L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Iran refuse de se plier au diktat
Ahmadinejad ordonne l'entame de la production d'uranium
Publié dans La Tribune le 09 - 02 - 2010

Après trois mois de bras de fer avec les grandes puissances sur le dossier controversé de l'enrichissement de l'uranium, le président iranien Ahmadinejad ose le pas. Il ordonne à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique de lancer la production d'uranium. L'Iran décide donc d'entamer l'enrichissement du combustible dont il a besoin notamment pour son réacteur de recherche médicale de Téhéran. Cette annonce, faite publiquement à la télévision, suscite l'inquiétude des chancelleries occidentales mais ne surprend pas grand monde. Le président iranien avait annoncé en décembre dernier que Téhéran prendrait une telle mesure au cas où les grandes puissances refuseraient de «jouer le jeu». Le ministre des Affaires étrangères iranien Manouchehr Mottaki, évoquait pourtant vendredi dernier un accord proche. Depuis qu'il a rejeté en octobre la proposition des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) d'envoyer l'essentiel de son uranium faiblement enrichi en Russie puis en France pour qu'il y soit transformé en combustible hautement enrichi, la situation est restée en suspens. Les dirigeants iraniens refusent manifestement la pression permanente des Six, qui les poussent à abandonner leur programme nucléaire sous suspicion quasi doctrinale. La Chine, autre puissance effective dans le dossier du nucléaire iranien, est plutôt réfractaire pour l'heure à d'éventuelles nouvelles sanctions. La vive tension entre Washington et Pékin au sujet des armes américains vendues à Taïwan est venue s'inviter dans le dossier iranien et risque de «durcir» davantage la position chinoise. Téhéran semble pour l'heure opter pour un jeu de yo-yo qui cadre avec les très fluctuants rapports internationaux. Le président Ahmadinejad cherche à faire pression sur les Occidentaux, notamment les Américains, tandis que Mottaki discute avec eux et avec l'agence de Vienne. Après l'annonce vendredi dernier par Mottaki qu'un accord était «proche» avec les Six, le président du Parlement Ali Larijani charge les Occidentaux en les accusant de vouloir chercher à «tromper l'Iran». Téhéran garde néanmoins une ligne de cohérence : l'Iran se dit toujours prêt à négocier. Seules les menaces en tout genre irritent les Iraniens. Lorsque les Occidentaux parlent de sanctions, l'Iran se contracte. C'est dans cette situation qu'il annonce la poursuite en solo de son programme nucléaire. Et l'annonce d'Ahmadinejad dimanche est intervenue au milieu des ommémorations du 31e anniversaire de la révolution islamique. L'occasion d'annoncer les nouvelles évolutions technologiques made in Iran et d'affirmer son refus de ne pas se plier au diktat des Occidentaux. Les responsables militaires iraniens multiplient les nouvelles sur les progrès et les nouveaux types d'armes de l'Iran. Le ministre iranien de la Défense a inauguré récemment deux lignes de production de drones (avions sans pilote). «Ces drones sont capables de mener des opérations de surveillance, de détection et même d'attaque avec une grande précision», annonce l'agence d'information iranienne Fars.Malgré les pressions dantesques des puissances occidentales et d'Israël, l'Iran décide de commencer à produire de l'uranium hautement enrichi.
Le lancement des opérations visant à porter à 20% l'uranium faiblement enrichi à 3,5% dont dispose Téhéran a été annoncé par le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi. Sur instructions du président Mahmoud Ahmadinejad, les scientifiques nucléaires iraniens optent pour l'action individuelle. Cette décision a été prise, selon Téhéran, en raison du «blocage» des discussions avec le groupe des Six. Téhéran a officiellement notifié sa décision à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). L'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, qui reste sous contrôle de l'AIEA, compte plus de 8 000 centrifugeuses, dont quelque 4 600 en activité. Les installations souterraines de Natanz peuvent contenir 50 000 centrifugeuses. Les Iraniens se disent toutefois prêts à revenir à la table des négociations. La proposition iranienne d'«échange d'uranium faiblement enrichi contre du combustible enrichi à 20%» est toujours d'actualité. «Nous sommes prêts à recevoir le combustible et, lorsque nous le recevrons, nous arrêterons l'enrichissement», a affirmé le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi. Le président Ahmadinejad avait, lui aussi, affirmé que «la porte restait ouverte aux discussions» sur un échange de combustible. Il avait toutefois souligné qu'un éventuel échange ne pourrait être qu'inconditionnel. Alors que l'Iran prévoit de construire dix nouveaux centres d'enrichissement de l'uranium au cours de la prochaine année, le traitement du combustible reste au cœur de l'interminable conflit entre Téhéran et les grandes puissances. La République islamique est formellement «soupçonnée de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous le couvert de son programme civil». L'Iran explique inlassablement ses intentions civiles et ne comprend pas le deux poids, deux mesures du droit international dans la région. D'autres Etats qui possèdent l'arme nucléaire sans avoir jamais signé le traité du TNP (traité de non prolifération) ne sont guère inquiétés. L'Iran a rejeté en novembre une proposition des Six jugée ambiguë. La proposition prévoyait l'envoi, en une seule livraison, de la plus grande partie de son stock d'uranium faiblement enrichi en Russie et en France pour y être transformé en combustible pour le réacteur de Téhéran. Les Six avaient donné jusqu'à la fin 2009 à Téhéran pour accepter cette proposition. Sinon de nouvelles sanctions s'abattraient inéluctablement sur l'Iran. En guise de réponse, ce dernier a fixé un ultimatum aux Six pour qu'ils acceptent avant fin janvier de lui livrer du combustible à ses conditions. Faute de quoi, avait averti Ahmadinejad dès décembre, l'Iran commencerait à produire lui-même cet uranium. La promesse semble avoir été tenue confirmant la cohérence des dirigeants iraniens. Les Occidentaux ont réagi fermement au nouveau «défi» de Téhéran. Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a appelé à «un front commun pour faire pression sur le gouvernement iranien» en brandissant de nouvelles sanctions. Londres a exprimé sa «profonde préoccupation». La France, à la tête du Conseil de sécurité depuis début février, pourrait présenter aux Nations unies une nouvelle batterie de sanctions visant l'Iran. Le bras de fer Iran-Occident n'est pas près de trouver une issue.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.