L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bakhouche Allèche (P-dg d'Air Algérie) à l'APS : Un chiffre d'affaires de plus de 53 milliards de dinars à fin juillet
Publié dans Le Maghreb le 21 - 10 - 2019

La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a réalisé une augmentation de 5% à la fin du mois de juillet, comparativement à la même période de l'année 2018 et ce, avec le chiffre d'affaires de plus de 53 milliards de DA à fin juillet cette année 2019.
C'est le P-dg de la compagnie algérienne Air Algérie, Bakhouche Allèche qui l'a indiqué. En effet, dans un entretien à l'APS, Allèche explique que "Nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 53,5 milliards à fin juillet 2019. Nous avons toujours été cash-flow positif et nous ne connaissons pas de problèmes de trésorerie majeurs".
Le même responsable rappelle en précisant que concernant les années 2017 et 2018, "les chiffres d'affaires se sont établis respectivement à 91 milliards DA et 102 milliards DA, soit une progression de 12%", par rapport aux années précédentes.
"Contrairement à une idée répandue et fausse, nous avons toujours financé nos investissements sur fonds propres ou par recours à des crédits bancaires que nous avons toujours honorés", a-t-il poursuivi.
M. Allèche a, cependant, fait savoir que le réseau domestique "plombait" les résultats de l'entreprise du fait qu'il ne contribue qu'à hauteur de 10% au chiffre d'affaires, alors que presque la moitié (48%) de l'enveloppe globale de ses vols sont consacrés à la couverture du réseau intérieur.
Selon lui, le transport aérien, qui est une activité "fortement capitalistique", n'est pas d'une "rentabilité exceptionnelle" en raison des faibles marges qu'il dégage.
M. Allèche a, à ce propos, confié que la compagnie aérienne nationale avait connu une "insuffisance" des compensations financières: "Ces dernières années, nous avons souffert de l'insuffisance des compensations financières qui nous sont dues par l'Etat au titre des sujétions de service public sur le réseau domestique", a-t-il relevé.
"Je dis bien compensation et non pas subvention. En réalité, l'Etat subventionne l'usager et non pas la compagnie", a-t-il tenu à préciser.

Des facteurs empêchant Air Algérie de s'imposer sur le marché africain
Invité à s'exprimer sur les raisons entravant Air Algérie à améliorer sa position sur le marché africain, M. Allèche estime que ce marché était "difficile" lorsqu'on prend en considération "la concurrence, l'importance des coûts d'exploitation et le pouvoir d'achat limité qui y sont associés".
Ces facteurs "défavorables" sont aggravés, a-t-il poursuivi, par l'absence d'un trafic point à point important entre l'Algérie et l'Afrique en raison de la faiblesse des relations économiques et touristiques entre les deux parties. Il a, dans ce contexte, cité l'éventualité du "trafic de la Sixième (6) ème liberté", estimant, toutefois, que ce dernier était "très sensible" aux politiques tarifaires qui ont un impact sur la rentabilité des vols.
"Il n'en demeure pas moins que nous progressons, certes modérément, sur certaines lignes et que nous continuerons à développer notre présence sur ce marché", a-t-il estimé. Concernant les projets de lancement par Air Algérie de nouvelles lignes notamment vers la Chine (Shanghai) et les Etats-Unis (New York), M. Allèche a répondu: "Sur le marché chinois, nous nous devons d'être tempérés".
"En effet, les lignes longs courriers ont des coûts d'exploitations très élevés. Vous devez donc vous assurer de recettes importantes tout au long de l'année, notamment au niveau de la haute contribution (classe affaires et first) et du fret, ce que nous ne réussissons pas à faire pour différentes raisons", a-t-il argué. Toutefois, il indiqué qu'Air Algérie subissait sur le marché chinois une "concurrence indirecte" qui ne lésine pas sur les moyens pour offrir des services de haute qualité à leur clientèle, cela inclue les fréquences, les correspondances et les services à bord et au sol".
De plus, il a estimé que "l'absence de flux touristiques sur ces lignes ne favorise pas leur développement et rentabilité".
"Il semble aussi que, dans ce cas précis, les marchés de réalisation d'infrastructures en Algérie par des entreprises chinoises ne vont pas atteindre les volumes observés au cours de la dernière décade, ce qui ne va pas favoriser le trafic aérien entre les deux pays", a-t-il avancé.
Pour ce qui est de la ligne Alger/New York, il a soutenu qu'Air Algérie avait déjà démontré ses capacités à exploiter des lignes vers le continent Nord-Américain, affirmant qu'elle était donc "prête" à se lancer sur ce marché, sous réserve d'une autorisation par les autorités aéronautiques américaines, qui conditionne cet accord par l'accomplissement de certains préalables, dont l'audit de l'autorité aéronautique algérienne.
"Nous sommes donc en attente de la satisfaction de cette condition", a -t-il précisé

