FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La production romanesque maghrébine au menu d'un ouvrage
Publications d'Oran
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 02 - 2011

"Le Maghreb des années 1990 à nos jours : Emergence d'un nouvel imaginaire et de nouvelles écritures" est le titre du dernier ouvrage que vient de publier le Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d'Oran. L'ouvrage, conçu sous la direction des universitaires Faouzia Bendjellid et Mohamed Daoud, représente les actes d'un colloque international portant le même intitulé, organisé à Oran il y a trois années de cela. En guise d'introduction à cette publication, les deux universitaires rappellent que "ce colloque, par sa thématique, intervient pour explorer, investiguer, examiner une production littéraire nouvelle, actuelle, prolifique, dense et diversifiée dans les trois pays du Maghreb". "La sphère littéraire maghrébine de 1990 à nos jours s'enrichit de textes romanesques produits et édités localement. Le roman maghrébin de langues arabe et française poursuit son aventure avec l'écriture, c'est une véritable floraison de l'imaginaire générant des textes qui se caractérisent par une relative autonomie par rapport au système éditorial étranger", soulignent-ils. L'ouvrage comprend plus de vingt communications dans les deux langues, réparties à travers six thématiques : "Esthétique et appartenance générique du roman actuel", "Lecture, réception et interprétation du roman", "L'écriture de la violence", "Ecriture du projet identitaire : histoire et mémoire", "Relation texte-image" et "L'édition". De nombreux universitaires d'Algérie, de Tunisie, du Maroc et de France proposent des approches différentes du champ romanesque maghrébin à travers des thèmes généraux comme "Quelques éléments de la problématique de la création et de la réception du roman d'expression amazighe", "Violence dans le texte", "Récits romanesques, écrits filmiques", "La violence dans la BD et les caricatures d'auteurs algériens : entre image et texte" ou encore "Les écrivaines algériennes à l'épreuve du champ éditorial". D'autres chercheurs se sont intéressés aux cas précis de certains romans et auteurs maghrébins. De toutes les contributions on relèvera celles intitulées "L'écriture de la violence chez Yasmina Khadra", "La polyphonie dans l'écriture féminine : cas de la femme sans sépulture" d'Assia Djebbar et "Bleu, blanc, vert" de Maîssa Bey, "Interaction poétique et historique dans le roman, le livre de l'Emir" de Ouassini Laredj.
"Le Maghreb des années 1990 à nos jours : Emergence d'un nouvel imaginaire et de nouvelles écritures" est le titre du dernier ouvrage que vient de publier le Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d'Oran. L'ouvrage, conçu sous la direction des universitaires Faouzia Bendjellid et Mohamed Daoud, représente les actes d'un colloque international portant le même intitulé, organisé à Oran il y a trois années de cela. En guise d'introduction à cette publication, les deux universitaires rappellent que "ce colloque, par sa thématique, intervient pour explorer, investiguer, examiner une production littéraire nouvelle, actuelle, prolifique, dense et diversifiée dans les trois pays du Maghreb". "La sphère littéraire maghrébine de 1990 à nos jours s'enrichit de textes romanesques produits et édités localement. Le roman maghrébin de langues arabe et française poursuit son aventure avec l'écriture, c'est une véritable floraison de l'imaginaire générant des textes qui se caractérisent par une relative autonomie par rapport au système éditorial étranger", soulignent-ils. L'ouvrage comprend plus de vingt communications dans les deux langues, réparties à travers six thématiques : "Esthétique et appartenance générique du roman actuel", "Lecture, réception et interprétation du roman", "L'écriture de la violence", "Ecriture du projet identitaire : histoire et mémoire", "Relation texte-image" et "L'édition". De nombreux universitaires d'Algérie, de Tunisie, du Maroc et de France proposent des approches différentes du champ romanesque maghrébin à travers des thèmes généraux comme "Quelques éléments de la problématique de la création et de la réception du roman d'expression amazighe", "Violence dans le texte", "Récits romanesques, écrits filmiques", "La violence dans la BD et les caricatures d'auteurs algériens : entre image et texte" ou encore "Les écrivaines algériennes à l'épreuve du champ éditorial". D'autres chercheurs se sont intéressés aux cas précis de certains romans et auteurs maghrébins. De toutes les contributions on relèvera celles intitulées "L'écriture de la violence chez Yasmina Khadra", "La polyphonie dans l'écriture féminine : cas de la femme sans sépulture" d'Assia Djebbar et "Bleu, blanc, vert" de Maîssa Bey, "Interaction poétique et historique dans le roman, le livre de l'Emir" de Ouassini Laredj.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.