Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



TENSION ET CONFUSION AU MC ALGER
Crise au Mouloudia
Publié dans El Watan le 03 - 07 - 2004

Il y a quelque temps, à la création de l'association El Mouloudia plus exactement, personne n'aurait parié que les choses allaient s'enveminer entre les membres d'une structure, tous animés de bonne foi, sachant que ces derniers avaient promis de remettre sur les rails le plus prestigieux club de football du pays. L'objectif de l'association était de sauvegarder, perpétuer, valoriser et promouvoir les valeurs fondamentales du Mouloudia d'Alger.
La première démarche, très difficile à l'époque, fut menée tambour battant et avec un enthousiasme débordant. Il s'agissait d'assurer la prise en charge du club géré deux décennies durant par Sonatrach. Le Mouloudia, disait-on à l'époque, retrouvait enfin son milieu naturel et il ne restait plus qu'à mettre sur pied un effectif compétitif afin de jouer les premiers rôles dans une discipline qui avait totalement échappé au club algérois, exception à la parenthèse du titre acquis en 1999. Mais la réalité du terrain était tout autre. Les dirigeants d'El Mouloudia, qui voulaient récupérer le sigle, ont vite compris que leur club avait beaucoup changé et les générations étaient totalement différentes. Le Mouloudia prenait l'appellation de « Chnaoua » et ses supporters étaient redoutés à travers plusieurs villes du pays. L'image du Mouloudia était dévoyée au grand dam de nombreux nostalgiques et amoureux du club. La réalité du terrain était donc tout autre, et le Doyen connaîtra une amère rélégation qui est restée en travers de la gorge car, faut-il le rappeler, ce sont les dirigeants du club qui avaient accéléré la relégation. Dès lors apparaissent les premiers accrocs entre les membres de l'association qui aboutiront à des démissions en cascade, dont la dernière, celle de Marif, premier président de l'association. Sur le terrain de l'action, le Mouloudia ne réussira pas à convaincre grand-monde, et ses matchs se déroulent devant des gradins à moitié vides. Le symbole d'Alger n'accrochait pas beaucoup de monde mais, ses atermoiements ne laissaient pas indifférents. La suite ne pouvait être autrement qu'un décor orné de crise et de tension. Cela nous amène tout droit à l'assemblée générale élective du Mouloudia d'Alger qui n'a pu se tenir jeudi dernier. C'est le second report d'une opération qui devait élire le nouveau président du Doyen. La salle Mokhtar Arribi d'El Biar, où devait se dérouler l'assemblée élective, a connu des dépassements qui ont obligé les représentants de la DJSL à reporter à une date ultérieure les travaux pour « climat tendu dans la salle et en dehors ainsi que l'absence des candidats, 10 seulement sur les 30 candidats ». Ce sont les arguments avancés pour surseoir à une assemblée générale qui a draîné beaucoup de supporters du club aux alentours de la salle, rendant ainsi l'atmosphère électrique. Pour rappel, les assemblées générales, ordinaires et électives, organisées par le club algérois ont connu des perturbations dans la mesure où plusieurs membres ont dénoncé la manière dont ont été menés les préparatifs. Certaines personnes sont allées même jusqu'à qualifier l'actuelle direction du club d'avoir « travesti et détruit l'histoire glorieuse du Mouloudia ». Ainsi, l'ancien capitaine, Zoubir Bachi, membre fondateur de l'association El Mouloudia, dans une lettre ouverte, n'y va pas avec le dos de la cuillère pour fustigier les dirigeants du club accusés directement d'être derrière tous les problèmes que connaît le Doyen. Mais Bachi n'est pas le seul dans cette position puisque plusieurs figures de proue du Doyen se sont vu mettre à l'écart de la marche mouloudéenne. Attitudes dénoncées à maintes reprises, mais sans pour autant trouver la solution idoine de faire sortir le club de cette impasse et redorer vraiment le blason de cette formation qui ne mérite nullement ce coup de sort. Ainsi, au moment où plusieurs formations semblent avoir dépassé ce genre de confrontations gratuites pour se consacrer à étoffer leur palmarès, le Mouloudia d'Alger semble ne plus retrouver ses marques, laissant de ce fait les titres aux autres clubs pour se contenter de gérer des crises intestines.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.