Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Le câble sous-marin à fibre optique reliant l'Algérie à l'Espagne opérationnel    CAN-2020 (Dames)/Eliminatoires: Algérie-Burkina Faso au 1er tour    «J'ai fait une campagne propre»    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Colère et indignation des Algériens    Augmentation du nombre de déclarations sur le site électronique    Les bénéficiaires exigent une commission d'enquête    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Dictature, démocratie... Vérités et mensonges    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Riyad Mahrez parmi les 10 nominés    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    Les lycéens à Relizane s'investissent    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Ligue des champions d'Afrique-ES Tunis - JSK, vendredi à 20h00 - Test grandeur nature pour les Canaris    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    USMBA: Plus de 90 millions DA de dettes, impasse sur le mercato hivernal    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats
Publié dans Le Maghreb le 21 - 11 - 2019

Une nouvelle attaque attribuée aux jihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi dans l'est du Mali, a indiqué l'armée malienne alors même que la France annonçait de lourdes pertes infligées à ces jihadistes en novembre.

Les "terroristes" (les jihadistes dans le vocabulaire de l'armée malienne) ont eux-mêmes perdu 17 hommes, tués dans les combats de lundi, et une centaine de "suspects" ont été capturés, a dit l'armée malienne sur les réseaux sociaux.
Auparavant, l'armée française avait annoncé la mort ou la capture d'une trentaine de jihadistes en novembre, lors d'une vaste opération conjointe avec les forces burkinabè, maliennes et nigériennes aux confins du Burkina Faso et du Mali et lors d'une autre opération des seuls commandos français dans l'est du Mali samedi. Un soldat français a été gravement blessé en opération samedi, a-t-elle dit.
L'attaque de lundi constitue un coup dur de plus pour l'armée malienne après la mort d'une centaine de soldats dans deux attaques jihadistes en un mois cet automne dans les mêmes confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. C'est aussi une illustration supplémentaire de la dégradation continue de la sécurité qui alarme la communauté internationale dans cette région et plus largement au Sahel.
Depuis leur apparition dans le nord du Mali en 2012, les violences jihadistes se sont propagées vers le centre du pays et au Burkina et au Niger voisins, malgré la présence des forces françaises (Barkhane), régionales (force conjointe du G5 Sahel comprenant le Mali, le Burkina, le Niger, la Mauritanie et le Tchad) ou de l'ONU (Minusma). D'aucuns doutent de l'efficacité des armées nationales et de ces forces étrangères face à cette propagation.
Le même jour, le Premier ministre français Edouard Philippe a appelé depuis le Sénégal, frontalier du Mali, à ne laisser "aucune chance, aucune prise" aux jihadistes du Sahel.
Les présidents mauritanien et sénégalais Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et Macky Sall ont réclamé de concert, lors du même forum international consacré à la sécurité près de Dakar, un mandat renforcé pour les forces combattant au Sahel.

L'idée d'une commandement unique ?
Entre les forces maliennes et étrangères, "pas moins de 30.000 hommes (se trouvent) sur un terrain qui est pris en otage par une bande d'individus. Y a un problème. Pourquoi nous ne sommes pas capables de régler ce problème ?" a demandé le président sénégalais, dont le pays participe à la Minusma. Il a envisagé le placement des forces étrangères sous un commandement unique. Les forces maliennes et nigériennes menaient une opération conjointe lundi contre les jihadistes quand une patrouille a été attaquée à Tabankort, a dit l'armée malienne. Les forces maliennes "déplorent 24 morts, 29 blessés et des dégâts matériels. Côté ennemi l'on dénombre 17 terroristes tués, une centaine de suspects appréhendés", a-t-elle rapporté. Les prisonniers sont aux mains des forces nigériennes, a-t-elle dit. Dans un précédent communiqué, l'armée malienne a indiqué avoir reçu le soutien de la force française antijihadiste Barkhane dans la contre-offensive contre les jihadistes. La version des faits livrée par l'armée malienne peut difficilement être recoupée. Les zones en question sont quasiment inaccessibles sans s'exposer gravement. Tabankort est une zone connue pour le trafic de drogue. La violence au Mali est aussi multiforme, alimentée par de nombreux trafics. Auparavant, l'état-major français avait indiqué que 24 jihadistes avaient été tués ou capturés lors de l'opération appelée Bourgou 4 et impliquant des armées de la région et la force Barkhane pendant deux semaines en novembre aux confins du Burkina et du Mali. Par ailleurs samedi, au petit matin, les commandos de Barkhane soutenus par des hélicoptères Tigre ont "mis hors de combat cinq terroristes" lors de l'attaque d'un campement dans la région d'Indelimane, "dans la zone d'évolution de l'État islamique au grand Sahara (EIGS)", a dit l'état-major dans un autre communiqué. "Un des commandos a été grièvement blessé" et évacué, puis rapatrié, dit le communiqué sans plus de précision sur ses blessures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.