Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS passe à l'action
Conférence de consensus national
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 04 - 2014

Le Front des forces socialistes (FFS) prévoit d'organiser une conférence de consensus. Le parti, qui a fait cette annonce hier, n'a pas indiqué la date de la tenue de cette conférence. Il a, en revanche, esquissé les contours de cette rencontre ainsi que les objectifs qui lui seront dévolus.
Le Front des forces socialistes (FFS) prévoit d'organiser une conférence de consensus. Le parti, qui a fait cette annonce hier, n'a pas indiqué la date de la tenue de cette conférence. Il a, en revanche, esquissé les contours de cette rencontre ainsi que les objectifs qui lui seront dévolus.
Tous les acteurs de la scène nationale seront sollicités pour la réussite de ce rendez-vous et ce dans le but évident de trouver les solutions les meilleures à la crise politique. « Le Front des forces socialistes a décidé d'entamer des rencontres avec les acteurs politiques et sociaux pour la tenue d'une conférence de consensus pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale » a indiqué le FFS dans un communiqué rendu public.
Ce communiqué, émanant de l'instance présidentielle qui est la plus haute instance exécutive du parti et qui est composé de cinq membres, précise en outre que « des contacts seront pris avec les parties qui ont manifesté un intérêt pour une approche consensuelle des questions politiques, économiques, sociales, environnementales et culturelles qui se posent au pays. Ceci afin d'assurer l'unité, la cohésion et la souveraineté nationale dans un contexte international et régional sensible, et de répondre aux besoins de développement durable, de diversification économique et de demandes sociales urgentes ». Qui sont ces parties qui ont manifestées un intérêt pour l'approche consensuelle ? Le FFS ne souffle mot, pour l'instant à tout le moins, sur ces parties.
Elles seront certainement connues à l'issue des consultations qui seront engagées par le FFS avec l'ensemble des acteurs de la scène nationale. Avant-hier, en marge de la célébration de la Journée nationale du militant, le premier secrétaire du parti, Betatache, a fait montre de sa satisfaction par rapport à l'adhésion de partis politiques et de personnalités à la proposition d'une transition démocratique.
Betatache a aussi rappelé que l'idée de la refondation d'un consensus national a été entérinée par le 5e congrès du FFS. C'est dans cette perspective que s'inscrit la conférence du consensus. « L'objectif de cette conférence est d'offrir un cadre d'échange et de concertation à tous les participants : formations politiques, candidats à l'élection présidentielle, personnalités indépendantes, universitaires, animateurs et organisations sociales » note encore le communiqué de l'instance présidentielle avant de préciser que « le but est de parvenir à définir ensemble un certain nombre de règles permettant un meilleur fonctionnement de l'Etat et des institutions acceptées et respectées par tous ».
Il s'agit aussi, ajoute le communiqué « de définir ensemble les étapes, les instruments et les modalités pour mettre en place un système politique ouvert et édifier une république moderne à la fois, démocratique et sociale ». En somme il s'agirait bel et bien, après le consensus des différents protagonistes de cette conférence de l'instauration d'une période de transition. Une période de transition qui semble être le cheval de bataille politique de nombreux acteurs de la scène nationale. En effet ces derniers temps, les appels pour une période de transition sont devenues légion.
« Sur certaines questions d'intérêt national, un consensus sur les politiques à mener est d'une importance vitale pour faire renaître la confiance, remettre le pays au travail et préserver l'avenir des générations futures » estime l'instance présidentielle du plus vieux parti d'opposition tout en précisant que « pour la préparation de cette conférence de consensus, le FFS ne pose aucun préalable mais, instruit par les expériences passées, il sera attentif à réunir les conditions de sa réussite ».
Tous les acteurs de la scène nationale seront sollicités pour la réussite de ce rendez-vous et ce dans le but évident de trouver les solutions les meilleures à la crise politique. « Le Front des forces socialistes a décidé d'entamer des rencontres avec les acteurs politiques et sociaux pour la tenue d'une conférence de consensus pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale » a indiqué le FFS dans un communiqué rendu public.
Ce communiqué, émanant de l'instance présidentielle qui est la plus haute instance exécutive du parti et qui est composé de cinq membres, précise en outre que « des contacts seront pris avec les parties qui ont manifesté un intérêt pour une approche consensuelle des questions politiques, économiques, sociales, environnementales et culturelles qui se posent au pays. Ceci afin d'assurer l'unité, la cohésion et la souveraineté nationale dans un contexte international et régional sensible, et de répondre aux besoins de développement durable, de diversification économique et de demandes sociales urgentes ». Qui sont ces parties qui ont manifestées un intérêt pour l'approche consensuelle ? Le FFS ne souffle mot, pour l'instant à tout le moins, sur ces parties.
Elles seront certainement connues à l'issue des consultations qui seront engagées par le FFS avec l'ensemble des acteurs de la scène nationale. Avant-hier, en marge de la célébration de la Journée nationale du militant, le premier secrétaire du parti, Betatache, a fait montre de sa satisfaction par rapport à l'adhésion de partis politiques et de personnalités à la proposition d'une transition démocratique.
Betatache a aussi rappelé que l'idée de la refondation d'un consensus national a été entérinée par le 5e congrès du FFS. C'est dans cette perspective que s'inscrit la conférence du consensus. « L'objectif de cette conférence est d'offrir un cadre d'échange et de concertation à tous les participants : formations politiques, candidats à l'élection présidentielle, personnalités indépendantes, universitaires, animateurs et organisations sociales » note encore le communiqué de l'instance présidentielle avant de préciser que « le but est de parvenir à définir ensemble un certain nombre de règles permettant un meilleur fonctionnement de l'Etat et des institutions acceptées et respectées par tous ».
Il s'agit aussi, ajoute le communiqué « de définir ensemble les étapes, les instruments et les modalités pour mettre en place un système politique ouvert et édifier une république moderne à la fois, démocratique et sociale ». En somme il s'agirait bel et bien, après le consensus des différents protagonistes de cette conférence de l'instauration d'une période de transition. Une période de transition qui semble être le cheval de bataille politique de nombreux acteurs de la scène nationale. En effet ces derniers temps, les appels pour une période de transition sont devenues légion.
« Sur certaines questions d'intérêt national, un consensus sur les politiques à mener est d'une importance vitale pour faire renaître la confiance, remettre le pays au travail et préserver l'avenir des générations futures » estime l'instance présidentielle du plus vieux parti d'opposition tout en précisant que « pour la préparation de cette conférence de consensus, le FFS ne pose aucun préalable mais, instruit par les expériences passées, il sera attentif à réunir les conditions de sa réussite ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.