Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UA lève la suspension du Burkina Faso
Après le coup d'état
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 10 - 2015

L'Union africaine (UA) a levé la suspension du Burkina Faso de l'organisation panafricaine et annulé, dans l'immédiat, la mise en oeuvre des sanctions contre les instigateurs du coup d'Etat, après la remise en fonction des autorités de transition.
L'Union africaine (UA) a levé la suspension du Burkina Faso de l'organisation panafricaine et annulé, dans l'immédiat, la mise en oeuvre des sanctions contre les instigateurs du coup d'Etat, après la remise en fonction des autorités de transition.
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA a décidé "de lever la suspension de la participation du Burkina Faso aux activités de l'UA" et "de surseoir à la mise en oeuvre des sanctions décidées", rapporte un communiqué officiel publié mardi, rendant compte d'une réunion tenue samedi à New-York en marge de l'Assemblée générale de l'Onu.
Conformément à ses principes de rejet des "changements inconstitutionnels de gouvernement", l'UA avait annoncé la suspension du Burkina Faso après le putsch mené le 17 septembre. Néanmoins, "ces sanctions peuvent être réactivées à tout moment, au cas où les éléments du RSP (...) tenteraient, de quelque manière que ce soit, d'entraver la conduite de la Transition et d'en compromettre l'aboutissement", avertit néanmoins l'UA.
Dans son communiqué, le CPS "félicite le peuple du Burkina Faso et tous les acteurs politiques et de la société civile concernés pour leur mobilisation exemplaire" et réaffirme "la détermination totale de l'UA à en finir une bonne fois pour toutes avec les coups d'Etat et autres tentatives de prise du pouvoir par la force" sur le continent. L'UA répète que la séquestration du président de transition et son Premier ministre — depuis libérés — ainsi que le coup d'Etat constituent un "acte terroriste".
Le 16 septembre, des membres du RSP avaient fait irruption au Conseil des ministres et pris en otage le président de la transition Michel Kafando ainsi que le Premier ministre Isaac Zida et le gouvernement. Ils avaient annoncé le lendemain à l'aube la création d'un Conseil national pour la démocratie, dirigé par le général Gilbert Diendéré. Les autorités de transition (président, gouvernement, assemblée) ont été officiellement remises en fonction et le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré, a reconnu que le putsch était "terminé".
putsch avait mis un coup d'arrêt à l'organisation d'élections générales prévues le 11 octobre, censées clore la période de transition ouverte par la chute de l'ex-président Compaoré, chassé par un soulèvement populaire en octobre 2014.
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA a décidé "de lever la suspension de la participation du Burkina Faso aux activités de l'UA" et "de surseoir à la mise en oeuvre des sanctions décidées", rapporte un communiqué officiel publié mardi, rendant compte d'une réunion tenue samedi à New-York en marge de l'Assemblée générale de l'Onu.
Conformément à ses principes de rejet des "changements inconstitutionnels de gouvernement", l'UA avait annoncé la suspension du Burkina Faso après le putsch mené le 17 septembre. Néanmoins, "ces sanctions peuvent être réactivées à tout moment, au cas où les éléments du RSP (...) tenteraient, de quelque manière que ce soit, d'entraver la conduite de la Transition et d'en compromettre l'aboutissement", avertit néanmoins l'UA.
Dans son communiqué, le CPS "félicite le peuple du Burkina Faso et tous les acteurs politiques et de la société civile concernés pour leur mobilisation exemplaire" et réaffirme "la détermination totale de l'UA à en finir une bonne fois pour toutes avec les coups d'Etat et autres tentatives de prise du pouvoir par la force" sur le continent. L'UA répète que la séquestration du président de transition et son Premier ministre — depuis libérés — ainsi que le coup d'Etat constituent un "acte terroriste".
Le 16 septembre, des membres du RSP avaient fait irruption au Conseil des ministres et pris en otage le président de la transition Michel Kafando ainsi que le Premier ministre Isaac Zida et le gouvernement. Ils avaient annoncé le lendemain à l'aube la création d'un Conseil national pour la démocratie, dirigé par le général Gilbert Diendéré. Les autorités de transition (président, gouvernement, assemblée) ont été officiellement remises en fonction et le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré, a reconnu que le putsch était "terminé".
putsch avait mis un coup d'arrêt à l'organisation d'élections générales prévues le 11 octobre, censées clore la période de transition ouverte par la chute de l'ex-président Compaoré, chassé par un soulèvement populaire en octobre 2014.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.