Les résultats du scrutin pourraient ne pas être annoncés avant les 96 heures    Alger: 3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Un vendredi calme sans Hirak    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    MC Oran: Le Mouloudia file du mauvais coton    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cheb Hasni
«L'Algérie ne t'oublie pas»
Publié dans Info Soir le 12 - 09 - 2011

Anniversaire n Il y a dix-sept ans nous quittait Hasni Chekroun, alias cheb Hasni.
Cheb Hasni disparaît tragiquement le 29 septembre 1994, victime d'un acte terroriste. Il s'effondrait, lâchement assassiné, dans son quartier natal de Gambetta à Oran, laissant une famille endeuillée ainsi que des milliers d'admiratrices et d'admirateurs.
Dix-sept ans plus tard, que pouvons-nous dire de ce chanteur et que reste-t-il de son héritage musical ?
Nawal Belghoul, animatrice à la radio El-Bahdja dans l'émission Hit el Bahdja, nous dira : «Cheb Hasni reste irremplaçable. Il est numéro 1 chez les disquaires. Dix-sept ans après sa disparition, il est encore demandé par nos auditeurs. Ces derniers l'exigent même. Lorsque j'anime des émissions, je reçois beaucoup d'appels me demandant de passer les chansons de Cheb Hasni. Dix-sept ans après sa disparition, il reste un chanteur très écouté, largement apprécié, énormément demandé.» Interrogée sur la raison qui fait que Cheb Hasni demeure jusqu'à présent un chanteur de renommée nationale, Nawal Belghoul répondra : «Avec l'avènement sur la scène musicale de Cheb Bilal, tout le monde a pensé qu'il allait remplacer Cheb Hasni, mais après nous avons pu constater que ce n'était pas le cas. Car Hasni était un artiste à part.
Il avait quelque chose de particulier, et cette particularité réside dans son art. C'était un chanteur à grand succès. Ce qu'un chanteur ordinaire réalise en une carrière, Hasni, lui, l'a fait seulement, avec 850 chansons, en six, sept ans. Cela démontre toute l'étendue de son talent et sa sensibilité profonde ». «Cheb Hasni, reprend-elle, aimait ce qu'il faisait, c'était avec ses tripes qu'il exerçait son art, et cela on le ressent dans ses chansons baignées d'une forte et grande sensibilité. C'était un artiste très sentimental, un artiste accompli.
Il était timide, très modeste et il était aussi éduqué. Tout cela a fait qu'il a gagné l'estime de son public et de la jeunesse algérienne.»
Le sens de l'éducation, donc de la morale se traduisait à travers ses chansons qui sont expurgées de toute vulgarité. Il proposait des refrains sereins et envoûtants. Il apportait un autre style de raï, sonnant le renouveau de ce style et rompant avec le raï hard.
Plusieurs activités artistiques et culturelles sont prévues à Oran, à l'initiative de l'Association de promotion et d'insertion de la chanson oranaise (Apico), pour commémorer le dix-septième anniversaire de la disparition du raïman lover, adulé par la jeunesse algérienne. L'hommage posthume au chantre du raï sentimental s'étalera du 24 au 30 septembre.
Plusieurs vedettes de la chanson algérienne et maghrébine sont attendues à cette manifestation qui aura pour thème : «L'Algérie ne t'oublie pas».
Un gala au palais des sports Hamou-Boutlélis, et trois tables rondes autour du patrimoine musical et des cultures populaires seront animés.
Seront également proposées au public des projections de films et de documentaires comportant des séquences de ses concerts et de ses entretiens avec la presse et des personnalités culturelles.
Notons enfin qu'un tournoi de football a été programmé pour la circonstance, rappelant que Hasni avait une grande passion pour le sport-roi.
- Né le 1er février 1968, Hasni Chekroun a entamé son parcours artistique en se produisant dans des mariages avant de se joindre à un groupe musical local, pour animer des soirées dans un night-club, situé à la sortie est d'Oran. C'est au cours d'une soirée animée par l'orchestre de Cheb Kada, où il chante El-Mersem (le refuge, la même chanson qui a révélé Cheb Mami) qu'il se fait remarquer par un producteur qui lui propose d'enregistrer El-Baraka... en duo avec Cheba Zahouania. Ce premier titre, devenu un tube, a révélé au grand public, le jeune Cheb Hasni. Dès lors, les portes du succès allaient s'ouvrir et, au fil des galas, il parvient à gagner en maturité. Cheb Hasni, le chanteur sentimental s'impose comme la plus grande star du raï. L'homme n'est plus. L'artiste, roi indétronable de la chanson sentimentale, lui, a survécu, car il est toujours présent dans les cœurs de ses fans. Nourri du vécu même de la jeunesse algérienne, il racontait celle-ci à travers différents thèmes, tous en rapport avec la société dans laquelle elle est ancrée. «Cheb Hasni est un phénomène musical. Son succès tient à son style de musique et à ses chansons qui sont puisées dans la réalité de la jeunesse algérienne. C'était un artiste jeune, et à l'écoute de la jeunesse algérienne. Il était proche d'elle. Hasni signifie à lui seul une jeunesse, une génération. Il a chanté l'amour et l'espoir. Il a chanté à un moment où la jeunesse avait besoin de sourire et d'espérer. Et jusqu'à présent, cette jeunesse, on la ressent encore, on la vit. C'est un chanteur intemporel, même après sa disparition, ses chansons touchent encore la jeunesse algérienne. Il reste d'actualité», dira Nawal Belghoul.Notons que La dernière chanson, ce film consacré en 2008 à la vie et au parcours musical de cheb Hasni, a été réalisé par Messaoud Elâïeb et écrit par Fatima Ouazen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.