Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    L'armée décline ses lignes rouges    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'ombre du Hirak    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    L'ONU réclame une enquête indépendante    VinFast à l'épreuve de la route    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Surenchère américaine au Moyen-Orient    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    L'Algérie retrouve le Sénégal, le Kenya et la Tanzanie en outsiders    Yaakoubi ne viendra pas    Bouzidi revient chez les Crabes    L'AGO reportée à samedi prochain    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Huit harragas interceptés à Annaba    34 employés de Naftal devant le juge    Les démocrates enterrent leurs divergences    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    Kamélia Arezki sur le podium    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Tiaret: 36 milliards pour le nouveau siège d'Algérie Poste    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Les victimes des manifestations méritent mieux », selon Me Benbraham
Rencontre sur le 11 décembre à la librairie Chaib Dzair de l'Anep
Publié dans Horizons le 11 - 12 - 2016

« Nous ne savons même pas avec exactitude le nombre de victimes de ces manifestations. Nous avons, pourtant le moyen de le faire », a affirmé
Me Benbraham. Il suffirait, selon elle, « de consulter les archives des hôpitaux où furent acheminées ces victimes, à Alger ou dans d'autres villes du pays ». « Une stèle à Belcourt, 30 ans après ces événements. Est-ce tout ce que méritent ces victimes ? Le peuple s'est exprimé ce jour-là. Sa parole ne mérite-t-elle pas d'être analysée dans nos universités ? », s'est-elle interrogée devant des témoins de ces manifestations. « Les manifestations ont éclaté alors que le maquis s'était vidé et la zone autonome d'Alger décimée. Le peuple a pris la relève, en soutenant le FLN et le GPRA. Il a envoyé un message fort au général de Gaulle qui prononçait des discours controversés », a-t-elle soutenu. L'un des témoins, qui assistait à la conférence, a rapporté avoir reçu des instructions quelques jours avant ces manifestations, de fabriquer des drapeaux algériens. « J'avais 16 ans. J'ai reçu ainsi que d'autres personnes des instructions de la part des cellules dormantes du FLN. C'est ce que nous avions fait avant de participer à ces manifestations qui ont éclaté à Belcourt », se souvient-il.
Me Benbraham a précisé que sa grand-mère l'emmenait avec elle pour acheter du tissu blanc, pour la confection de drapeaux. « On habitait La Casbah étroitement surveillée. Etant une petite fille blonde, les militaires me prenaient pour une Française. Les femmes de La Casbah m'utilisaient comme un passe-partout pour endormir la méfiance des militaires en allant acheter du tissu. Les hommes étaient chargés des banderoles », a-t-elle ajouté, qui portaient des slogans comme : « Algérie algérienne », « Algérie indépendante », « Vive le FLN », « Vive le GPRA », « Ferhat Abbas au pouvoir ». Elle a estimé, par ailleurs, qu'« il n'était pas possible de déterminer si les manifestations étaient spontanées ou organisées par le FLN. « Le FLN n'avait pas affiché et n'a jamais revendiqué ces manifestations.
Il a encadré celles-ci car ses cellules dormantes étaient toujours actives. Le mouvement national ne s'est jamais éteint », a-t-elle soutenu. Elle a enfin rappelé qu'à la veille de ces manifestations, de Gaulle était en visite à Aïn Témouchent, entouré d'un staff de journalistes de différentes nationalités qui ont couvert les manifestations du 11 décembre 1960. Cette visite a fortement déplu aux colons qui ont manifesté contre lui car ils redoutaient ses signes d'ouverture. « Les colons ont investi les rues de la capitale, tentant même d'entraîner des Algériens. Ces derniers n'ont pas marché, estimant qu'ils ne partageaient pas les mêmes revendications », a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.