LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réintroduction du cerf de berberie dans l'Akfadou
Publié dans El Watan le 15 - 07 - 2008

Si cette forêt de chênaies exceptionnelle a été choisie pour abriter le projet de réintroduction du cerf de Berbérie dans son milieu naturel, c'est parce qu'elle offre les meilleures chances de réussite du projet.
Selon les responsables de cette opération, son objectif est d'assurer la préservation de cette espèce en voie de disparition puis son déclassement en espèce chassable si elle réussit à se reproduire et à proliférer dans son biotope. « Si vous avez de la chance, vous pourrez peut-être les apercevoir », nous dit le responsable de la circonscription des forêts d'Adekar. Considérée comme une espèce en voie de disparition, le cerf de Berbérie (cervus elaphus barbarus), seul cervidé africain, est aujourd'hui localisé en Tunisie et dans une étroite bande littorale de l'Est algérien. Le départ de cette expérience a lieu en 1995. Une unité de multiplication du cerf de Berbérie est réalisée par le centre cynégétique de Zéralda. Le cheptel de base est constitué de sujets prélevés de la réserve de chasse de Mascara, du Parc zoologique d'Alger et du Parc national d'El Kala. Dans un premier temps, il est prévu d'encourager la multiplication de l'espèce en captivité. Dans le massif de l'Akfadou, les premiers lâchers sont effectués en décembre 2005 et février 2006.
Deux femelles issues du Parc de Feidja en Tunisie sont venues renforcer le groupe qui totalise ainsi 8 individus. Selon M. Gouichiche, du centre cynégétique de Zéralda, après un délai d'adaptation de 10 jours, l'ensemble du groupe a retrouvé des comportements naturels et une cohésion sociale qui témoignent d'une bonne intégration. Deux naissances au printemps 2007 et une autre au printemps 2008 sont venues confirmer cette adaptation et porter le total du groupe à 11 individus. Ce programme comporte, après la réintroduction du cerf dans l'Akfadou, la prise en charge des populations naturelles par leur recensement et l'aménagement de leurs biotopes. Le massif de l'Akfadou ne sera pas le seul site à recevoir le cerf de Berbérie. En dernier lieu, il est prévu sa réintroduction également dans la presqu'île de Collo, à l'est du pays. Dans la station cynégétique de l'Akfadou que nous avons pu visiter, 4 enclos d'acclimatation de 0,5 ha avec un couloir de transfert et un réservoir d'eau de 50 m3 ont été d'abord réalisés. Jouxtant ces enclos, des hangars pour le stockage de fourrage, de matériel et de servitude ont été également réalisés. Actuellement, les cerfs se trouvent dans un enclos dit de pré-lâcher de 180 ha.
Entièrement clôturé et pourvu de six miradors d'observation, cet espace comporte un poste de garde avec portail d'entrée. Saïd, l'un des gardiens de l'enclos à qui nous demandons des nouvelles des cerfs, nous apprend que trois femelles sont en gestation. Avec les naissances déjà enregistrées depuis l'arrivée des animaux dans la région, la réintroduction du cerf de Berbérie dans l'Akfadou s'annonce donc sous de bons auspices. Ce bon départ, Saïd le confirme largement. Au début, les animaux s'étaient cantonnés dans le périmètre où ils avaient été lâchés. Ils ne s'en éloignaient guère. Petit à petit, ils se sont enhardis, élargissant toujours davantage leur territoire et explorant sans cesse les alentours. Ce régime de semi-liberté leur a permis de prendre du poids et de devenir très costauds. La nature reprend tout doucement ses droits. Retrouvant un instinct de plus en plus sauvage, les cerfs sont également devenus plus farouches et s'éloignent dès qu'ils détectent une présence humaine. La cohabitation avec le reste de la faune de l'Akfadou se passe plutôt bien, si l'on se fie au jugement de Saïd qui a récemment aperçu, au petit matin, la harde de cerfs partageant la même clairière avec une harde de sangliers.
La forêt dans l'enclos de pré-lâcher, étant donné que ce dernier est clôturé et protégé des intrusions humaines, connaît un développement exceptionnel. Le vert dans tous ses tons est ici la couleur dominante. Les arbres sont si hauts et si feuillus que le soleil peine à percer cet épais amas végétal. Au bout de quelques kilomètres, au détour d'un sentier, nous avons, en effet, la chance d'apercevoir la harde à une centaine de mètres dans un sous-bois. Ils s'arrêtent, nous dévisagent quelques instants avant de disparaître dans l'épaisse végétation. Saïd, le gardien, nous apprend que beaucoup de scientifiques et de visiteurs n'ont pas eu cette chance même au bout de plusieurs jours de présence et d'observation sur le site. C'est une apparition furtive qui n'a duré qu'une trentaine de secondes mais c'est un vrai moment d'émotion que de rencontrer ces animaux magnifiques qui retrouvent leur milieu naturel. Plusieurs siècles après sa disparition, le brame du cerf peut de nouveau se faire entendre dans l'Akfadou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.