Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : dialogue impérative et réconciliation nationale
L'expérience algérienne à la rescousse
Publié dans La Tribune le 25 - 04 - 2017

Durant sa tournée libyenne, en attendant une deuxième virée prévue prochainement dans les régions du sud, la délégation algérienne a eu à constater une forte volonté de parvenir à une solution pacifique au travers de mécanismes dont Alger détient l'expérience : la réconciliation nationale et le dialogue politique. Pour Alger la solution en Libye passe inévitablement par un dialogue entre tous les libyens, sans exclusive. Il y va de l'intérêt de la région d'œuvrer à la rencontre des différentes parties afin de les aider à dépasser les divergences et de s'installer dans un processus vertueux dans l'objectif de reconstruire leur pays et d'édifier la nouvelle Libye
La récente tournée effectuée par le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union Africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel en Libye aura été riche en enseignements. Cette visite a permis de constater de visu l'entière disposition des différentes parties libyennes à trouver une solution à la crise que vit leur pays. Au travers de mécanismes inévitable : le dialogue et la réconciliation nationale. Vu de l'extérieur la situation paraît insurmontable et les schismes entre parties difficilement conciliables. Les médias internationaux montrent une Libye livrée intégralement au chaos et au désordre et où la vie est devenue impossible. Pourtant la réalité de la Libye poste Kadhafi est aujourd'hui certes complexe et ouverte sur des périls mais la majorité des acteurs sont conscients de la nécessité de trouver un consensus dans l'intérêt de leur pays. Et celui de la région. La question de l'ingérence étrangère est clairement rejetée du moins officiellement et dans les déclarations des différents responsables politiques. Ce qui reste de bon augure. La tournée de la délégation algérienne en cinq étapes de l'est à l'ouest de la Libye a été bien accueillit par les parties en présence en Libye. Certains ont fait remarquer l'importance de «la sagesse de la position algérienne» dans la situation libyenne et la nécessité d'œuvrer pour une solution politique, seule à même de faire sortir le pays du guêpier actuel et d'entrevoir l'avenir avec sérénité. A El Bayda dans l'est, le président du Parlement libyen Akila Salah s'est dit disposé pour un règlement politique durable et pour un dialogue inter-libyen inclusif. Il reste indéniable que pour la majorité des acteurs la réconciliation nationale entre toutes les composantes est la seule issue pour préserver l'unité de la Libye, même si pour certains «des points du dialogue doivent être modifiés». A Benghazi, Messahel a rencontré le maréchal Khalifa Haftar au Quartier général des forces armées arabes libyennes. Une rencontre qui a porté sur l'impératif soutien au dialogue et le rejet de toute ingérence étrangère. Ce personnage controversé demeure un acteur important pour tout dialogue et son rôle n'est pas négligeable dans tout processus de remise en route des institutions du pays. Les notables de l'est libyen notamment d'Ajdabiya, Barqa se sont dits disposés à dialoguer avec tous les autres protagonistes. L'accord politique de réconciliation nationale semble intéresser une majorité, même ceux qui avancent certaines réticences.
Reconstruire les institutions
A Zentan dans l'ouest les personnalités locales de la région ont montré leurs disponibilité à dialoguer pour peu que le processus et le format soient sérieux et présentant des garanties pour sa mise en place. A Tripoli, le président du Haut Conseil d'Etat Abderrahmane Souihli a affirmé sa disponibilité à œuvrer en faveur de solutions rapides à la crise à travers le dialogue. Pour lui la position de l'Algérie « à équidistance vis-à-vis de toutes les parties libyennes», lui confère «un rôle davantage d'efficacité dans le soutien au processus de règlement pacifique de la crise» libyenne. A Misrata des représentants de la société civile, des députés, des personnalités militaires de l'opération anti-Daech «El Bouniyane El Marsous» ont évoqué l'expérience algérienne en matière de réalisation de la paix et de réconciliation nationale. Une expérience qui pourrait aider dans le laborieux processus libyen. Les responsables politiques les plus en vue en sont conscients. Le président du gouvernement d'union nationale Fayez El-Sarraj et son vice-président Ahmed Miitig sont unanimes sur la nécessité de régler toutes les questions en suspens, un préalable pour édifier les institutions du pays. Durant cette tournée libyenne, en attendant une deuxième virée prévue dans les prochaines semaines dans les régions du sud, la délégation algérienne a eu à constater «une forte volonté chez les Libyens de parvenir à des solutions pacifiques à travers la réconciliation nationale et le dialogue politique inter-libyens en Libye même». Pour Alger, la solution en Libye passe inévitablement par un dialogue entre tous les Libyens, sans exclusive. La menace de l'ingérence étrangère pèse toujours sur ce pays rentré en instabilité. Il y va de l'intérêt de la région, notamment ceux du sud de la Méditerranée, d'œuvrer à la rencontre des différentes parties en Libye afin de les aider à dépasser les divergences et de s'installer dans un processus vertueux dans l'objectif de reconstruire leur pays et d'édifier la nouvelle Libye.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.