CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il sillonnera les quartiers
Un psychobus contre l'émigration clandestine
Publié dans Info Soir le 07 - 02 - 2007

Drame n «Nos jeunes, en perte de repères solides, cherchent leurs références ailleurs. Ils croient que la vie est rose de l'autre côté de la rive, alors ils tentent le voyage de l'enfer.»
Le porte-parole de l'Association pour la sauvegarde de la jeunesse d'Alger a annoncé, hier, lors d'une conférence de presse, le prochain lancement d'une opération, la première du genre, à savoir un psychobus avec un psychologue, un sociologue, un psychiatre et un médecin généraliste qui se rendra dans les quartiers populaires pour écouter les jeunes «en quête de références». Optimiste quant à la réussite de cette opération, M. Abidat compte énormément sur les médias pour ce qui est du volet communication et lance un appel aux différents acteurs de la société pour jouer leur rôle afin d'arrêter cette «hémorragie». «Je souhaite que tout le monde participe à ce travail de sensibilisation. Je saisis cette occasion pour lancer un appel aux enseignants, médecins, journalistes et toute personne qui peut informer nos jeunes de l'ampleur du danger de l'émigration clandestine, de faire preuve du devoir d'aider nos jeunes à prendre conscience. De notre côté, nous avons décidé d'aller jusqu'au bout. J'espère que nous pourrons élargir cette opération à l'ensemble de nos villes côtières afin de sauver le maximum de nos jeunes», a-t-il conclu
Dans son exposé sur le phénomène de l'émigration clandestine, M. Abidat a évoqué les facteurs qui motivent les jeunes à tenter leur chance à rejoindre les pays du nord de la Méditerranée. Selon lui, le premier facteur est lié à la réussite des expériences et tentatives «des camarades harragas» qui ont traversé la Méditerranée à bord d'une embarcation de fortune. Cela crée, explique-t-il, un climat de confiance pour combattre la peur. «Pour le jeune, il représente un geste de bravoure. Donc, il se lance un défi pour réaliser son plan», a-t-il ajouté.
Aussi, le diagnostic de M. Abidat fait porter une grande responsabilité aux parents qui ne font rien pour empêcher leurs enfants d'aller vers une mort certaine.
M. Abidat résume l'origine de ce phénomène dans le facteur psychosocial qui encourage les jeunes à commettre l'irréparable (le suicide).
«Nos jeunes, en perte de repères solides, cherchent leurs références ailleurs. Ils croient que la vie est rose de l'autre côté de la mer, alors ils tentent le voyage de l'enfer», s'est-il désolé. L'orateur a fait remarquer que le phénomène de l'émigration clandestine ne se fait plus d'une manière organisée comme auparavant, c'est-à-dire avec la complicité de certains responsables ou travailleurs du port.
Aujourd'hui, à cause des contrôles rigoureux au niveau des structures portuaires du pays, les jeunes choisissent d'autres coins où se trouvent les réseaux des «microactivités». «Ils payent de 10 à 15 millions au propriétaire d'une embarcation qui leur loue une embarcation pour un voyage incertain.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.