Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FFS passe à l'action
Conférence de consensus national
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 04 - 2014

Le Front des forces socialistes (FFS) prévoit d'organiser une conférence de consensus. Le parti, qui a fait cette annonce hier, n'a pas indiqué la date de la tenue de cette conférence. Il a, en revanche, esquissé les contours de cette rencontre ainsi que les objectifs qui lui seront dévolus.
Le Front des forces socialistes (FFS) prévoit d'organiser une conférence de consensus. Le parti, qui a fait cette annonce hier, n'a pas indiqué la date de la tenue de cette conférence. Il a, en revanche, esquissé les contours de cette rencontre ainsi que les objectifs qui lui seront dévolus.
Tous les acteurs de la scène nationale seront sollicités pour la réussite de ce rendez-vous et ce dans le but évident de trouver les solutions les meilleures à la crise politique. « Le Front des forces socialistes a décidé d'entamer des rencontres avec les acteurs politiques et sociaux pour la tenue d'une conférence de consensus pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale » a indiqué le FFS dans un communiqué rendu public.
Ce communiqué, émanant de l'instance présidentielle qui est la plus haute instance exécutive du parti et qui est composé de cinq membres, précise en outre que « des contacts seront pris avec les parties qui ont manifesté un intérêt pour une approche consensuelle des questions politiques, économiques, sociales, environnementales et culturelles qui se posent au pays. Ceci afin d'assurer l'unité, la cohésion et la souveraineté nationale dans un contexte international et régional sensible, et de répondre aux besoins de développement durable, de diversification économique et de demandes sociales urgentes ». Qui sont ces parties qui ont manifestées un intérêt pour l'approche consensuelle ? Le FFS ne souffle mot, pour l'instant à tout le moins, sur ces parties.
Elles seront certainement connues à l'issue des consultations qui seront engagées par le FFS avec l'ensemble des acteurs de la scène nationale. Avant-hier, en marge de la célébration de la Journée nationale du militant, le premier secrétaire du parti, Betatache, a fait montre de sa satisfaction par rapport à l'adhésion de partis politiques et de personnalités à la proposition d'une transition démocratique.
Betatache a aussi rappelé que l'idée de la refondation d'un consensus national a été entérinée par le 5e congrès du FFS. C'est dans cette perspective que s'inscrit la conférence du consensus. « L'objectif de cette conférence est d'offrir un cadre d'échange et de concertation à tous les participants : formations politiques, candidats à l'élection présidentielle, personnalités indépendantes, universitaires, animateurs et organisations sociales » note encore le communiqué de l'instance présidentielle avant de préciser que « le but est de parvenir à définir ensemble un certain nombre de règles permettant un meilleur fonctionnement de l'Etat et des institutions acceptées et respectées par tous ».
Il s'agit aussi, ajoute le communiqué « de définir ensemble les étapes, les instruments et les modalités pour mettre en place un système politique ouvert et édifier une république moderne à la fois, démocratique et sociale ». En somme il s'agirait bel et bien, après le consensus des différents protagonistes de cette conférence de l'instauration d'une période de transition. Une période de transition qui semble être le cheval de bataille politique de nombreux acteurs de la scène nationale. En effet ces derniers temps, les appels pour une période de transition sont devenues légion.
« Sur certaines questions d'intérêt national, un consensus sur les politiques à mener est d'une importance vitale pour faire renaître la confiance, remettre le pays au travail et préserver l'avenir des générations futures » estime l'instance présidentielle du plus vieux parti d'opposition tout en précisant que « pour la préparation de cette conférence de consensus, le FFS ne pose aucun préalable mais, instruit par les expériences passées, il sera attentif à réunir les conditions de sa réussite ».
Tous les acteurs de la scène nationale seront sollicités pour la réussite de ce rendez-vous et ce dans le but évident de trouver les solutions les meilleures à la crise politique. « Le Front des forces socialistes a décidé d'entamer des rencontres avec les acteurs politiques et sociaux pour la tenue d'une conférence de consensus pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale » a indiqué le FFS dans un communiqué rendu public.
Ce communiqué, émanant de l'instance présidentielle qui est la plus haute instance exécutive du parti et qui est composé de cinq membres, précise en outre que « des contacts seront pris avec les parties qui ont manifesté un intérêt pour une approche consensuelle des questions politiques, économiques, sociales, environnementales et culturelles qui se posent au pays. Ceci afin d'assurer l'unité, la cohésion et la souveraineté nationale dans un contexte international et régional sensible, et de répondre aux besoins de développement durable, de diversification économique et de demandes sociales urgentes ». Qui sont ces parties qui ont manifestées un intérêt pour l'approche consensuelle ? Le FFS ne souffle mot, pour l'instant à tout le moins, sur ces parties.
Elles seront certainement connues à l'issue des consultations qui seront engagées par le FFS avec l'ensemble des acteurs de la scène nationale. Avant-hier, en marge de la célébration de la Journée nationale du militant, le premier secrétaire du parti, Betatache, a fait montre de sa satisfaction par rapport à l'adhésion de partis politiques et de personnalités à la proposition d'une transition démocratique.
Betatache a aussi rappelé que l'idée de la refondation d'un consensus national a été entérinée par le 5e congrès du FFS. C'est dans cette perspective que s'inscrit la conférence du consensus. « L'objectif de cette conférence est d'offrir un cadre d'échange et de concertation à tous les participants : formations politiques, candidats à l'élection présidentielle, personnalités indépendantes, universitaires, animateurs et organisations sociales » note encore le communiqué de l'instance présidentielle avant de préciser que « le but est de parvenir à définir ensemble un certain nombre de règles permettant un meilleur fonctionnement de l'Etat et des institutions acceptées et respectées par tous ».
Il s'agit aussi, ajoute le communiqué « de définir ensemble les étapes, les instruments et les modalités pour mettre en place un système politique ouvert et édifier une république moderne à la fois, démocratique et sociale ». En somme il s'agirait bel et bien, après le consensus des différents protagonistes de cette conférence de l'instauration d'une période de transition. Une période de transition qui semble être le cheval de bataille politique de nombreux acteurs de la scène nationale. En effet ces derniers temps, les appels pour une période de transition sont devenues légion.
« Sur certaines questions d'intérêt national, un consensus sur les politiques à mener est d'une importance vitale pour faire renaître la confiance, remettre le pays au travail et préserver l'avenir des générations futures » estime l'instance présidentielle du plus vieux parti d'opposition tout en précisant que « pour la préparation de cette conférence de consensus, le FFS ne pose aucun préalable mais, instruit par les expériences passées, il sera attentif à réunir les conditions de sa réussite ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.