Mokhtar Reguieg placé sous mandat de dépôt    Le Président promet un large débat télévisé au Parlement    Tebboune les interdit    "Volonté de changement de la situation économique"    Nourddine Khaldi installé à la tête de la direction générale    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    24 harraga arrêtés à Skikda    L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le réchauffement climatique pourrait atteindre 7 degrés en 2100
Un sombre avenir pour la Terre
Publié dans Le Maghreb le 26 - 11 - 2009


L'activité humaine fait subir au climat des bouleversements importants. La forte concentration de gaz à effet de serre généré par les activités humaines provoque le réchauffement de la planète. Une augmentation des températures de l'atmosphère et des océans à l'échelle planétaire sur une période continue est unanimement constatée par les scientifiques. L'évaluation de toutes les informations relatives au changement climatique est effectuée par le Groupement d'experts Intergouvernemental sur l'Evaluation du Climat (GIEC). Par ailleurs, l'Institut de recherche sur les impacts du climat de Potsdam, en Allemagne, a publié, avant-hier, un document de 64 pages représentant une synthèse des travaux scientifiques sur le changement climatique parus depuis le 4e rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC, 2007), assorti d'un appel à agir. Car selon les climatologues, la température moyenne de l'air devrait se réchauffer entre 2 et 7 degrés en 2100 par rapport à la période pré industrielle. Ainsi le réchauffement climatique est "pire que prévu" et pourrait atteindre 7 degrés en 2100, affirment 24 climatologue de renom qui soulignent avant le sommet de Copenhague la nécessité d'actions rapides et efficaces. Ainsi, l'augmentation de 40% des émissions de CO2, entre 1990 et 2008, rend plus difficile à atteindre l'objectif fixé en juillet par plusieurs dirigeants de pays développés et émergents de limiter à 2 degrés le réchauffement global. De son côté, le directeur de l'Institut de Potsdam et membre du Giec, M. Hans Joachim, le rapport est un "dernier appel des scientifiques à l'intention des négociateurs sur le climat de 192 pays qui doivent prendre le train de la protection climatique à Copenhague", du 7 au 18 décembre. "Ils doivent connaître la vérité sans détours sur le réchauffement global et les risques sans précédent qu'il implique", souligne M. Schellnhuber. A l'attention de ceux qui douteraient encore de l'origine humaine du réchauffement, le document de Potsdam rappelle que durant le dernier quart de siècle, les températures moyennes ont augmenté "de 0,19 degré par décennie", ce qui correspond parfaitement aux prévisions calculées sur la base des émissions de gaz à effet de serre. L'un des effets les plus inquiétants du changement à venir concerne la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, que ce soit au niveau des températures ou des précipitations. Un autre concerne l'élévation du niveau des mers, "la montée actuelle du niveau des mers", de 3,4 mm par an durant les 15 dernières années, "est supérieure de 80% aux prévisions passées du Giec". Au lieu d'une fourchette comprise entre 18 et 59 cm d'augmentation, les experts estiment désormais que si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites, la fonte des calottes glaciaires provoquera une montée des eaux comprise entre un et deux mètres d'ici à la fin du siècle. La fonte de la banquise arctique, de 40% plus rapide que ce que le Giec avait prévu, signifie que les océans absorberont davantage la chaleur du soleil. Aussi, selon le rapport, "si des mesures efficaces ne sont pas mises en place, plusieurs écosystèmes subiront des dommages irréversibles". Pour limiter le réchauffement à 2 degrés, il faut que les émissions cessent d'augmenter entre 2015 et 2020 et diminuent ensuite rapidement. "Une société mondiale "décarbonée", avec zéro émission de CO2 et d'autres gaz à effet de serre durables, doit être atteinte bien avant la fin du siècle", préconisent les climatologues. Zineb B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.