L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karim Younes confirme sa présence
Panel de personnalités pour le dialogue
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 07 - 2019

Le lancement du dialogue national semble imminent. Il en est de même, par conséquent, de la désignation du panel de personnalités devant conduire ce dialogue. Des noms sont d'ores et déjà cités par la presse. Un de ces noms a confirmé hier, qu'il fera bel et bien partie de ce panel. Il s'agit en effet, deKarim Younes, l'ex- président de l'APN.
Le lancement du dialogue national semble imminent. Il en est de même, par conséquent, de la désignation du panel de personnalités devant conduire ce dialogue. Des noms sont d'ores et déjà cités par la presse. Un de ces noms a confirmé hier, qu'il fera bel et bien partie de ce panel. Il s'agit en effet, deKarim Younes, l'ex- président de l'APN.
C'est lui-même qui l'a annoncé hiermardi, via sa page Facebook. "Deséchos des milieux politiques laissentpenser, que la présidence de l'Etatsemble avoir entendu le message de lavolonté du peuple", croit savoir KarimYounes, qui évoque par ailleurs des "préalablesintangibles sont avancés, sans quoirien ne pourra se faire".
"Aussi, ma présence au sein de cette instance de médiation, en gestation étant vivement souhaitée par ailleurs… Puis-je alors me déroberde ce que l'on ne peut considérer, quecomme un devoir national ?", s'interrogel'ex-ministre de la Formation professionnelle,qui annonce ainsi sa décision des'engager au sein de ce panel.Karim Younes, qui partage sa décisionavec ses "amis" sur Facebook, les invite aussi à lui faire part de leur remarques etconseils, pour "parachever la réflexion"."C'est pourquoi, j'ai pris la résolution de faire appel à mes contacts habituels, pourparachever la réflexion et m'aider à suivreune démarche qui pourrait être
bénéfiquepour tous".Il rappelle avoir "maintes fois rappelé, à tous ceux qui m'ont approché pour m'entretenir de l'initiation d'un processus souverain de médiation, que le cadre du dialogue recherché entre les enfants de la patrie doit, impérativement, s'inscrire dans l'esprit des revendications légitimes des millions d'Algériennes et d'Algériens, qui sont sortis dans la rue pour exprimer leur colère et leur désir de changement, sans quoi tout est voué à l'échec". L'ex-3e personnage de l'Etat précise, que ces personnalités, parmi elles des "scientifiques, des constitutionnalistes de renom,des hommes de droit, des femmes et des hommes de la société civile, partagent, avec moi, cette conviction et en font même une condition sine qua non". Et d'ajouter :
"L'approche de ces hommes et femmes de coeur consiste à donner un sens aux revendications, plusieurs fois réitérées par les manifestants, à travers la révolution pacifique, déclenchée par la population algérienne en février 2019, galvanisée par les jeunes dans les stades par leurs prises de conscience d'où est sorti l'hymne de cette révolution ‘El Casa d'El Mouradia', tout autant que la jeunesse estudiantine". Karim Younes précise en outre, que cespersonnalités n'ont aucunement la prétention de représenter le Hirak. "Inutile de préciser qu'il n'est pas dans leurs intentions d'être les représentants du mouvement, ni avoir la prétention des'autoproclamer ses porte-paroles, car ce serait démontrer un manque de discernement politique et de patriotisme", lit-onsur sa page Facebook. La mission de ce panel de ces personnalités, "soucieuses
del'avenir de notre pays", "d'essayer de matérialiser ces revendications, en les défendant auprès des autorités, auxquelles incombe la responsabilité de donner suite", assureKarim Younes. Il rassure enfin, que "l'écho des millionsde poitrines, qui battent le pavé depuismaintenant près de cinq mois, demeure lasource d'inspiration de leur démarche, en vue de définir une voie argumentée, basée avant tout sur l'intérêt e la nation"
C'est lui-même qui l'a annoncé hiermardi, via sa page Facebook. "Deséchos des milieux politiques laissentpenser, que la présidence de l'Etatsemble avoir entendu le message de lavolonté du peuple", croit savoir KarimYounes, qui évoque par ailleurs des "préalablesintangibles sont avancés, sans quoirien ne pourra se faire".
"Aussi, ma présence au sein de cette instance de médiation, en gestation étant vivement souhaitée par ailleurs… Puis-je alors me déroberde ce que l'on ne peut considérer, quecomme un devoir national ?", s'interrogel'ex-ministre de la Formation professionnelle,qui annonce ainsi sa décision des'engager au sein de ce panel.Karim Younes, qui partage sa décisionavec ses "amis" sur Facebook, les invite aussi à lui faire part de leur remarques etconseils, pour "parachever la réflexion"."C'est pourquoi, j'ai pris la résolution de faire appel à mes contacts habituels, pourparachever la réflexion et m'aider à suivreune démarche qui pourrait être
bénéfiquepour tous".Il rappelle avoir "maintes fois rappelé, à tous ceux qui m'ont approché pour m'entretenir de l'initiation d'un processus souverain de médiation, que le cadre du dialogue recherché entre les enfants de la patrie doit, impérativement, s'inscrire dans l'esprit des revendications légitimes des millions d'Algériennes et d'Algériens, qui sont sortis dans la rue pour exprimer leur colère et leur désir de changement, sans quoi tout est voué à l'échec". L'ex-3e personnage de l'Etat précise, que ces personnalités, parmi elles des "scientifiques, des constitutionnalistes de renom,des hommes de droit, des femmes et des hommes de la société civile, partagent, avec moi, cette conviction et en font même une condition sine qua non". Et d'ajouter :
"L'approche de ces hommes et femmes de coeur consiste à donner un sens aux revendications, plusieurs fois réitérées par les manifestants, à travers la révolution pacifique, déclenchée par la population algérienne en février 2019, galvanisée par les jeunes dans les stades par leurs prises de conscience d'où est sorti l'hymne de cette révolution ‘El Casa d'El Mouradia', tout autant que la jeunesse estudiantine". Karim Younes précise en outre, que cespersonnalités n'ont aucunement la prétention de représenter le Hirak. "Inutile de préciser qu'il n'est pas dans leurs intentions d'être les représentants du mouvement, ni avoir la prétention des'autoproclamer ses porte-paroles, car ce serait démontrer un manque de discernement politique et de patriotisme", lit-onsur sa page Facebook. La mission de ce panel de ces personnalités, "soucieuses
del'avenir de notre pays", "d'essayer de matérialiser ces revendications, en les défendant auprès des autorités, auxquelles incombe la responsabilité de donner suite", assureKarim Younes. Il rassure enfin, que "l'écho des millionsde poitrines, qui battent le pavé depuismaintenant près de cinq mois, demeure lasource d'inspiration de leur démarche, en vue de définir une voie argumentée, basée avant tout sur l'intérêt e la nation"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.