Sûreté d'Alger: une sortie pour s'assurer du respect des mesures préventives à Tamaris    Wilaya d'Alger : fin de quarantaine pour 100 Algériens rapatriés de France    Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Fin prêt pour les examens et la prochaine rentrée scolaire    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'incident dans la mer Noire : Entretien téléphonique Poutine -Merkel
Publié dans Le Maghreb le 28 - 11 - 2018

Lors d'un entretien téléphonique avec Angela Merkel à la suite de l'incident qui s'est produit le 25 novembre dernier, lorsque trois navires militaires ukrainiens avaient violé les eaux territoriales russes, Vladimir Poutine a fait part de la "préoccupation sérieuse" de Moscou et a demandé à Berlin de dissuader Kiev de tout acte "irréfléchi".
Vladimir Poutine et Angela Merkel ont échangé par téléphone à propos de l'incident dans le détroit de Kertch, a communiqué le service de presse du Kremlin, en précisant que la conversation avait eu lieu à l'initiative de la partie allemande.
"L'incident dangereux qui avait eu lieu le 25 novembre dans les eaux du détroit de Kertch a été discuté. Vladimir Poutine a fait le point sur les actions provocatrices de la partie ukrainienne ainsi que la violation sévère des règles du droit international par ses navires de guerre qui avaient volontairement ignoré les règles du passage pacifique dans les eaux russes", a-t-on appris par le communiqué.
De plus, il a exprimé "une préoccupation sérieuse" par rapport à la décision de Kiev de mettre ses militaires en état d'alerte et de mettre en place la loi martiale. Il a été par ailleurs précisé que le gouvernement ukrainien endossait toute la responsabilité d'avoir créé une autre situation de conflit ainsi que les risques qui y sont liés.
"Tout ceci a été commis compte-tenu de la campagne électorale en Ukraine", précise le communiqué.
En outre, Vladimir Poutine a fait part de son espoir que Berlin utiliserait son influence sur les autorités ukrainiennes afin de les retenir de se lancer dans des actions irréfléchies. Il a été souligné que la police des frontières serait prête à présenter toutes les explications supplémentaires pour faire la lumière sur les faits qui se sont produits dans le détroit de Kertch.

Trump réagit à la situation dans le détroit de Kertch
Donald Trump, qui a attendu plus d'une journée avant de se prononcer sur l'incident entre la Russie et l'Ukraine, a fait savoir qu'il n'était "pas content du tout" de la situation dans le détroit de Kertch. Interrogé lundi par les journalistes sur sa position concernant l'incident entre la Russie et l'Ukraine dans le détroit de Kertch, le Président américain a déclaré qu'il n'avait "pas aimé ce qui s'était passé".
"Pas bien. Pas content du tout", a-t-il répondu à la question de savoir comment il se sentait face à l'incident lors d'une rencontre avec les journalistes retransmise par CNN.
"Nous n'aimons pas ce qui se passe de toute façon. Et j'espère que tout sera réglé", a-t-il ajouté.

Des officiers ukrainiens avouent avoir violé la législation internationale
Trois officiers de la Marine ukrainienne, arrêtés par la Russie le 25 novembre, ont admis avoir recouru à des actes de provocation dans le détroit de Kertch, en pénétrant dans les eaux territoriales russes, selon le FSB russe.
Trois militaires ukrainiens sont passés aux aveux au cours de l'interrogatoire réalisé à l'issue de l'incident dans le détroit de Kertch dont une vidéo a été postée par le Service de sécurité de Russie (FSB), lorsque les navires militaires ukrainiens ont violé la zone économique exclusive de la Russie.
Le lieutenant-chef Andreï Dratch, le matelot Sergueï Tsybizov et le capitaine Vladimir Lessovoï ont tous les trois avoué avoir réalisé une provocation, avoir pénétré dans les eaux territoriales russes et violé la législation russe. Pour sa part, M. Lessovoï a ajouté que les navires avaient "intentionnellement ignoré les demandes de s'arrêter". Les navires avaient à leur bord des armes d'infanterie et des mitrailleuses.
"J'étais conscient que les actes du groupe de navires de la Marine ukrainienne dans le détroit de Kertch revêtaient un caractère de provocation", a indiqué Vladimir Lessovoï.

Les eaux violées étaient russes avant le rattachement de la Crimée
Le Service fédéral russe de sécurité (FSB) a tenu à souligner que les bâtiments de guerre ukrainiens avaient violé dimanche matin l'espace maritime russe qui appartenait à la Russie avant même la réunification avec la Crimée.
Lors de l'incident dans le détroit de Kertch, les navires militaires ukrainiens ont violé la zone économique exclusive de la Russie, indique le communiqué sur le site du Service fédéral russe de sécurité:
"Les bâtiments de guerre ukrainiens sont entrés dans les eaux territoriales sur l'ordre direct des autorités de Kiev. Les navires militaires ukrainiens ont effectué une intrusion dans l'espace maritime russe qui appartenait à la Russie avant la réunification de la Crimée avec la Russie."
Trois navires de la Marine ukrainienne ont violé le matin du 25 novembre la frontière russe de la côte de la mer Noire, près du détroit de Kertch. Selon le département du FSB pour la Crimée, ils effectuaient des manœuvres dangereuses et refusaient d'exécuter les ordres des garde-côtes.
Vers 19h00 heure de Moscou (17h00 heure de Paris), les vaisseaux ont entrepris une nouvelle tentative d'effectuer des actions illégales dans les eaux territoriales russes. Les garde-côtes russes ont alors eu recours aux armes pour les arrêter, a fait savoir le Service fédéral russe de sécurité (FSB). Trois militaires ukrainiens ont été blessés, puis ont reçu des soins médicaux, leurs jours ne sont pas en danger.
La Russie a qualifié l'incident de "provocation" et a ouvert une affaire pénale à la suite de la violation de sa frontière d'État. À la demande de Moscou, le Conseil de sécurité de l'Onu s'est réuni ce lundi à 17h, heure de Paris.
Commentant la situation, le porte-parole du Kremlin a rappelé que la partie russe avait agi en pleine conformité avec le droit international. À la suite de cette affaire, le Parlement ukrainien a approuvé le décret du Président Piotr Porochenko établissant la loi martiale dans certaines zones du pays pour une durée de 30 jours à partir du 28 novembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.