Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boumerdes : remise de clés aux bénéficiaires de 4.450 logements    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Formation du gouvernement : L'Allemagne espère un accord
Publié dans Le Maghreb le 06 - 02 - 2018

Conservateurs et sociaux-démocrates allemands se sont dits confiants lundi pour trouver un accord de coalition gouvernementale, plus de quatre mois après des législatives qui ont laissé l'Allemagne et sa chancelière Angela Merkel dans l'impasse.
Les négociations marathon du week-end n'ont pas débouché sur un accord entre la CDU/CSU de Mme Merkel et le parti du centre-gauche SPD pour reconduire leur grande coalition sortante, la "GroKo". Mais les deux camps se voulaient optimistes, après un mois de pourparlers. "Nous avons atteint un point où l'on peut arriver à un bon résultat", a estimé à la télévision publique ARD Armin Laschet, haut responsable de la CDU. Deux thèmes chers au SPD continuent de poser problème : la réforme du système d'assurance santé et l'encadrement des contrats de travail à durée déterminée. "C'est les derniers points encore en suspens, je suis confiant qu'on trouvera une solution demain" lundi, a jugé tard dimanche soir Heiko Maas, cadre social-démocrate et ministre sortant de la Justice. Les conservateurs de Mme Merkel et le SPD de Martin Schulz ont prévu de se retrouver à 09H00 GMT pour un nouveau tour de pourparlers et enfin sortir de l'imbroglio dans lequel l'Allemagne est plongée depuis les législatives de septembre qui n'ont pas dégagé de majorité claire, sur fond d'essor historique de l'extrême droite.
Les deux camps espéraient à l'origine un contrat de coalition dès dimanche et visent désormais lundi. Ils se sont imposé comme dernière limite la journée de mardi.

Ligne d'arrivée
La ministre sociale-démocrate de la Famille, Katarina Barley a cependant relevé à la radio publique que "tant que nous n'avons pas passé la ligne d'arrivée, l'accord n'est pas scellé".
Même en cas de contrat de coalition, la partie ne sera pas encore gagnée pour Angela Merkel qui tente depuis septembre de trouver la majorité qui lui permettra d'entamer un quatrième mandat après douze années de pouvoir. En effet, l'accord CDU/CSU-SPD devra obtenir le soutien de la majorité des quelque 440.000 militants sociaux-démocrates au cours d'un vote postal étalé sur plusieurs semaines en février ou mars. Or le SPD, laminé aux législatives (20,5%), en chute dans les sondages depuis, est sérieusement divisé. Nombre de ses membres en veulent à leur chef Martin Schulz d'être revenu sur sa promesse d'un virage à gauche et d'une cure de jouvence dans l'opposition.
Car nombre de sociaux-démocrates considèrent un accord avec Mme Merkel comme mortifère, les deux précédentes GroKo (2005-2009 et 2013-2017) ayant conduit le SPD à des défaites électorales.

Risque avec l'extrême droite
Pour tenter de convaincre les récalcitrant, M. Schulz a prévu une "réévaluation à mi-parcours" de la coalition, une manière de mettre Angela Merkel en sursis dès le début de son mandat et un geste envers l'aile gauche des sociaux-démocrates.
Si au final l'accord devait être rejeté, la chancelière devra, soit se résoudre à un instable gouvernement minoritaire, soit accepter l'organisation de nouvelles élections à haut risque qui pourraient profiter avant tout à l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le parti d'extrême droite. Chacun des deux scénarios serait une première en Allemagne depuis 1945.
Aux législatives, l'AfD avait reçu près de 13% des suffrages, un score historique, en surfant sur les inquiétudes générées par l'ouverture du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015 et a fait d'un départ précipité de la chancelière son principal objectif. L'imbroglio actuel est inédit dans l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre et illustre aussi la soudaine usure politique d'Angela Merkel en Europe. Condamnée à la retenue, elle n'a pas pu s'engager avec des propositions concrètes dans le grand débat sur la réforme de l'Union européenne et de la zone euro. Et elle n'a même pas pu prendre clairement position sur les propositions en la matière du président français Emmanuel Macron.
En l'état actuel des choses, le projet d'accord de coalition reste d'ailleurs vague sur bien des idées françaises, le SPD se posant en fervent partisan des réformes défendues par Paris, quand les conservateurs eux se voulaient nettement plus prudents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.