Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    FEUX DE FORETS, COUPURES D'ELECTRICITE ET PENURIE D'EAU : Le président Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    REOUVERTURE DE PLUS DE 4000 MOSQUEES : Le ministre Belmahdi appelle à la raison    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    Boumerdès: 274 algériens rapatriés d'Arabie Saoudite confinés    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED (ALGER) : Lourde peine pour le journaliste Khaled Drarni    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    13 relaxes et une condamnation avec sursis    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Les révélations glaçantes de sa famille    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    Une "bande criminelle" démantelée    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il sillonnera les quartiers
Un psychobus contre l'émigration clandestine
Publié dans Info Soir le 07 - 02 - 2007

Drame n «Nos jeunes, en perte de repères solides, cherchent leurs références ailleurs. Ils croient que la vie est rose de l'autre côté de la rive, alors ils tentent le voyage de l'enfer.»
Le porte-parole de l'Association pour la sauvegarde de la jeunesse d'Alger a annoncé, hier, lors d'une conférence de presse, le prochain lancement d'une opération, la première du genre, à savoir un psychobus avec un psychologue, un sociologue, un psychiatre et un médecin généraliste qui se rendra dans les quartiers populaires pour écouter les jeunes «en quête de références». Optimiste quant à la réussite de cette opération, M. Abidat compte énormément sur les médias pour ce qui est du volet communication et lance un appel aux différents acteurs de la société pour jouer leur rôle afin d'arrêter cette «hémorragie». «Je souhaite que tout le monde participe à ce travail de sensibilisation. Je saisis cette occasion pour lancer un appel aux enseignants, médecins, journalistes et toute personne qui peut informer nos jeunes de l'ampleur du danger de l'émigration clandestine, de faire preuve du devoir d'aider nos jeunes à prendre conscience. De notre côté, nous avons décidé d'aller jusqu'au bout. J'espère que nous pourrons élargir cette opération à l'ensemble de nos villes côtières afin de sauver le maximum de nos jeunes», a-t-il conclu
Dans son exposé sur le phénomène de l'émigration clandestine, M. Abidat a évoqué les facteurs qui motivent les jeunes à tenter leur chance à rejoindre les pays du nord de la Méditerranée. Selon lui, le premier facteur est lié à la réussite des expériences et tentatives «des camarades harragas» qui ont traversé la Méditerranée à bord d'une embarcation de fortune. Cela crée, explique-t-il, un climat de confiance pour combattre la peur. «Pour le jeune, il représente un geste de bravoure. Donc, il se lance un défi pour réaliser son plan», a-t-il ajouté.
Aussi, le diagnostic de M. Abidat fait porter une grande responsabilité aux parents qui ne font rien pour empêcher leurs enfants d'aller vers une mort certaine.
M. Abidat résume l'origine de ce phénomène dans le facteur psychosocial qui encourage les jeunes à commettre l'irréparable (le suicide).
«Nos jeunes, en perte de repères solides, cherchent leurs références ailleurs. Ils croient que la vie est rose de l'autre côté de la mer, alors ils tentent le voyage de l'enfer», s'est-il désolé. L'orateur a fait remarquer que le phénomène de l'émigration clandestine ne se fait plus d'une manière organisée comme auparavant, c'est-à-dire avec la complicité de certains responsables ou travailleurs du port.
Aujourd'hui, à cause des contrôles rigoureux au niveau des structures portuaires du pays, les jeunes choisissent d'autres coins où se trouvent les réseaux des «microactivités». «Ils payent de 10 à 15 millions au propriétaire d'une embarcation qui leur loue une embarcation pour un voyage incertain.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.