Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Remise de 527 microcrédits pour la création de projets    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Le secteur sur un brasier    Benjamin Stora. Spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Algérie : «Il y a une histoire sur laquelle on peut s'appuyer pour trouver du commun»    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    CHAN-2021 : La décantation tarde à se faire    Fonds de garantie des crédits FGAR: Accompagnement d'une trentaine de PME en 2020    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    "Ni repentance ni excuses"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manque de sponsoring pour le handisport
Bien que les sportifs handicapés algériens s'illustrent au niveau mondial
Publié dans La Tribune le 01 - 11 - 2009

Le handisport algérien souffre énormément d'un manque de financement. Les sponsors ne s'intéressent généralement qu'aux sports des valides, et plus spécialement le football.
Les disciplines sportives pour handicapés se retrouvent, ainsi de facto, dans des situations difficiles qui les empêchent d'évoluer normalement. Rares sont les entreprises –et à ce titre il faut citer la Sonelgaz qui prend en charge le club sportif des handicapés moteurs «Farik Charaf Boufarik» (FCB), une équipe de basket-ball en fauteuils roulants– qui s'intéressent à ces sports, si ce n'est par des actions de solidarité occasionnelles. Evidemment, il n'est nullement question de jeter la balle dans le camp de ces sociétés, mais il faut quand même relever que plusieurs sports sont «sanctionnés» par un financement inégalitaire des disciplines sportives. Ceci, sachant que le handisport algérien a, de tous temps, été présent, par la meilleure des manières, dans les grands rendez-vous, à l'image des jeux Paralympiques, remportant même plusieurs médailles et arrachant une position appréciable dans le classement mondial. Avec plus de financement et de sponsoring, nos handicapés feront certainement beaucoup mieux. Il est clair que les responsables de la Fédération algérienne de handisport (FAH) fournissent énormément d'efforts pour la prise en charge des sportifs d'élite avec l'organisation de plusieurs stages de préparation pour les grands rendez-vous à l'étranger, mais, souvent le problème ne se situe pas là, mais au niveau de la base, c'est-à-dire des clubs. Combien de communes, à travers le territoire national, financent ou prennent en charge un club de handisport ? Certainement peu.
Pour plus d'un, le sponsoring a une relation directe avec la médiatisation. Avant tout, les actions de sponsorings d'une entreprise donnée rentrent dans le cadre d'une opération de marketing.
C'est de la publicité en quelques sortes. Les sociétés, notamment les plus grandes, dégagent chaque année un budget pour le financement du sport. Certaines d'entre-elles en font même une logique stratégique. A partir de cette donne, il serait tout a fait normal que ces mêmes entreprises ne s'intéressent qu'aux disciplines sportives qui ont une certaine médiatisation. Financer un club dont la compétition à laquelle il participe n'est pas retransmise à la télévision et dont les journaux n'en parlent jamais n'apporte rien à l'entreprise. Mais là encore, un autre problème se pose. Dans bien des cas, même les médias n'axent leurs travail que sur les sports qui ont un lectorat ou audimat important. Question de rentabilité également. C'est dire que l'équation est compliquée. Mais il faut bien trouver une solution. A ce titre, en l'état actuel des choses, il est clair que l'intervention de l'Etat est plus que nécessaire.
Sonelgaz : une rare exception…
L'Entreprise nationale d'électricité et de gaz, Sonelgaz, est l'une des sociétés qui sponsorisent des disciplines sportives, en plus du football. Il est bien connu que cette entreprise est le sponsor majeur de l'USM Alger, et ce, depuis plusieurs années.
Cela ne l'empêche pas d'aider d'autres clubs à chaque fois que l'occasion se présente. Et pour prouver qu'elle a «une vision à long terme du sport», la Sonelgaz conditionne toujours son aide, comme c'est le cas avec le club algérois, par une réelle prise en charge des jeunes.
Pour bénéficier de l'argent de l'entreprise, il faut s'engager à allouer une part bien précise aux minimes, aux cadets et aux juniors. Cela pour le football. Pour le reste, la Société d'électricité et de gaz a sponsorisé, via sa filiale Etterkib, l'association sportive des handicapés moteurs «Farik Charaf Boufarik» (FCB), une équipe de basket-ball en fauteuils roulants qui, à chaque fois, et grâce à cet apport inestimable, joue les premiers rôles dans le Championnat national.
Ces dernières années, ce club a remporté une bonne partie des titres. A noter que Farik Charaf Boufarik est sponsorisé par Etterkib depuis 1999.
Rares sont les entreprises qui s'engagent dans des partenariats de cette envergure avec des clubs pour handicapés.
La logique économique primant sur le reste, ces sociétés préfèrent sponsoriser des sports et des équipes qui ont un grand nombre de supporters. Mais la Sonelgaz n'a pas apparemment cet état d'esprit.
Elle a l'habitude de sponsoriser des clubs de handball et de basket-ball qui participent à des compétitions internationales. D'ailleurs, il est à signaler que ces derniers temps, l'entreprise a décide de financer une compétition de la Fédération algérienne d'athlétisme. Ainsi, dans le cadre de son soutien au sport national, l'entreprise a décidé de prendre en charge le challenge national Sonelgaz de cross-country. Une manifestation qui s'était déroulée en plusieurs étapes, pour la saison précédente, et qui avait réuni près de 1 200 athlètes. Evidemment, la Sonelgaz avait profité de cette occasion pour mener, à travers toutes les wilayas ayant accueilli une étape, une campagne de sensibilisation sur «les risques liés à l'utilisation du gaz et les mesures de sécurité à observer» en distribuant au public venu nombreux des dépliants en rapport avec le sujet.
Il faut dire, en dernier lieu, que certains sports, notamment ceux qui ne font pas la une des journaux, auront des difficultés à survivre s'ils ne bénéficient pas de pareilles aides. Et les actions de la Sonelgaz dans ce domaine sont à saluer. Elle n'est pas la seule. Quelques entreprises aident également des sports et des disciplines non médiatisés.
Mais cela ne suffit pas. D'autres encore doivent s'impliquer…
A. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.