Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Le maillon faible de la chaîne touristique    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Le CSC en quête de confirmation, la JSS en danger face au Ahly    Présidentielle de 1999, on ne s'ennuyait pas…    Baisse du taux de criminalité en 2018    280 000 places pédagogiques offertes selon Mebarki    715 opérations pour 627 localités et mechtas à Jijel    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Le réseau électrique renforcé    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Ligue 2: Plusieurs débats captivants    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Commémoration du 67e anniversaire de la mort du moudjahid Belouizdad    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois
Publié dans Le Maghreb le 16 - 10 - 2018

Les alliés au gouvernement d'Angela Merkel doivent tirer lundi de premières leçons après leur échec aux élections régionales en Bavière, qui fragilise encore un peu l'instable coalition de la chancelière allemande.

Les instances dirigeantes des chrétiens-démocrates (CDU) d'Angela Merkel se retrouvent dès lundi matin à Berlin tout comme les sociaux-démocrates du SPD. Les conservateurs vont se pencher sur le camouflet historique qu'a essuyé dimanche la CSU bavaroise, le parti "frère" de la CDU, qui se réunit aussi lundi, après avoir perdu avec 37% des suffrages sa majorité absolue au parlement régional et 10 points par rapport à 2013. Le SPD a lui reçu une véritable gifle, perdant près de la moitié de ses électeurs pour se retrouver à 9,5%.

Balayer le gouvernement
Sept mois après avoir été formée dans la douleur, et après deux crises internes cet été, la grande coalition CDU/CSU-SPD de la chancelière semble au pied du mur.
"L'épicentre de ce séisme politique est en Bavière, mais il peut provoquer un tsunami qui balayera le gouvernement fédéral", assène le magazine de référence Der Spiegel sur son site internet.
Il s'agit pour les intéressés d'enfin résoudre le conflit opposant le chef de la CSU et ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, au SPD et à Mme Merkel. Car c'est lui qui a provoqué durant l'été 2018 deux crises gouvernementales afin de pousser des thèmes chers à l'extrême droite et regagner les électeurs charmés par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) en raison de l'accueil décidé en 2015 par Mme Merkel de plus d'un million de demandeurs d'asile.
Mais au final les gagnants du scrutin bavarois sont les Verts, 2e avec près de 18%, et l'AfD qui fait son entrée dans son 15e parlement régional sur 16 avec 10,6% des voix.
Rien pour rassurer la chancelière allemande donc, alors que son propre parti, la CDU, s'engage dans un scrutin tout aussi ardu le 28 octobre en Hesse, Land que les conservateurs dirigent en coalition avec les écologistes.
"C'est un avertissement pour la CDU et c'est pourquoi notre priorité des deux semaines à venir doit être la Hesse", a dit dimanche la secrétaire générale du parti Annegret Kramp-Karrenbauer.
Un mauvais score viendrait compliquer encore les choses pour Angela Merkel qui affronte en décembre un vote de militants pour être reconduite à la tête de son parti. Au pouvoir dans la première économie européenne depuis 13 ans, la chancelière allemande a connu une année très difficile, conséquence politique de sa décision de 2015 d'ouvrir l'Allemagne aux migrants en détresse. Même si elle a considérablement resserré sa politique dans ce domaine, Angela Merkel a été handicapée par l'essor de l'extrême droite aux législatives de septembre 2017. Elle a bataillé pour former une coalition gouvernementale où le SPD récalcitrant et la CSU ne semblent pas vouloir s'entendre. Dans l'opinion, le désamour n'a lui cessé de croître.
Le baromètre national publié dimanche par le quotidien Bild crédite le couple CDU/CSU d'un piètre 26%, quand le SPD végète à 17%, au même niveau que des Verts et juste devant l'extrême droite (15%).
"Au revoir Merkel" ?
Illustrant cette recomposition du paysage politique, la stratégie droitière déployée ces derniers mois par la CSU pour regagner les voix conquises par l'AfD n'a pas eu l'effet escompté. Selon les enquêtes d'opinion, les citoyens tentés par l'extrême droite n'ont pas été convaincus de revenir dans le giron des conservateurs et d'autres, plus modérés, se sont tournés vers les Verts. Autre problème pour la chancelière, les intentions futures du SPD alors que des voix réclament bruyamment une sortie du gouvernement et une cure de jouvence dans l'opposition. D'ailleurs, l'extrême droite s'est empressée de réclamer le départ du gouvernement devenu une "mini-coalition". "Celui qui a voté AfD en Bavière a dit aussi +Merkel doit partir+", a proclamé une de ses dirigeantes, Alice Weidel, "libérez la voie pour des élections anticipées !". Elle a reçu le soutien du ministre italien de l'Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, qui a proclamé par communiqué la "fin du vieux système" et lancé un "Au revoir Merkel"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.