Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois
Publié dans Le Maghreb le 16 - 10 - 2018

Les alliés au gouvernement d'Angela Merkel doivent tirer lundi de premières leçons après leur échec aux élections régionales en Bavière, qui fragilise encore un peu l'instable coalition de la chancelière allemande.

Les instances dirigeantes des chrétiens-démocrates (CDU) d'Angela Merkel se retrouvent dès lundi matin à Berlin tout comme les sociaux-démocrates du SPD. Les conservateurs vont se pencher sur le camouflet historique qu'a essuyé dimanche la CSU bavaroise, le parti "frère" de la CDU, qui se réunit aussi lundi, après avoir perdu avec 37% des suffrages sa majorité absolue au parlement régional et 10 points par rapport à 2013. Le SPD a lui reçu une véritable gifle, perdant près de la moitié de ses électeurs pour se retrouver à 9,5%.

Balayer le gouvernement
Sept mois après avoir été formée dans la douleur, et après deux crises internes cet été, la grande coalition CDU/CSU-SPD de la chancelière semble au pied du mur.
"L'épicentre de ce séisme politique est en Bavière, mais il peut provoquer un tsunami qui balayera le gouvernement fédéral", assène le magazine de référence Der Spiegel sur son site internet.
Il s'agit pour les intéressés d'enfin résoudre le conflit opposant le chef de la CSU et ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, au SPD et à Mme Merkel. Car c'est lui qui a provoqué durant l'été 2018 deux crises gouvernementales afin de pousser des thèmes chers à l'extrême droite et regagner les électeurs charmés par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) en raison de l'accueil décidé en 2015 par Mme Merkel de plus d'un million de demandeurs d'asile.
Mais au final les gagnants du scrutin bavarois sont les Verts, 2e avec près de 18%, et l'AfD qui fait son entrée dans son 15e parlement régional sur 16 avec 10,6% des voix.
Rien pour rassurer la chancelière allemande donc, alors que son propre parti, la CDU, s'engage dans un scrutin tout aussi ardu le 28 octobre en Hesse, Land que les conservateurs dirigent en coalition avec les écologistes.
"C'est un avertissement pour la CDU et c'est pourquoi notre priorité des deux semaines à venir doit être la Hesse", a dit dimanche la secrétaire générale du parti Annegret Kramp-Karrenbauer.
Un mauvais score viendrait compliquer encore les choses pour Angela Merkel qui affronte en décembre un vote de militants pour être reconduite à la tête de son parti. Au pouvoir dans la première économie européenne depuis 13 ans, la chancelière allemande a connu une année très difficile, conséquence politique de sa décision de 2015 d'ouvrir l'Allemagne aux migrants en détresse. Même si elle a considérablement resserré sa politique dans ce domaine, Angela Merkel a été handicapée par l'essor de l'extrême droite aux législatives de septembre 2017. Elle a bataillé pour former une coalition gouvernementale où le SPD récalcitrant et la CSU ne semblent pas vouloir s'entendre. Dans l'opinion, le désamour n'a lui cessé de croître.
Le baromètre national publié dimanche par le quotidien Bild crédite le couple CDU/CSU d'un piètre 26%, quand le SPD végète à 17%, au même niveau que des Verts et juste devant l'extrême droite (15%).
"Au revoir Merkel" ?
Illustrant cette recomposition du paysage politique, la stratégie droitière déployée ces derniers mois par la CSU pour regagner les voix conquises par l'AfD n'a pas eu l'effet escompté. Selon les enquêtes d'opinion, les citoyens tentés par l'extrême droite n'ont pas été convaincus de revenir dans le giron des conservateurs et d'autres, plus modérés, se sont tournés vers les Verts. Autre problème pour la chancelière, les intentions futures du SPD alors que des voix réclament bruyamment une sortie du gouvernement et une cure de jouvence dans l'opposition. D'ailleurs, l'extrême droite s'est empressée de réclamer le départ du gouvernement devenu une "mini-coalition". "Celui qui a voté AfD en Bavière a dit aussi +Merkel doit partir+", a proclamé une de ses dirigeantes, Alice Weidel, "libérez la voie pour des élections anticipées !". Elle a reçu le soutien du ministre italien de l'Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, qui a proclamé par communiqué la "fin du vieux système" et lancé un "Au revoir Merkel"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.