OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS : Arrivage à Alger de la première commande de 8,5 millions de masques    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Alger: les Autorisations exceptionnelles prorogées suite au rallongement des horaires de confinement    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Opérations coup de poing, une cinquantaine d'arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONU-Corée du Nord : De nouvelles sanctions adoptées
Publié dans Le Maghreb le 13 - 09 - 2017

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi à l'unanimité et à l'initiative des Etats-Unis une nouvelle résolution de sanctions contre la Corée du Nord, interdisant notamment ses exportations de textile et réduisant ses approvisionnements en pétrole.
Cette huitième série de mesures, approuvée par la Chine et la Russie, les plus proches soutiens de la Corée du Nord, vise à punir ce pays pour son essai nucléaire du 3 septembre. Par ses sanctions, chaque fois plus sévères, l'ONU espère pousser Pyongyang à négocier ses programmes nucléaire et balistique.
Pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France ou l'Italie, la résolution adoptée lundi est "très solide", "équilibrée" et permet à l'ONU d'affirmer "unité" et "détermination".
"Nous ne cherchons pas la guerre", a assuré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, qui avait la semaine dernière assuré que Pyongyang "ne demandait que ça". Lundi, elle a admis que la Corée du Nord n'avait "pas franchi un point de non-retour". Séoul a salué l'adoption de cette résolution, la qualifiant "d'avertissement sévère" pour Pyongyang.
"La Corée du Nord doit comprendre que la dénucléarisation est la seule voie lui garantissant sécurité et développement économique", ajoute le gouvernement sud-coréen dans un communiqué.
A Tokyo, le Premier ministre Shinzo Abe a "hautement apprécié" la résolution "rapide" et "forte".
Le premier projet de texte américain était "maximal" sur "absolument tout", selon les termes d'un diplomate. Il prévoyait un embargo total sur le pétrole, les produits pétroliers et le gaz, le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés, le gel des avoirs de Kim Jong-Un, l'interdiction d'importer du textile nord-coréen et des inspections par la force de navires en haute mer suspectés de violer les résolutions de l'ONU.

Prétentions à la baisse
Pour s'assurer du soutien de la Russie et de la Chine lors du vote, Washington a dû cependant revoir à la baisse ses prétentions.
Après plusieurs jours de négociations intensives, l'embargo sur le gaz naturel a été gardé.
Mais la résolution prévoit de limiter les livraisons de brut à destination de la Corée du Nord à ce qu'elles ont été ces 12 derniers mois. Pékin ne publie aucun chiffre sur ses exportations vers la Corée du Nord, qui sont estimées à quatre millions de barils par an. La résolution limite également à deux millions de barils par jour les livraisons de produits raffinés.
Cela représente une réduction de 10% des produits pétroliers, selon le département américain de l'Energie, qui estime à 2,2 millions de barils les importations nord-coréennes. Pyongyang importe essentiellement de l'essence et du diesel de Chine, selon les Etats-Unis. Lors des discussions, le gel des avoirs du dirigeant nord-coréen, dont Moscou ne voulait pas, a été retiré du texte. Les Etats-Unis ayant assuré ne pas vouloir de changement de régime, il est difficile de viser directement Kim Jong-Un, a plaidé Moscou, selon une source diplomatique. L'interdiction concernant le textile n'a pas posé de problème. Le texte interdit la délivrance de nouveaux permis de travail aux quelques 93.000 Nord-Coréens qui travaillent à l'étranger et constituent une importante source de revenus pour le régime. Des experts se sont montrés sceptiques sur la portée de ce texte, relevant que les précédentes sanctions n'avaient pas empêché que les programmes nucléaire et balistique fassent de remarquables progrès.
"Ce n'est pas suffisant pour faire mal", a estimé Go Myong-Hyun, de l'Institut d'études politiques. Pour Kim Hyun-Wook, professeur à l'Académie diplomatique nationale de Corée, "les sanctions donnent à Pyongyang une excuse pour davantage de provocations, comme un lancement de missile intercontinental".
Précédant l'adoption du texte, la Corée du Nord avait exprimé haut et fort son opposition, avertissant les Etats-Unis qu'elle leur infligerait "la plus grande des souffrances et des douleurs" s'ils persistaient à vouloir que l'ONU durcisse les sanctions à son encontre. Le dernier train de sanctions internationales faisait suite à deux tirs de missiles intercontinentaux nord-coréens. Il interdit les importations de charbon, de fer et de la pêche venant de Corée du Nord, et vise à priver ce pays d'un milliard de dollars de recettes par an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.