ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bedoui : "Il est temps de revoir et d'améliorer les axes de la politique nationale de prévention des risques majeurs"
Publié dans Le Maghreb le 24 - 10 - 2018

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui a affirmé, lundi à Alger, qu'il était temps de revoir et d'améliorer les axes de la politique nationale de prévention des risques majeurs et de gérer les catastrophes dans le cadre du développement durable. A l'ouverture des travaux de la rencontre nationale sur la gestion des risques de catastrophes, organisée sous le slogan "Pour une plus grande capacité de résilience", M. Bedoui a indiqué qu'"il faut, lors de cette conférence, rappeler que le renforcement et l'actualisation des programmes d'action dans ce domaine impliquent toutes les institutions nationales, les collectivités locales et toutes les parties concernées, car il s'agit là d'une question d'une extrême sensibilité ainsi que de la préparation morale, matérielle et opérationnelle d'un bon accompagnement lors de la survenue d'un grave incident aux conséquences désastreuses, en raiso d'une négligence, d'un comportement inapproprié ou d'un manque de préparation".
Il s'agit également "de réunir tous les responsables et toutes les parties concernées à cette conférence pour relever le niveau de prise de conscience et de mobilisation afin d'être au diapason, de définir les responsabilités et emprunter une voie claire afin de consolider les capacités de résilience de notre pays face aux catastrophes", a-t-il ajouté.
L'Algérie, qui a participé à toutes les conférences régionales et internationales, a adopté toutes les décisions et engagements et a veillé à leur mise en £uvre, "œuvre à consolider le cadre législatif et règlementaire et mettre en place une base institutionnelle élargie au niveau local. Cela intervient parallèlement aux campagnes de sensibilisation et d'autres actions ayant conforté les capacités de notre pays en matière d'études et de recherches et consolider la relation entre les experts et les décideurs à tous les niveaux, outre les moyens d'observation assurés, la décentralisation de la gestion des risques de catastrophes, la numérisation des plans d'intervention et les programmes inscrits dans le cadre du renforcement de la capacité de résilience", a-t-il dit.
Pour ce qui est de la phase actuelle, M. Bedoui a indiqué que "toutes les institutions concernées par l'action sur le terrain œuvrent à l'insertion de la gestion des risques des catastrophes dans le code des collectivités territoriales en tant que mission principale à même de bénéficier d'un financement permanent, en vue de gérer les risques de catastrophes.
Il s'agit également, a-t-il poursuivi, de renforcer la cohésion et la coordination sectorielle, de définir les responsabilités au double plan national et local et d'introduire le contrôle dans le financement de la gestion des risques".
En dépit des réalisations et programmes élaborés dans ce domaine, le ministre a soutenu que les "développements qui surviennent sur tous les plans et dans tous les domaines nous incitent activement à renforcer, à actualiser notre législation et à l'adapter en permanence aux normes en vigueur à l'échelle mondiale", exprimant "sa disposition à mener cette action avec détermination, car notre pays qui a connu beaucoup de difficultés, crises et catastrophes dans plusieurs domaines, en est sorti, comme à chaque fois, indemne grâce à la sagesse du président de la République, ainsi qu'aux capacités morales et moyens matériels et humains du pays notamment scientifiques".
M. Bedoui a mis en exergue les "efforts consentis en matière de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme à travers la mobilisation de l'Armée nationale populaire (ANP), des corps de sécurité et de tout le peuple algérien pour éradiquer le terrorisme et faire face à l'extrémisme, notamment à la faveur de la politique de réconciliation nationale". Il a dans ce contexte salué le "rôle humanitaire important accompli lors des catastrophes par l'ANP et les éléments du corps de la Sûreté nationale et de la Protection civile qui font preuve d'un grand professionnalisme sur le terrain avec la reconnaissance du monde entier".
S'agissant de cette rencontre, première du genre, le ministre a affirmé qu'elle se veut "une halte importante et un terreau fertile pour cristalliser la nouvelle vision de la politique nationale de prévention des risques majeurs, au regard des nouveaux défis", rappelant que "la multiplication des catastrophes dans les années 80 avait incité les autorités publiques à prendre les premières mesures en vue de mettre en place et consolider, graduellement, le système national de prévention, à travers l'adoption de deux décrets qui constituent la base juridique et institutionnelle actuelle".
"Le président de la République avait, lors de la visite effectuée sur le terrain pour s'enquérir de la situation, suite au séisme de Boumerdes en 2003, donné des instructions en vue de mettre en place une politique nationale solide visant une protection plus efficace des citoyens et de leurs biens " a rappelé M. Bedoui, mettant en avant la promulgation de la loi 04-20 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable et d'autres textes d'application.
En dépit de la promulgation d'un nombre de textes règlementaires prévus par la loi 04-20 et d'autres mesures prises par les institutions nationales et certaines parties concernées, un grand retard est accusé en matière d'élaboration de textes règlementaires exécutifs, a relevé le ministre, soulignant l'importance de prendre des mesures urgentes et efficaces pour faire face à ce genre de situations notamment avec les prévisions des experts faisant état d'une accélération du rythme des changements climatiques".
La stratégie de lutte contre les inondations a permis l´identification de près de 700 sites à risques à travers le territoire national, a indiqué pour sa part Mme Nora Frioui-Ziani, responsable au ministère des Ressources en eau.
"Cette stratégie a permis d'identifier un total de 689 sites à risque et a défini un plan d'action multisectoriel précis à différents niveaux national, régional et local pour la lutte contre les inondations sur l'ensemble du territoire national", a précisé Mme Frioui-Ziani, directrice de l'Assainissement et de la protection de l'environnement au ministère, lors de la rencontre nationale sur la gestion des risques de catastrophe.
Relevant que l´Algérie est confrontée, ces dernières années, "aux effets dévastateurs des inondations qui affectent aussi bien le nord que le sud du pays", elle a fait savoir que le secteur des ressources en eau a pris en charge ce phénomène par l'élaboration et la mise en oeuvre d'"une stratégie de lutte contre les inondations portant sur la mise en sécurité des populations à risque, la réduction des dommages et maîtrise des coûts d'investissement et d'entretien et la réduction du délai de retour à la normale".
Elle a mis en avant les actions prioritaires de cette stratégie visant l´installation de systèmes "efficaces et souples" pour la prévision et l'alerte, la délimitation de chaque zone à risque, la réalisation de barrages écrêteurs, l´aménagement hydraulique et le renforcement de l'assainissement pluvial.
"Cette stratégie nationale de lutte contre les inondations constitue un cadre partagé qui affiche les priorités et oriente la politique de gestion des risques d'inondations", a-t-elle ajouté.
De son côté, l´expert hydrologue Behlouli Larbi, a recommandé, dans sa communication sur "les inondations en Algérie", la mise en place de systèmes d'alerte et de prévision au niveau de certaines agglomérations à risque telles qu´El Harrach (Alger), Sidi Bel Abbes et Annaba.
Cette prévention des risques d´inondation doit être entreprise en veillant à sa continuité dans le temps à travers des programmes mis en oeuvre par les différents secteurs comme le curage des oueds, le curage et le traitement des avaloirs et des regards d'assainissement, et la protection des berges notamment, a-t-il proposé. L´expert a plaidé en faveur de la mise en oeuvre de mesures structurales plus importantes pour réduire de manière plus significative le risque d´inondation comme l'aménagement des bassins, la dérivation des eaux, réalisation de diguettes, barrages ou seuils pour stoker et laminer les crues à l'amont des zones menacées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.