Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 1re partie
Publié dans Info Soir le 17 - 02 - 2016

Suicide n En 1978 le monde est abasourdi par des images épouvantables en provenance du Guyana. Plus de 900 personnes se sont donné la mort en buvant un jus de fruit contenant du cyanure et du valium.
Le sol est jonché de cadavres dans cette communauté fondée par le révérend Jim Jones. Qu'a-t-il bien pu se passer pour que près de 900 personnes trouvent la mort de façon aussi désespérée ? Comment cela a-t-il pu se produire ? Et pourquoi personne n'a-t-il rien vu venir ? Et surtout se sont-ils tous suicidés ou y-a-t-il eu une intervention extérieure ?
Novembre 1978 dans la communauté de Jonestown au Guyana (nord de l'Amérique du Sud) les militaires américains découvrent avec horreur les cadavres de 909 à 914 (le nombre n'a jamais été connu avec certitude) personnes qui se sont suicidées en buvant du jus de fruit additionné de valium et de cyanure. 167 personnes échapperont à la mort et décriront ce qu'il ont vu et entendu. Le révérend Jim Jones a poussé ses fidèles à se donner la mort en avalant un breuvage empoisonné. D'après les récits, les parents auraient d'abord fait boire la limonade aux enfants, avant de l'avaler eux-mêmes. Puis le révérend Jim Jones et son infirmière de service se seraient mutuellement suicidés par balle. Les survivants racontent aux médias la terrible fin de cette église créée par Jones. Le monde est abasourdi par ce qu'il vient de voir, et les questions commencent à pleuvoir. Comment a-t-on pu laisser un tel carnage se produire ? Fondée au début des années 60, le Temple du peuple fut créé par le pasteur Jim Jones dans l'Indiana, puis en Californie. Son but était de venir en aide aux déshérités et aux minorités ethniques, telles que la communauté noire. Fort de son succès, Jones ouvre plusieurs autres antennes à travers la Californie et rassemble jusqu'à 20 000 fidèles. Il crée des garderies, des dispensaires et des cantines pour les personnes en difficulté. Excellent orateur et mêlant habilement idéalisme et marxisme, il prône le partage pour tous et le rejet de la société actuelle, qui n'offre que désillusion, égoïsme et discrimination. Par ce biais, Jones pousse ses adeptes à lui laisser fortune, biens matériels et à laisser derrière eux leur ancienne vie. D'un autre côté, fort de son charisme et de son bagout, il réussit à entrer dans la politique locale et à obtenir des subsides de l'état et des politiciens pour son église et son travail de bénévolat. Jones devient une figure emblématique en Californie et, en 1976, fort d'un soutien politique conséquent, il milite pour la candidature démocrate aux élections présidentielles de 1976. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.