Les structures de maintenance d'Air Algérie sont toutes certifiées
D'autre part, le P-dg d'Air Algérie assure que les structures de maintenance de la compagnie aérienne nationale sont certifiées par l'aviation civile, les constructeurs et les autorités étrangères.
''Pour rassurer l'opinion publique et nos clients, ou ceux qui seraient tentés de le devenir, je rappellerai simplement, mais avec force, que nos structures de maintenance (infrastructures et personnels) sont certifiées par l'aviation civile, les constructeurs et les autorités aéronautiques américaines (FAA) et européennes (EASA)", a précisé M. Allèche à l'APS. Il a, souligné, également qu'Air Algérie détenait depuis plus de dix ans, le label de sécurité "IOSA", délivré par l'Association internationale du transport aérien (IATA).
M. Allèche a, dans ce sens, jugé "infondées" les informations rapportées par certains médias faisant état d'"un manque voire d'une absence de contrôle technique des appareils d'Air Algérie".
"Il est vraiment désolant de devoir répondre à de telles inepties, totalement infondées, qui portent gravement atteinte à l'image de la compagnie et à l'intégrité morale de l'ensemble des personnels et responsables concernés de l'entreprise, ainsi qu'à la réputation du pays et des autorités aéronautiques nationales", a-t-il regretté.
"On se demande si ceux qui sont derrière cette désinformation sont conscients de la gravité de leurs propos ou sont-ils en service commandé au profit d'intérêts tiers?".
En matière de coûts des opérations d'entretien, il dira: "s'il y' a un domaine où nous ne regardons pas à la dépense, c'est bien la maintenance liée aux impératifs de sécurité aérienne".
La maintenance représente pour Air Algérie environ 20% des coûts de revient de ses opérations, avec une forte composante en devises. Selon les années, elle représente le 1er ou 2ème poste de charges après le carburant, a-t-il précisé.
Pour ce qui est du renouvellement de la flotte de la compagnie, il a indiqué qu'un plan d'acquisition-cession a été élaboré par Air Algérie et soumis au Conseil des participations de l'Etat qui l'a approuvé.

Un programme de vols sur le concept "Hub" en préparation
"Dès que les modalités de financement de ce plan auront été arrêtées, nous lancerons les consultations auprès des constructeurs aéronautiques", a-t-il expliqué, ajoutant que la compagnie nationale n'exploitait pas que des aéronefs du constructeur Boeing et cela depuis plusieurs années déjà. La flotte d'Air Algérie comprend ainsi des Boeing, des Airbus, des ATR et un avion-cargo Lockheed, a-t-il noté. A une question sur le projet de création d'un "Hub" propre à Air Algérie, il a souligné que depuis le lancement des travaux pour la réalisation de la nouvelle aérogare d'Alger, Air Algérie avait commencé à se préparer et à construire un programme de vols sur le concept "Hub".
Dans cette perspective, des études commerciales, des consultations avec le bureau d'études allemand "Lufthansa Consulting", ainsi qu'un "Benchmarking", ont été réalisés, selon M. Allèche.
Ainsi, à quelques mois de l'ouverture à l'exploitation du nouveau terminal, la structure du nouveau programme d'exploitation des vols d'Air Algérie était fin prête pour une mise en °uvre du Hub d'Alger, a-t-il précisé.
Cependant, il a relevé que la réussite du hub ne dépendait pas que d'Air Algérie, mais exigeait aussi certains mécanismes relatifs au transfert du flux passagers, des bagages et du fret, qui s'avèrent nécessaires et doivent être pris en charge par les services des structures aéroportuaires telles que la SGSIA et les services de la Polices aux frontières et des Douanes.
Des séances de travail avec les responsables des structures concernées sont prévues, à cet effet, et le fonctionnement normal d'un "Hub" prendra forme après avoir implémenté les mécanismes nécessaires, selon le P-dg d'Air Algérie.
M. Allèche a, par ailleurs, apporté des précisions sur le projet de construction d'un nouveau siège pour la compagnie .
"L'affaire du siège social en construction, portée au niveau de la cours d'arbitrage international, a fait couler beaucoup d'encre et a fini par donner raison à notre compagnie", a -t-il affirmé.
Selon lui, le projet a été relancé et est en "phase d'expertise", ajoutant que la réalisation "effective" sera "visible" dans quelques jours.

