"Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    Mise en service prochaine de 66 forages    Le barrage de Bouhamdane rempli à 40%    Neuf communes bientôt alimentées à partir du barrage de Koudiate Acerdoune    "La sécurité, c'est mieux !"    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    Kaboré en tête des résultats partiels    L'UNFA réitère son soutien à la femme sahraouie    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    L'héritage    Les non-dits    Le vaccin de Jean Todt contre le terrorisme routier    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Le décès de Maradona secoue le monde du football    De nombreux établissements scolaires paralysés    Hausse vertigineuse des cas de divorce    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Les angles de l'ingérence    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Sûreté de wilaya: 10.000 infractions aux mesures préventives en 15 jours    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Saïd Bouhadja n'est plus    Une médaille pour nos revers !    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Quelle parade à la sécheresse ?    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    Vous parlez au nom de qui ?    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La situation se complique pour les Algériens
Etudier en France
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 11 - 2018

Les mauvaises annonces s'accumulent pour lesétudiants algériens ayant l'ambition de quitter l'Algériepour faire des études en France.
Les mauvaises annonces s'accumulent pour lesétudiants algériens ayant l'ambition de quitter l'Algériepour faire des études en France.
Le gouvernement français a en effet annoncé, ce lundi, son intentiond'augmenter drastiquement dès la rentréeprochaine les frais de scolarité à l'universitépour les étudiants non-européens.Les frais de scolarité à l'université passerontainsi pour les étudiants algériens enlicence de 170 euros à 2.770 euros dès l'anprochain, soit une augmentation de 1.529%. Les frais de scolarité pour les étudiantsalgériens en master et en doctorat passerontde
243 euros et 380 euros respectivementà 3.770 euros, soit une hausse de1.551% pour le master et 992 % pour ledoctorat.Cette nouvelle hausse vertigineuse desfrais de scolarité s'ajoute aux autres obstaclesfinanciers déjà présents auxquels sontconfrontés les plus de 30.000 étudiantsalgériens déjà en France et les dizaines demilliers souhaitant les rejoindre. LaFrance exige en effet depuis l'année dernièreaux ressortissants algériens souhaitantétudier en France de s'acquitter de 30% de la réservation d'hôtel sur trois moiseffectuée dans le cadre de la demande devisa d'études.Auparavant, il s'agissait seulement de justifierleur hébergement sur le territoire
français soit par une attestation d'hébergementfaite par une personne dans un rayonde 50 km du lieu d'étude ou d'une réservationd'hôtel. La majorité des étudiantsalgériens optaient pour l'option de laréservation d'hôtel, quitte à s'arrangerautrement une fois sur place. Cette mesurene concerne en outre que les Algériens, lepaiement des 30 % de la réservation d'hôtelne serait, en effet, nullement exigéeaux Marocains et aux Tunisiens.Le durcissement pour le départ en France, ne concerne pas uniquement les étudiants ou l'aspect financier. Un obstacle administratif conséquent s'est érigé sous la forme de la nouvelle plateforme - France-Visas - .
Lancé au début de l'année, ce site internet est supposé constituer "la première étape d'une dématérialisation complète de la procédure de demande de visa" ne représente en fait qu'un nouvel obstacle administratif supplémentaire pour l'Algérien demandeur de visa, de l'aveu même du consul de France à Alger, Marc Sédille. "La matérialisation de ce contrôle accru sur la délivrance des visas, c'est France- Visas", a indiqué le consul. "Tout ce qui a pu être mis en place précédemment, tous les dispositifs qui prévoyaient des assouplissements ont été balayés par ce renforcement du contrôle aux frontières extérieures, par ce renforcement du contrôle sur la délivrance des visas et par cette harmonisation de la politique des pays Schengen", a affirmé Marc Sédille. vrai qu'il existait en
Algérie des situations dérogatoires où certaines catégories de demandeurs présentaient des dossiers dits - allégés -, ce n'est plus possible aujourd'hui, tous les justificatifs doivent être fournis, quelle que soit la qualité du demandeur", précise le consul. Bien qu'il soit affirmé qu'"il n'y a pas de volonté de restreindre la délivrance des visas", la charge bureaucratique qu'impose la plateforme France-visas crée de facto de nouveaux obstacles aux demandeurs de visas algériens, avec comme conséquence, uneplus grande difficulté d'obtenir le visa versla France.
Le gouvernement français a en effet annoncé, ce lundi, son intentiond'augmenter drastiquement dès la rentréeprochaine les frais de scolarité à l'universitépour les étudiants non-européens.Les frais de scolarité à l'université passerontainsi pour les étudiants algériens enlicence de 170 euros à 2.770 euros dès l'anprochain, soit une augmentation de 1.529%. Les frais de scolarité pour les étudiantsalgériens en master et en doctorat passerontde
243 euros et 380 euros respectivementà 3.770 euros, soit une hausse de1.551% pour le master et 992 % pour ledoctorat.Cette nouvelle hausse vertigineuse desfrais de scolarité s'ajoute aux autres obstaclesfinanciers déjà présents auxquels sontconfrontés les plus de 30.000 étudiantsalgériens déjà en France et les dizaines demilliers souhaitant les rejoindre. LaFrance exige en effet depuis l'année dernièreaux ressortissants algériens souhaitantétudier en France de s'acquitter de 30% de la réservation d'hôtel sur trois moiseffectuée dans le cadre de la demande devisa d'études.Auparavant, il s'agissait seulement de justifierleur hébergement sur le territoire
français soit par une attestation d'hébergementfaite par une personne dans un rayonde 50 km du lieu d'étude ou d'une réservationd'hôtel. La majorité des étudiantsalgériens optaient pour l'option de laréservation d'hôtel, quitte à s'arrangerautrement une fois sur place. Cette mesurene concerne en outre que les Algériens, lepaiement des 30 % de la réservation d'hôtelne serait, en effet, nullement exigéeaux Marocains et aux Tunisiens.Le durcissement pour le départ en France, ne concerne pas uniquement les étudiants ou l'aspect financier. Un obstacle administratif conséquent s'est érigé sous la forme de la nouvelle plateforme - France-Visas - .
Lancé au début de l'année, ce site internet est supposé constituer "la première étape d'une dématérialisation complète de la procédure de demande de visa" ne représente en fait qu'un nouvel obstacle administratif supplémentaire pour l'Algérien demandeur de visa, de l'aveu même du consul de France à Alger, Marc Sédille. "La matérialisation de ce contrôle accru sur la délivrance des visas, c'est France- Visas", a indiqué le consul. "Tout ce qui a pu être mis en place précédemment, tous les dispositifs qui prévoyaient des assouplissements ont été balayés par ce renforcement du contrôle aux frontières extérieures, par ce renforcement du contrôle sur la délivrance des visas et par cette harmonisation de la politique des pays Schengen", a affirmé Marc Sédille. vrai qu'il existait en
Algérie des situations dérogatoires où certaines catégories de demandeurs présentaient des dossiers dits - allégés -, ce n'est plus possible aujourd'hui, tous les justificatifs doivent être fournis, quelle que soit la qualité du demandeur", précise le consul. Bien qu'il soit affirmé qu'"il n'y a pas de volonté de restreindre la délivrance des visas", la charge bureaucratique qu'impose la plateforme France-visas crée de facto de nouveaux obstacles aux demandeurs de visas algériens, avec comme conséquence, uneplus grande difficulté d'obtenir le visa versla France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.