Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une lutte sans merci doit être engagée contre la violence
Le phénomène prend des proportions de plus en plus grandes
Publié dans La Tribune le 20 - 05 - 2015

La violence est en voie de conquérir le milieu de l'enfance dans l'indifférence des adultes dont le comportement, il faut le dire, alimente la violence. La société s'en accommode vraisemblablement, celle-ci ne réagissant pas à ce phénomène -qui prend de l'ampleur- et ne voyant pas venir le danger de sa propre désagrégation, le mal étant profond. C'est la banalisation dans toute son absurdité qui caractérise cette furie de tous les jours, alors que c'est un sursaut de la conscience qui doit prévaloir. Mais au lieu de cela, on s'enfonce de plus en plus dans la démence et de plus en plus jeune. Après avoir entretenu consciencieusement les châtiments corporels et inculqué le ferment de l'agressivité, l'enseignant récolte aujourd'hui les résultats de sa propension à «corriger» l'enfant au moyen de tout ce qu'il trouve à proximité, usant même de coups de poings et de pieds. Des cas de pédagogues et de directeurs d'établissement se servant de tuyaux d'arrosage sont d'ailleurs rapportés. Certains avouent qu'ils les exhibent, mais que c'est juste dans un but de dissuasion. L'animosité est nourrie dans les deux sens, le constat est que la violence s'amplifie, que ce soit vis-à-vis de l'élève ou de l'enseignant. C'est que les châtiments corporels ont longtemps été utilisés comme un moyen d'éduquer l'enfant au sein de l'établissement scolaire, et leur interdiction formelle par instruction ministérielle n'a pas été suivie d'effets, les responsables avouant souvent aux parents leur incapacité à contrôler les dépassements des enseignants, certains les couvrant même. L'étendue de ce phénomène est telle que des psychopédagogues ont appelé à la création, à travers le territoire, de cliniques psychologiques qui réuniraient des psychologues, des éducateurs et des assistants sociaux, ceux-ci devant conjuguer leurs efforts et tout mettre en œuvre pour cerner cette problématique et éradiquer le phénomène de la violence en milieu scolaire. Des rencontres ont souvent lieu, elles sont l'œuvre de spécialistes (psychologues) et des services de sécurité qui font part de statistiques quant aux agressions à l'intérieur et aux abords des établissements scolaires. Selon les premiers (spécialistes), il s'agit de «comprendre la psychologie de l'élève» pour que les actions sur le terrain soient efficaces alors que cette tranche d'âge (enfance et adolescence) a besoin de toute l'attention nécessaire, que ce soit au sein de la cellule familiale ou dans les écoles. Des campagnes de sensibilisation sont quelquefois lancées, mais elles restent circonscrites dans certaines wilayas et sont limitées dans le temps alors que ce type d'initiative doit être élargies à toutes les wilayas et à tous les établissements scolaires et être permanentes si on veut venir à bout de ce qui est devenu un fléau. Il est clair que la lutte contre la violence en milieu scolaire reste encore à mener, comme toutes les formes de violence qui minent la société et contre lesquelles toutes les parties concernées se montrent impuissantes. Pour des psychologues, en effet, la violence en milieu scolaire est le prolongement de la violence subie à l'extérieur. On ne peut rester au stade du constat et prétendre qu'on combat le phénomène. «Apprendre sans peur», le slogan brandi par l'Unesco devrait être adopté dans toutes les écoles, par tous les responsables d'établissements scolaires, et par tous les enseignants qui ont fait de l'agressivité et de la violence verbale un moyen d'imposer leur autorité face à l'élève. C'est malheureusement «la peur au ventre» qui est la devise des petits dont beaucoup affichent un manque d'intérêt et même une révulsion vis-à-vis de certaines matières en raison de la brutalité affichée par celles et ceux qui les enseignent . Une réaction (de la part des élèves) qui peut aller jusqu'à la désertion de l'école. Il est évident que c'est de la protection de l'enfance qu'il s'agit et continuer à fermer les yeux sur une telle calamité relève de l'irresponsabilité vis-à-vis de cette frange qui s'enfonce dans la violence à force de la subir.
R. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.