une campagne médiatique    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Récital de la cantatrice algérienne Faïrouz Oudjida    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Redoubler d'efforts pour «gagner l'opinion publique»
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 13 - 08 - 2017

Dans sa communication intitulée «Droit à l'autodétermination, nouveautés du dossier du Sahara occidental», le professeur en droit international, Boudjemâa Souileh, a souligné que chacune des grandes puissances siégeant au Conseil de sécurité «a sa propre vision concernant la cause sahraouie».
Des hommes de loi et juristes participant à la 8e université d'été des cadres du Front Polisario et de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) ont mis l'accent, hier à Boumerdès, sur l'impératif pour le peuple sahraoui de redoubler d'efforts et d'exploiter tous les moyens possibles, sur tous les plans (humain, juridique, culturel, sportif et militaire), en vue de gagner l'opinion publique mondiale à sa cause.
Au troisième jour de cette université d'été, les intervenants ont notamment insisté sur l'ouverture d'un nouveau front de lutte, représenté par la communauté sahraouie à l'étranger qui est appelée à se mobiliser en vue d'attirer l'opinion publique mondiale et la gagner à sa cause. Dans sa communication intitulée «Droit à l'autodétermination, nouveautés du dossier du Sahara occidental», le professeur en droit international, Boudjemâa Souileh, a souligné que chacune des grandes puissances siégeant au Conseil de sécurité «a sa propre vision concernant la cause sahraouie». Laquelle vision veut que chacune d'elles (grandes puissances) «ne voit que le profit qu'elle peut en tirer pour son peuple», expliquant par là le retard accusé dans l'indépendance de ce pays.
Il en veut pour exemple la ressource piscicole sahraouie qui «n'est pas exploitée par le peuple sahraoui, mais bien par l'un des membres du Conseil de sécurité : la France. Alors que d'autres ressources naturelles, comme le fer, le phosphate, le pétrole et le gaz sont exploitées par d'autres grandes puissances mondiales».
Aussi, M. Souileh a-t-il lancé un appel au peuple et aux cadres de la RASD afin de faire prévaloir les résolutions de l'ONU, qui se doit à son tour, a-t-il dit, «de renforcer sa présence dans la région sahraouie, en dotant la Minurso de davantage de missions, dont le suivi du respect, par la partie marocaine, des droits humains des Sahraouis».
Makhlouf Sahel, professeur à l'université d'Alger, a estimé, dans une communication sur «l'engagement de l'Union africaine et des Nations unies dans le règlement du conflit sahraoui», que l'indépendance de la RASD, par la consécration du principe d'autodétermination, «sera un début de consécration d'une stabilité globale et durable dans les pays du Maghreb, tout en constituant un facteur fort, positif dans le processus de construction du Maghreb et de l'Afrique, en général».
D'où son plaidoyer pour la protection et le développement du droit onusien, en instaurant l'obligation de mise en application des résolutions promulguées par les institutions de l'ONU, dont celles relatives au droit à l'autodétermination des peuples, au respect des droits humains, et à la non- ingérence dans les affaires des pays sous- développés avec la protection de leurs ressources. Le conférencier a en outre souligné les victoires diplomatiques et juridiques réalisées par la cause sahraouie, à travers le monde, grâce à la stabilité et à l'unité des rangs sahraouis, a-t-il assuré.
Le chercheur sahraoui, Sidi Mohamed Omar, a affirmé, dans sa communication sur «L'extrémisme et le terrorisme dans la région d'Afrique du Nord et du Sahel», que les réseaux de crime organisé, de même que les organisations terroristes «sont infiltrés par les services de sécurité marocains», assurant que le régime marocain «a tissé des relations directes avec eux, de manière à servir ses intérêts, en impactant négativement sur le combat du peuple sahraoui».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.