Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Le Hirak maintient la pression    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    «Elles sont profondes et particulières»    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le service civil entre adeptes et opposants
le CNES a réalisée une étude sur la question en octobre 2010
Publié dans La Tribune le 05 - 06 - 2011

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Abdelaziz Ziari, s'est engagé auprès des médecins résidents, en grève depuis trois mois en signe de protestation contre l'«obligation» du service civil, à mettre en place dans les plus brefs délais un comité ad hoc pour enquêter sur le service civil. Cette promesse a été faite par M. Ziari après avoir reçu une délégation des médecins résidents qui ont organisé une imposante marche, réprimée dans le sang, le mercredi 1er juin à Alger. C'est ce que nous avons appris hier auprès d'un membre du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), M. Sid-Ali Merouane. «M. Ziari nous a assurés que cet engagement solennel ne restera pas un vœu pieux et qu'il le mettra en place incessamment», a ajouté notre interlocuteur, contacté par téléphone. Ledit comité se penchera, selon notre source, sur, entre autres problématiques : le service civil a-t-il atteint son objectif, celui d'une couverture efficace et globale sur tout le territoire national ? Est-il nécessaire ? Le comité, qui sera installé prochainement, comprendra un panel de sommités dans le domaine médical ainsi que des représentants du Camra, et aura, en cas d'une réponse négative, à proposer une «alternative» au système du service civil, souligne le Dr Merouane. Ce dernier rappelle qu'un travail similaire avait été réalisé par le Conseil national économique et social (CNES) dont les conclusions ont été remises aux autorités concernées le 25 octobre 2010. Cette étude, intitulée «Comité ad hoc sur les stratégies de santé publique et la sécurité sanitaire nationale», a été conduite par d'éminents experts dans le domaine médical, à l'instar de MM. Madjid Atek, Mourad Barghiche (professeur en sciences médicales), Rachid Bougherbal, président de la Commission santé au Sénat, ainsi que l'éminent médecin Pierre Chaulet – militant de la première heure de la cause algérienne durant la guerre de Libération. Les rapporteurs de cette étude ont posé un certain nombre de problématiques et ont même été jusqu'à remettre en cause l'obligation du service civil sur laquelle le ministère de la Santé ne compte pas revenir. Parmi ces problématiques : «Faut-il maintenir le service civil obligatoire créé dans un contexte historique de pénurie médicale dans certaines régions déshéritées au lendemain de l'Indépendance ? Faut-il l'abroger en décomptant les années du service civil accomplies dans une carrière de santé publique ? Faut-il le remplacer par un contrat à durée déterminée (CDD), de 3 à 5 ans, en modulant les rémunérations et les indemnités, en fonction de l'éloignement géographique et du climat ? Faut-il le maintenir en l'état, ce qui contribue à désarticuler le système de santé et à organiser la discontinuité des soins ?» Plus loin, les meneurs de l'étude commandée par l'institution de Mohamed-Seghir Babès se sont également interrogés : «Quels sont les résultats des mesures d'affectation prises dans le cadre du programme ‘'Plateau Sud'', ces dernières années ?»; «L'affectation bureaucratique du spécialiste dans des hôpitaux dépourvus de plateaux techniques, ou ne disposant de logements, a transformé souvent les spécialistes, ainsi affectés, en simples consultants travaillant 2 à 3 jours par semaine tout en étant rémunérés à temps plein avec la complicité tacite des gestionnaires !», conclut le rapport, comme nous l'a affirmé le Dr Merouane. Par ailleurs, selon ce dernier, le Collectif des médecins résidents compte déposer plainte suite «à la répression sanglante dont nous avons été victimes lors de la marche du 1er juin».
Y. D.
Médecins résidents-Praticiens spécialistes : le clash
Outre qu'elle est un point d'achoppement dans les pourparlers entre le ministère de la Santé et les délégués du Collectif des médecins résidents algériens (Camra), l'abrogation de l'obligation du service civil semble, par ailleurs, s'être transformée en une question de légitimité, voire de paternité entre, d'un côté, les praticiens spécialistes et, de l'autre, les délégués du Camra. Présent hier matin à la radio chaîne III dans l'émission «Service public» de Salim Saâdoun, entre autres invités, le Dr Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), s'est voulu on ne peut mieux catégorique. «Nous sommes les premiers concernés par l'obligation du service civil; les propositions des résidents, nous les avons posées il y a dix ans. Mais on ne nous a pas écoutés», assène-t-il. Ce que leur dénie le Dr Sid-Ali Merouane, délégué du Camra. S'en prenant avec force véhémence et en des termes à peine voilés aux praticiens spécialistes, notre interlocuteur lance : «Les médecins résidents sont indignés et profondément attristés par le silence incompréhensible et la démobilisation dont a fait preuve l'ensemble du corps médical (…). Tous sont restés passifs devant notre détresse se contentant de quelques murmures de soutien au moment où nous militons pour une réforme véritable du système de santé publique dans notre pays.» Le Dr Merouane a indiqué que «si réellement l'abrogation de l'obligation du service civil était la principale revendication des praticiens spécialistes, pourquoi alors ils se sont tus dès que leur régime indemnitaire a été promulgué ?». Notons que les médecins résidents ont émis le vœu de voir l'obligation du service civil «commuée» en une mesure incitative, ce à quoi le SG du ministère de la Santé, M. Bouchenak, réplique : «On ne doit pas émettre des préalables à une décision adossée à un cadre juridique.»
Y. D.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.