Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    La FAF tranchera le 15 juillet    Colère et consternation    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    Les chouhada sont revenus ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dix Tunisiens enlevés par des miliciens à Tripoli
Libye
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 06 - 2015

Un groupe de miliciens armés a investi, vendredi 12 juin, le consulat de Tunisie à Tripoli en Libye. Dix employés ont été enlevés, selon le ministère des affaires étrangères tunisien. Les assaillants n'ont pas été identifiés.
Un groupe de miliciens armés a investi, vendredi 12 juin, le consulat de Tunisie à Tripoli en Libye. Dix employés ont été enlevés, selon le ministère des affaires étrangères tunisien. Les assaillants n'ont pas été identifiés.
La Tunisie est l'un des derniers pays à avoir conservé une représentation diplomatique dans la capitale libyenne, contrôlée par une coalition de milice baptisée Aube de la Libye (Fajr Libya) dont l'autorité n'est pas reconnue par la communauté internationale. En mai, Tunis avait ainsi négocié, pendant une dizaine de jours, la libération de 254 de ses ressortissants détenus par une milice de Fajr Libya en représailles à l'arrestation en Tunisie de l'un de ses chefs.
Un diplomate et un employé de l'ambassade tunisienne à Tripoli avaient également déjà été détenus en 2014 en Libye avant d'être libérés. Un groupe se réclamant de la branche libyenne de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), en plein essor en Libye, avait, par ailleurs, revendiqué en janvier l'assassinat de deux journalistes tunisiens, Sofiène Chourabi et Nadhir Ktari. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée entre différentes milices armés. Deux gouvernements se disputent le contrôle du pays : l'un, reconnu par la communauté internationale, qui siège dans l'est du pays, l'autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya.
La Tunisie est l'un des derniers pays à avoir conservé une représentation diplomatique dans la capitale libyenne, contrôlée par une coalition de milice baptisée Aube de la Libye (Fajr Libya) dont l'autorité n'est pas reconnue par la communauté internationale. En mai, Tunis avait ainsi négocié, pendant une dizaine de jours, la libération de 254 de ses ressortissants détenus par une milice de Fajr Libya en représailles à l'arrestation en Tunisie de l'un de ses chefs.
Un diplomate et un employé de l'ambassade tunisienne à Tripoli avaient également déjà été détenus en 2014 en Libye avant d'être libérés. Un groupe se réclamant de la branche libyenne de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), en plein essor en Libye, avait, par ailleurs, revendiqué en janvier l'assassinat de deux journalistes tunisiens, Sofiène Chourabi et Nadhir Ktari. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée entre différentes milices armés. Deux gouvernements se disputent le contrôle du pays : l'un, reconnu par la communauté internationale, qui siège dans l'est du pays, l'autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.