Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Real Madrid : Zidane ne serait pas menacé    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La reprise des activités attendue
50.000 cafés et restaurents en difficulté
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 08 - 2020

Prés de 50.000 cafés et restaurants sont en difficultés. Depuis presque 5 mois sans activités avec l'apparition de la Covid-19, une bonne majorité est en faillite. Avec une reprise graduelle annoncée par le gouvernement, ces établissements espèrent sortir du marasme qui a durement impacté leurs activités.
Prés de 50.000 cafés et restaurants sont en difficultés. Depuis presque 5 mois sans activités avec l'apparition de la Covid-19, une bonne majorité est en faillite. Avec une reprise graduelle annoncée par le gouvernement, ces établissements espèrent sortir du marasme qui a durement impacté leurs activités.
Le chiffre communiqué par le président de l'ANCA (Association nationale des commerçants et artisans), indique que la situation de ces commerces est grave. El Hadj Tahar Boulenouar est revenu sur cettesituation hier à travers la page officielle de Facebook où il a déploré que « la situation sanitaire du coronavirus a durement impacté ces établissements commerciaux » qui rappelle-ton ont été obligés de fermer boutique à partir du 22 mars dernier. Résultat : prés des deux tiers de ces commerces sont au bord de la banqueroute. "Les propriétaires de ces cafés et restaurants ont face à des pertes sèches", ont l'estimation n'a pas été encore évaluée. "Des coûts élevés de la location des commerces et les charges ont sapé le moral des propriétaires de ces commerces", souligne le président de l'ANCA, qui a évoqué que "la rupture des contrats de location s'est faite après 2 mois sans activité", car "il a été relevé que la plupart ne pouvaient continuer à assurer le minimum de leurs activités, une fois passé le délai de renouvellement de ces contrats". De plus, les salariés de ces établissements commerciaux ont été la plupart mis en chômage.
"La situation actuelle fait que la levée de l'interdiction d'activité dictée par les mesures prises par le gouvernement doit être généralisée". Le président de l'ANCA espère avec la reprise graduelle de ces activités un espoir pour ces commerçants. "Nous rappelons que ces propriétaires se sont engagés solennellement à veiller au strict respect des mesures d'hygiène et des obligations de distanciation sociale" tient à préciser El Hadj Tahar Boulenouar qui met en garde certainssur "la négligence de ces mesures qui peuvent être fatales pour la santé des consommateurs". A cet effet, il est à indiquer que "les propriétaires des cafés et restaurants sont soulagés du fait que les services des impôts ont reporté les échéances de arriérés fiscaux à une date ultérieure", afin de permettre à ces commerçants de bien reprendre et de payer leurs dettes plus tard. Il faudra ainsi espérer à partir desamedi prochain une relance des activités et d'éviter les épisodes fâcheux de ces arrêts qui pourront compenser un tant soit peu l
Le chiffre communiqué par le président de l'ANCA (Association nationale des commerçants et artisans), indique que la situation de ces commerces est grave. El Hadj Tahar Boulenouar est revenu sur cettesituation hier à travers la page officielle de Facebook où il a déploré que « la situation sanitaire du coronavirus a durement impacté ces établissements commerciaux » qui rappelle-ton ont été obligés de fermer boutique à partir du 22 mars dernier. Résultat : prés des deux tiers de ces commerces sont au bord de la banqueroute. "Les propriétaires de ces cafés et restaurants ont face à des pertes sèches", ont l'estimation n'a pas été encore évaluée. "Des coûts élevés de la location des commerces et les charges ont sapé le moral des propriétaires de ces commerces", souligne le président de l'ANCA, qui a évoqué que "la rupture des contrats de location s'est faite après 2 mois sans activité", car "il a été relevé que la plupart ne pouvaient continuer à assurer le minimum de leurs activités, une fois passé le délai de renouvellement de ces contrats". De plus, les salariés de ces établissements commerciaux ont été la plupart mis en chômage.
"La situation actuelle fait que la levée de l'interdiction d'activité dictée par les mesures prises par le gouvernement doit être généralisée". Le président de l'ANCA espère avec la reprise graduelle de ces activités un espoir pour ces commerçants. "Nous rappelons que ces propriétaires se sont engagés solennellement à veiller au strict respect des mesures d'hygiène et des obligations de distanciation sociale" tient à préciser El Hadj Tahar Boulenouar qui met en garde certainssur "la négligence de ces mesures qui peuvent être fatales pour la santé des consommateurs". A cet effet, il est à indiquer que "les propriétaires des cafés et restaurants sont soulagés du fait que les services des impôts ont reporté les échéances de arriérés fiscaux à une date ultérieure", afin de permettre à ces commerçants de bien reprendre et de payer leurs dettes plus tard. Il faudra ainsi espérer à partir desamedi prochain une relance des activités et d'éviter les épisodes fâcheux de ces arrêts qui pourront compenser un tant soit peu l


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.