Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Décoloniser les savoirs »
« Dix penseurs africains par eux-mêmes » de Seloua Luste Boulbina
Publié dans Horizons le 03 - 01 - 2017

Elle s'explique dans la préface : « Dans les questionnements contemporains, la décolonisation des savoirs est une question qui mérite d'être pleinement et sérieusement traitée ». A travers cet ouvrage, l'auteure propose une introduction à « des démarches, des parcours, des travaux singuliers qui, chacun, à sa manière, opère une modification des façons de penser et de réfléchir et ont montré en cela leur fécondité ». Par cette approche, la philosophe donne un aperçu de l'importance et de la richesse de leurs apports dans l'histoire de la pensée contemporaine.
Elle reprend, pour ce faire, des entretiens avec dix penseurs africains, dont de nombreux philosophes : Valentin Yves Mudimbe, Souleymane Bachir Diagne, Paulin Hountondji, Issiaka Prosper...Les entretiens, soutient-elle, sont une « médiation vraiment intéressante entre le public d'une part, les théoriciens et les philosophes d'autre part. Ils sont une forme particulière d'échange et un mode singulier de transmission ». « Certains entretiens sont restés des morceaux d'anthologie et sont finalement devenus des références majeures pour les lecteurs.
Ils ouvrent des portes et permettent l'accès à des réflexions qui nécessitent, d'une manière ou d'une autre, une introduction » considère l'essayiste. Dans le dernier, effectué par Seloua Luste Boulbina avec Achille Mbembe, nommé « Penser par éclairs et par la foudre », l'auteure l'interroge sur son rapport à l'écriture et comment il envisage son travail.
La langue dans la littérature
L'auteure de « Critique de la raison nègre » répond en soulèvant la problématique d'une littérature sans écriture. « Pour moi, l'écriture consiste en la capacité d'exister dans une langue.
L'on y rentre lorsque on parvient à faire vivre une pensée dans une langue et une langue dans une pensée », explique-t-elle. Il existe aujourd'hui beaucoup d'écrivains qui produisent un tas de textes, mais ils n'ont jamais pu véritablement accéder à l'écriture. Didactique, la publication s'adresse en premier chef, aux chercheurs et aux étudiants. Dans ce travail, Seloua Luste Boulbina rend un hommage particulier à l'histoire de la pensée contemporaine. Seloua Luste Boulbina est agrégée de philosophie et docteur en sciences politiques.
Chercheure-associée à l'Université Paris VII (France), elle s'intéresse aux questions postcoloniales dans leurs dimensions politique et culturelle. Elle est responsable de séminaire au Collège international de philosophie et collabore dans diverses revues. Elle a dirigé le numéro 58 de la revue Rue Descartes (PUF, 2007) : « Réflexions sur la postcolonie ». Elle travaille également sur les arts visuels et a collaboré avec de nombreux artistes et Coline Lee-Toumson qui est la directrice artistique du festival Vibrations Caraïbes.
Elle a à son actif divers livres comme : « L'Afrique et ses fantômes », « Les Arabes peuvent-ils parler ? », « Grands travaux à Paris », « Tocqueville sur l'esclavage », « Tocqueville sur l'Algérie ». Elle a également travaillé sur et avec des artistes et a collaboré à de nombreux catalogues d'exposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.