Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    La situation financière des clubs relancée    L'Algérie présente au rendez-vous de Djerba    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Décès de la chanteuse du groupe Roxette    L'Algérie prend part à Rome à la réunion ministérielle des pays membres    «Je m'engage à ouvrir un dialogue national sérieux»    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    nouveau président de la République    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Benflis prend acte de sa défaite et annonce le passage de flambeau aux jeunes    Les résultats préliminaires annoncés par l'ANIE    OGC Nice: "Atal absent quelques mois"    Remis de sa commotion cérébrale: L'Algérien Oukidja opérationnel face à Marseille    Médias: Sky perd les droits de la Ligue des champions pour l'Allemagne    Installation de portiques électroniques    « 2019 a été une année exceptionnelle pour moi »    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: Près de 3.000 affaires traitées en novembre    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    L'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    Election présidentielle: Abdelmadjid Tebboune largement élu président    Les premières leçons de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Tunisie : " La prise de conscience autour du patrimoine historique est tardive "    Court métrage documentaire : Le documentaire "Nice Very Nice" en compétition au Sénégal    Adoption d'un projet de loi pour contrôler l'emploi    Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Communiqué du Conseil des ministres    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Urgence d'une réelle implication à tous les niveaux pour la promotion de la lecture
1er colloque national sur la problématique du lectorat en Algérie
Publié dans La Tribune le 12 - 03 - 2009

La Ligue nationale de la réflexion et de la culture a organisé, les 10 et 11 mars, à la salle Ibn Zeydoun de l'OREF, le 1er colloque national sur la problématique de la lecture et du lectorat intitulé «Réalités et perspectives de la lecture en Algérie». Le colloque a été animé par de nombreux chercheurs et universitaires venus de différentes wilayas du pays.Lors de cette rencontre, le débat s'est articulé autour de la réalité de la lecture en Algérie, de son concept, de ses lacunes, et du rôle des différents protagonistes, à tous les niveaux sociopolitiques, qui contribuent à sa promotion ou à sa dégradation. Dans la première intervention animée par l'universitaire
Mohamed Saïdi, il est souligné que la genèse de la crise de la lecture dans notre pays remonte aux premières années de l'indépendance, marquée par l'absence d'un réel projet culturel qui soit en adéquation avec la richesse de notre héritage culturel.
Ainsi, «tout ce qui a été entrepris jusqu'à présent, ce sont des manifestations culturelles ponctuelles et conjoncturelles qui ont contribué à la dévalorisation de la lecture et à la déliquescence du lectorat algérien».Mohamed Saïdi a, par ailleurs, mis en exergue l'importance du rôle de la cellule familiale dans l'encouragement des activités culturelles, dont la lecture. Une implication qui reste défaillante dans notre société à cause de nombreux facteurs socioculturels. Pour sa part, Nourredine Bakria, universitaire et journaliste, à travers son intervention intitulée «Crise de la lecture… crise de l'intellectuel» a estimé que la crise de la lecture et du livre est étroitement liée
au manque de statut que vit l'intellectuel algérien. Ainsi, la perception de la lecture et du livre en Algérie est étroitement liée à la perception dévalorisante de l'intellectuel qui subit maintes pressions socio-économiques. Dès lors, la problématique de la lecture ne peut pas être résolue si on ne revalorise pas le rôle de l'intellectuel dans notre pays. Nourredine Bakria a, de ce fait, souligné le rôle des partis politiques qui préfèrent mettre aux postes clés des hommes d'affaires et d'influence plutôt que des universitaires ou des intellectuels. En conséquence, il ne faudrait pas s'étonner que l'Algérien donne plus de valeur aux richesses matérielles qu'à celles de l'esprit. L'intervenant a aussi relevé l'importance de l'existence de mécènes, à l'instar de ce qui se fait dans de nombreux pays, pour la création de fondations ou d'universités afin de redonner à l'intellectuel un véritable statut dans la société et redonner de facto à la lecture ses lettres de noblesse. Quant à l'universitaire Faycal Ahmer, il a présenté les différents aspects du concept de la notion de lecture à travers différentes dualités, dont celle de la lecture active/passive, pédagogique/générale, linéaire/diagonale.Il a ensuite posé le problème de l'absence d'une réelle gestion politique du secteur du livre et cela à tous les niveaux dont le plus important est celui de la promotion de la lecture à l'école.Ainsi, il existe une véritable crise dans le système scolaire, marqué par l'absence de bibliothèques et l'absence d'outils pédagogiques qui permettent à l'enfant de s'habituer à l'effort et de développer une prédisposition à la lecture. Au final, le système éducatif engendre des adultes qui ne possèdent pas un background livresque suffisant pour développer un lectorat important, tant au point de vue quantitatif que qualitatif.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.