DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 1re partie
Publié dans Info Soir le 17 - 02 - 2016

Suicide n En 1978 le monde est abasourdi par des images épouvantables en provenance du Guyana. Plus de 900 personnes se sont donné la mort en buvant un jus de fruit contenant du cyanure et du valium.
Le sol est jonché de cadavres dans cette communauté fondée par le révérend Jim Jones. Qu'a-t-il bien pu se passer pour que près de 900 personnes trouvent la mort de façon aussi désespérée ? Comment cela a-t-il pu se produire ? Et pourquoi personne n'a-t-il rien vu venir ? Et surtout se sont-ils tous suicidés ou y-a-t-il eu une intervention extérieure ?
Novembre 1978 dans la communauté de Jonestown au Guyana (nord de l'Amérique du Sud) les militaires américains découvrent avec horreur les cadavres de 909 à 914 (le nombre n'a jamais été connu avec certitude) personnes qui se sont suicidées en buvant du jus de fruit additionné de valium et de cyanure. 167 personnes échapperont à la mort et décriront ce qu'il ont vu et entendu. Le révérend Jim Jones a poussé ses fidèles à se donner la mort en avalant un breuvage empoisonné. D'après les récits, les parents auraient d'abord fait boire la limonade aux enfants, avant de l'avaler eux-mêmes. Puis le révérend Jim Jones et son infirmière de service se seraient mutuellement suicidés par balle. Les survivants racontent aux médias la terrible fin de cette église créée par Jones. Le monde est abasourdi par ce qu'il vient de voir, et les questions commencent à pleuvoir. Comment a-t-on pu laisser un tel carnage se produire ? Fondée au début des années 60, le Temple du peuple fut créé par le pasteur Jim Jones dans l'Indiana, puis en Californie. Son but était de venir en aide aux déshérités et aux minorités ethniques, telles que la communauté noire. Fort de son succès, Jones ouvre plusieurs autres antennes à travers la Californie et rassemble jusqu'à 20 000 fidèles. Il crée des garderies, des dispensaires et des cantines pour les personnes en difficulté. Excellent orateur et mêlant habilement idéalisme et marxisme, il prône le partage pour tous et le rejet de la société actuelle, qui n'offre que désillusion, égoïsme et discrimination. Par ce biais, Jones pousse ses adeptes à lui laisser fortune, biens matériels et à laisser derrière eux leur ancienne vie. D'un autre côté, fort de son charisme et de son bagout, il réussit à entrer dans la politique locale et à obtenir des subsides de l'état et des politiciens pour son église et son travail de bénévolat. Jones devient une figure emblématique en Californie et, en 1976, fort d'un soutien politique conséquent, il milite pour la candidature démocrate aux élections présidentielles de 1976. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.