L'Algérie est en situation de quasi "Open Sky"
Le ciel algérien n'est fermé à aucune compagnie, dont l'Etat de rattachement est lié à l'Algérie par un accord de services aériens, a indiqué le P-dg d'Air Algérie, affirmant que le pays est en situation de quasi "Open Sky".
"Certaines compagnies avaient décidé, d'elles-mêmes et pour des raisons qui leurs sont propres, de quitter ou de ne pas investir le marché algérien à l'image de Swiss Air, Air Malta, MEA, Aeroflot, Austria, Brussels", a expliqué M. Allèche dans un entretien accordé à l'APS et plus précisément dans sa réponse à une question sur l'Open Sky.
"Rien que sur le marché Algérie-France, le pavillon français est représenté par cinq compagnies", a-t-il soutenu.
Il a, dans ce contexte, affirmé qu'il'"n' y avait pas de négociations en cours autour de l'Open Sky. l'Algérie est liée à de nombreux pays par des accords aériens bilatéraux", assurant que "certains de ces accords (les plus importants) sont généreux en matière de droits de trafic accordés aux compagnies étrangères et que nous sommes en situation de quasi Open Sky''.
Il a, par ailleurs, affirmé qu'Air Algérie ne détenait "ni monopole, ni prérogatives de puissance publique en matière aéronautique".
"Air Algérie ne dispose ni du pouvoir d'autoriser, ni de celui de bloquer.
Elle a plutôt vécu une situation de solitude jusqu'au début des années 2000. Depuis, pas moins de 24 compagnies étrangères opèrent sur le marché algérien", a précisé M. Allèche.
Selon lui, un nombre important de ces compagnies fait partie des trois (3) grandes alliances aériennes créées par la dizaine de méga compagnies américaines, européennes et asiatiques pour contrôler et dominer le monde du transport aérien.
Les accords aériens passés avec les Etats membres de l'Union Européenne disposent de clauses dites de multidésignation et communautaire, a-t-il expliqué, précisant que cela veut dire que les autorités aéronautiques de ces pays peuvent désigner plusieurs compagnies et de n'importe quel pavillon européen (UE) pour opérer sur le marché national.
Cela est également le cas avec les pays du golfe persique et d'autres, a-t-il ajouté.
Il a, dans ce sens, fait savoir que sur certains marchés de pays comme l'Allemagne, l'Italie, la Turquie, ou de Moyen-Orient et du Maghreb, dont l'origine de la clientèle est pourtant quasi exclusivement algérienne, Air Algérie "n'est pas en position dominante et même pas en position d'équilibre avec ses concurrents sur certaines de ces destinations. C'est dire la non protection du marché en faveur du pavillon national". "Aucune compagnie Low-Cost qui en a fait la demande, n'a été refusée sur le marché algérien", a-t-il indiqué, ajoutant que trois (3) compagnies de ce type une Espagnole, une Française et une Belge, exploitaient déjà des lignes vers l'Algérie. "La réalité est que les compagnies Low-Cost, pour le moment, ne se bousculent pas pour la pénétration du marché Algérien car la clientèle de ce marché présente une typologie qui ne correspond pas vraiment au modèle économique de la majorité de ces compagnies", a conclu M. Allèche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.