7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"La climatisation est un facteur de propagation"
Dr Maout, spécialiste en biologie clinique :
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 07 - 2021

L'Algérie fait face, depuis quelques semaines, à une vague virulente du Covid- 19. L'ensemble des médecins et spécialistes du secteur sanitaire multiplient les mises en garde en tentant de mettre l'accent sur les facteurs les plus importants de propagation.
L'Algérie fait face, depuis quelques semaines, à une vague virulente du Covid- 19. L'ensemble des médecins et spécialistes du secteur sanitaire multiplient les mises en garde en tentant de mettre l'accent sur les facteurs les plus importants de propagation.
Si les rassemblements des citoyens et le non-respect des mesures barrières, notamment la distanciation physique et le port des masques, constituent le facteur de propagation le plus cité par les spécialistes, d'autres vont jusqu'à évoquer d'autres éléments pouvant également être assez propices pour une contamination au nouveau variant. Intervenant sur les ondes de la radio locale de Sétif, le docteur Abdelbasset Maout, spécialiste en biologie clinique et virologie affirme que les "climatiseurs constituent un facteur propice à la propagation du virus et un bon conducteur de circulation". Par conséquent, le spécialiste préconise "de ne recourir à la climatisation qu'en cas de force majeure, notamment la forte hausse des températures". Il conseille également d'ouvrir les fenêtres et les portes pour l'aération. Dans le même sillage, l'intervenant souligne que le seul moyen efficace pour endiguer la propagation du virus reste le respect des citoyens des mesures barrières et de se faire vacciner. Pour le premier point, il souligne qu'il peut endiguer la propagation en seulement 15 jours.
"Il s'agit d'une toute nouvelle vague du même virus"
S'exprimant autour de la situation épidémiologique, le docteur Abdelbasset Maoutestime qu'il "ne s'agit pas d'une troisième vague, mais plutôt d'une toute nouvelle vague, d'autant que toutes les tranches d'âges sont exposées au risque de contamination, même ceux qui l'ont été auparavant et même les vaccinés contre le virus". Il explique également que ce qui se passe ces derniers jours est causé par les variants indien et britannique, du moment qu'une personne ne peut pas être contaminée deux fois par le même variant. Selon lui, une "recontamination à un variant freine l'immunité acquise par la première contamination".
Cependant, la "recontamination chez la plupart des personnes contaminées auparavant est plutôt légère", a-t-il encore expliqué. Dans le même contexte, il a révélé que "la souche mutée a connu un changement dans le récepteur membranaire du virus. Il n'y a pas eu de changement dans l'information génétique, donc il n'y a pas de place pour parler d'un nouveau virus", a-t-il précisé. Or, en termes d'impact sur la santé publique avec le nombre croissant de personnes infectées, l'invité de Radio Sétif estime qu'on "peut comparer la période actuelle à des situati ns où un nouveau virus apparaît".
Si les rassemblements des citoyens et le non-respect des mesures barrières, notamment la distanciation physique et le port des masques, constituent le facteur de propagation le plus cité par les spécialistes, d'autres vont jusqu'à évoquer d'autres éléments pouvant également être assez propices pour une contamination au nouveau variant. Intervenant sur les ondes de la radio locale de Sétif, le docteur Abdelbasset Maout, spécialiste en biologie clinique et virologie affirme que les "climatiseurs constituent un facteur propice à la propagation du virus et un bon conducteur de circulation". Par conséquent, le spécialiste préconise "de ne recourir à la climatisation qu'en cas de force majeure, notamment la forte hausse des températures". Il conseille également d'ouvrir les fenêtres et les portes pour l'aération. Dans le même sillage, l'intervenant souligne que le seul moyen efficace pour endiguer la propagation du virus reste le respect des citoyens des mesures barrières et de se faire vacciner. Pour le premier point, il souligne qu'il peut endiguer la propagation en seulement 15 jours.
"Il s'agit d'une toute nouvelle vague du même virus"
S'exprimant autour de la situation épidémiologique, le docteur Abdelbasset Maoutestime qu'il "ne s'agit pas d'une troisième vague, mais plutôt d'une toute nouvelle vague, d'autant que toutes les tranches d'âges sont exposées au risque de contamination, même ceux qui l'ont été auparavant et même les vaccinés contre le virus". Il explique également que ce qui se passe ces derniers jours est causé par les variants indien et britannique, du moment qu'une personne ne peut pas être contaminée deux fois par le même variant. Selon lui, une "recontamination à un variant freine l'immunité acquise par la première contamination".
Cependant, la "recontamination chez la plupart des personnes contaminées auparavant est plutôt légère", a-t-il encore expliqué. Dans le même contexte, il a révélé que "la souche mutée a connu un changement dans le récepteur membranaire du virus. Il n'y a pas eu de changement dans l'information génétique, donc il n'y a pas de place pour parler d'un nouveau virus", a-t-il précisé. Or, en termes d'impact sur la santé publique avec le nombre croissant de personnes infectées, l'invité de Radio Sétif estime qu'on "peut comparer la période actuelle à des situati ns où un nouveau virus apparaît".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.